Cliniques vétérinaires

Les risques auxquels sont confrontés les vétérinaires et leurs assistants – liés notamment aux mouvements et réactions des animaux – sont nombreux. Leur coût humain et financier peut être important. Pour agir, des mesures de prévention simples et peu coûteuses peuvent être mises en place.
Infographie présentant les différents risques professionnels liés au secteur des cliniques vétérinaires

Les risques professionnels dans le secteur des cliniques vétérinaires

Dans ce secteur d'activité, 19 % des accidents sont liés aux manutentions manuelles et 64 % des accidents sont liés aux agressions par les animaux.

On dénombre près de 30 000 journées de travail perdues par an.

En moyenne les professionnels du secteur des cliniques vétérinaires sont arrêtés 43 jours pour cause d'accident du travail et 122 jours pour cause de maladie professionnelle.

En 2021, on compte en France près de 20 000 vétérinaires, dont près des deux tiers exercent leur activité en tant qu’indépendants (avec le statut de libéraux individuels, associés ou collaborateurs). La part des salariés a toutefois été en nette augmentation entre 2016 et 2020 (+15,7). Leur activité concerne principalement, et de plus en plus, la médecine et la chirurgie des animaux de compagnie.

Les équipes des cliniques vétérinaires sont exposées à des risques professionnels, liés principalement au contact avec les animaux, à la manutention ainsi qu’à l’utilisation d’instruments médicaux et de produits chimiques.

S’ils assurent les soins préventifs et curatifs d’animaux, ces équipes ne doivent pas oublier de préserver leur propre santé. Les accidents de travail et maladies professionnels sont en effet encore trop nombreux. Ils peuvent rapidement nuire à la qualité de leur travail et à l’équilibre financier de leur structure.

Secteur vétérinaire : la liste des principaux risques professionnels

Qu’ils soient biologiques, physiques, ou chimiques, les risques affectent le quotidien des équipes des cliniques vétérinaires. Du hamster à la vache, en passant par des espèces plus rares, la nature de ces risques évolue en fonction de l’animal pris en charge.

Bien identifier chacun de ces risques est donc la clé pour les éviter efficacement. Dans le tableau ci-dessous, vous pouvez retrouver les principales situations dangereuses pour les professionnels du secteur.

Principaux risques professionnels dans les cliniques vétérinaires et conséquences sur la santé des professionnels (salariés, chefs d’entreprise, indépendants)
Situations à risque Conséquences sur la santé
Agressions par des animaux Blessures, morsures, griffures, coupures
Contact direct ou indirect à des matières animales ou végétales (poils, foin, …) Risques allergiques, pathologies cutanées, oculaires ou respiratoires
Utilisation de produits médicamenteux et désinfectants Risques toxiques et chimiques
Manutention et soulèvement d’animaux, posture contraignante prolongée, port de charges lourdes Mal de dos (lombalgies et dorsalgies), troubles musculosquelettiques
Transports et déplacements routiers (en campagne surtout) Accidents de la route
Utilisation de radiographie Risques liés aux rayonnements ionisants
Surcharge de travail, charge émotionnelle, urgence médicale, contact avec propriétaires parfois difficile Risques psychosociaux, fatigue, stress

Un outil en ligne gratuit pour aider les employeurs à remplir leur Document Unique d'Evaluation des Risques

Le Document unique d’évaluation des risques professionnels (DUER) est obligatoire dans toutes les entreprises dès l'embauche du premier salarié. L'employeur consigne dans ce document le résultat de l'évaluation des risques pour la santé et la sécurité auxquels peuvent être exposés les salariés. Sa mise à jour, a minima annuelle, est également obligatoire.  
Pour faire votre évaluation des risques et télécharger votre DUER, l’Assurance Maladie – Risques professionnels et l’INRS proposent l’accès gratuit à l'outil en ligne d'évaluation des risques.
Vous aurez à répondre à un questionnaire, structuré à partir des principales situations à risques identifiées pour votre entreprise. Il vous permettra d’obtenir un Document unique d’évaluation des risques (DUER) sur mesure.
Le DUER n'est pas figé et devra évoluer en fonction d’informations supplémentaires concernant l'évaluation d'un risque. Par exemple, il doit intégrer les risques d'exposition à la Covid 19.

Pourquoi utiliser cet outil en ligne ?

Parce qu'il est :

  • gratuit & anonyme : vous avez seulement à renseigner une adresse électronique (qui peut être anonyme) et définir un mot de passe ;
  • simple : vous faites votre évaluation facilement sur une plateforme web à partir d’un ordinateur connecté à Internet ;
  • interactif & personnalisé : vous répondez à un questionnaire adapté à votre secteur d’activité et à la situation de votre entreprise ;
  • une aide: vous êtes guidé dans l’évaluation des risques et la définition du plan d’actions;
  • utile : il permet de répondre à votre obligation légale sur l'évaluation des risques.

Limiter les risques avec des mesures simples

Loin d’être une fatalité, les risques professionnels peuvent être évités grâce à des mesures simples et efficaces. En plus de préserver la santé et vos collaborateurs, vous pourrez également :

  • faire de votre métier une profession plus attractive et moins dangereuse ;
  • diminuer l’absentéisme et ses conséquences sur le travail (désorganisation, démotivation, mécontentement…) ;
  • améliorer la qualité de vos services et augmenter la performance de votre entreprise.

Pour en connaître davantage sur les mesures à prendre, consultez le document de la page Vétérinaires du site de l’INRS, et la brochure « ED6411 – Vétérinaires – Santé au travail : passez à l’action ! ».

L’affichage des règles d’hygiène et de sécurité est une obligation légale qui vous permet d’être en conformité avec les exigences réglementaires. La plupart de ces bonnes pratiques et ne nécessitent pas d’investissements financiers importants, et peuvent être mises en place facilement.

Vous pouvez par exemple :

  • porter des tenues adaptées aux types de soins et aux caractéristiques de l’animal (gants…) ;
  • installer des équipements ergonomiques pour limiter les manutentions (brancards, chariots, tables inclinables…) ;
  • aménager vos locaux face aux risques chimiques (ventilation, stockage de produits dans des zones dédiées, nettoyage des sols…) ;
  • former vos salariés pour leur faire prendre conscience des dangers, bien les identifier et les prévenir efficacement.

Sur son site, l’INRS propose un outil gratuit d’autoformation aux bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité, « Bases en prévention des risques professionnels ».

Conçu pour se former à son propre rythme en fonction de son planning, l’outil comprend des exercices d’auto-évaluation, des témoignages de professionnels ainsi que des fictions animées…

Pédagogique et utile, le module d’autoformation est l’un des moyens les plus efficaces pour sensibiliser vos collaborateurs aux risques qu’ils encourent. En tant qu’employeur, l’information fait partie des obligations légales auxquels vous êtes soumis.

PRAP : une formation pour prévenir les risques liés aux gestes et postures

Vous souhaitez cibler les risques spécifiques à l’activité physique ou manuelle ? Suivez la formation à la prévention des risques liés à l’action physique (PRAP), l’un des moyens pour adopter les bons gestes et postures.

Qu’ils soient de nouveaux diplômés ou des salariés venant d’intégrer votre entreprise, les nouveaux arrivants constituent une catégorie à protéger tout particulièrement, face aux risques professionnels.

Leur manque d’expérience les expose d’autant plus aux accidents du travail et aux maladies professionnelles qu’ils peuvent parfois sous-estimer ceux-ci. Facilitez la découverte de leur environnement de travail en leur donnant les clés pour anticiper les dangers potentiels, grâce aux bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité.

Appuyez-vous sur le cahier de l’accueillant (PDF), créé par l’Assurance Maladie – Risques professionnels, qui rappelle la marche à suivre lors de l’accueil d’un nouvel arrivant

Les entreprises de moins de 50 salariés peuvent bénéficier d’aides pour financer la prévention des risques professionnels.

Pour connaitre les aides financières relatives à votre secteur d’activité, cliquez ici.

Outre les risques liés directement aux soins animaux, le personnel des cliniques vétérinaires peut également être confronté à des situations de stress, voire d’agression ou de tensions avec les clients. être sous-estimés. L’INRS a conçu l’outil « Faire le point » afin de prévenir ces risques, souvent sous-estimés. Vous pourrez ainsi les intégrer à votre document unique d'évaluation des risques professionnels, et répondre et à vos obligations réglementaires.

Pour vous aider dans votre démarche de prévention, l’INRS propose l’outil « Agir suite à un accident du travail ». Destiné aux PME, cet outil propose une aide pour mettre en place des actions correctives à la suite d’un accident du travail, afin qu’il ne se reproduise pas.

Il s’appuie notamment sur un guide d'enquête sur les circonstances de l’accident (à télécharger dans l’outil). Vous pouvez ainsi ajouter les causes spécifiques de l’accident et y associer des mesures de prévention adaptées à votre situation. Celles-ci pourront alors intégrées à votre document unique d’évaluation des risques.

Pour vous accompagner dans vos démarches de prévention des risques (troubles musculosquelettiques, mal de dos, risques psychosociaux, chutes…), les experts de l’Assurance Maladie – Risques professionnels sont à votre service.

Pour en savoir plus, contactez votre caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), votre caisse régionale d’assurance maladie (CRAM), ou votre caisse générale de sécurité sociale (CGSS).

Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire