Métiers de la propreté

29 octobre 2021
Pour prévenir efficacement les accidents de travail et les maladies professionnelles dans le secteur de la propreté et du nettoyage, des mesures simples et peu couteuses existent. Elles sont bonnes pour la santé des collaborateurs qu’ils soient salariés, employeurs ou travailleurs indépendants, mais aussi pour celle de l’entreprise.
Infographie présentant les différents risques professionnels liés au secteur des métiers de la propreté

Les risques professionnels dans le secteur des métiers de la propreté

Dans ce secteur d'activité, 45 % des accidents sont liés aux manutentions manuelles et 42 % des accidents sont liés aux chutes.

On dénombre près de 2 300 000 journées de travail perdues par an.

En moyenne les professionnels du secteur des métiers de la propreté sont arrêtés 93 jours pour cause d'accident du travail et 253 jours pour cause de maladie professionnelle.

Du laveur de vitres au directeur d'agence en passant par les agents d'entretien et les responsables de secteur, les métiers de la propreté sont variés.

Les 13 000 entreprises du secteur, principalement des TPE, emploient 540 000 personnes qui interviennent dans des bureaux, des surfaces commerciales, des usines ou encore en milieu hospitalier.

Autant de situations qui les exposent à des risques professionnels plus ou moins spécifiques et qui requiert une vigilance de chaque instant pour éviter les accidents de travail et les maladies professionnelles.

Une exigence plus forte encore dans le contexte sanitaire actuel. Face à la pandémie de Covid-19, les salariés du secteur sont particulièrement exposés : ils doivent se rendre chaque jour au travail pour nettoyer et désinfecter les locaux de leurs clients et éviter la propagation du virus.

Métiers de la propreté : la liste des principaux risques professionnels

Chez le client ou lors des déplacements entre les lieux d’intervention, les agents d’entretiens sont soumis à de nombreux risques. Malgré les efforts des professionnels, les métiers de la propreté sont encore très touchés par les accidents de travail et les maladies professionnelles. Le tableau ci-dessous présente les risques les plus fréquents.

Principaux risques professionnels dans les métiers de la propreté et ses conséquences sur la santé des salariés
Situations à risque Accidents du travail et maladies professionnelles
Manutentions manuelles répétées et postures contraignantes (nettoyage des vitres, ramassage des corbeilles au sol…). Effort physique (tirer-pousser des chariots d’entretien, transport des produits et des matériels d’un chantier à l’autre…). Outils inadaptés (manches de balai ou aspirateur non réglable). Mal de dos (lombalgies), troubles musculosquelettiques (tendinites et douleurs des mains, poignets, épaules…), jambes lourdes
Sols glissants ou endommagés, marches, dénivelés... Équipements non sécurisés pour les travaux en hauteur. Interventions dans l’urgence. Chaussures non adaptées (ouvertes non fixées au pied). Chutes et glissades
Utilisation de produits d’entretien toxiques, corrosifs ou irritants. Formation insuffisante des salariés à la manipulation des produits. Absence de protections individuelles (lunettes, masques, gants). Risques chimiques (allergies, brulures et intoxications)
Déplacements fréquents entre les zones d’intervention, circulation difficile, défauts d’entretien du véhicule, trajets mal préparés, mauvaises conditions météos… Risque routier
Contraintes de délai, horaires décalés et travail en sous-effectif. Risques psychosociaux (stress, troubles du sommeil, fatigue…)

Un outil en ligne simple, gratuit et anonyme pour évaluer les risques

Vous souhaitez mettre en place au sein de votre entreprise des actions de prévention des risques efficaces ? Pour vous aider, l'Assurance Maladie – Risques professionnels et l'INRS ont créé un outil en ligne d'évaluation des risques dédié aux professionnels du secteur de la propreté et du nettoyage.

Anonyme et gratuit, il vous aide à identifier les risques grâce à un questionnaire et à les évaluer en leur affectant un niveau de priorité. Il vous permet aussi :

N'hésitez pas à afficher dans vos locaux ces deux documents après les avoir téléchargés afin qu'ils soient visibles de tous vos collaborateurs.

Évaluer les risques liés à la Covid-19

Face à la pandémie, le rôle des professionnels du secteur de la propreté et du nettoyage est essentiel. Pour vous accompagner, l'Assurance Maladie – Risques professionnels publie sur son site des recommandations spécifiques contre le coronavirus et propose l'outil en ligne Plan d'actions Covid-19 qui vous permet :

  • d'évaluer les risques liés au virus ;
  • de connaître les mesures à mettre en place pour protéger vos salariés.

Ces mesures sont synthétisées dans un document complémentaire de l'évaluation des risques professionnels que vous pouvez télécharger.

Réduire les risques avec des actions simples et efficaces

En agissant pour limiter les risques professionnels, vous ne protégez pas seulement la santé de vos collaborateurs. Vous améliorez la rentabilité de votre entreprise.

Les maladies professionnelles et les accidents de travail représentent en effet un coût non négligeable à travers l’absentéisme et la désorganisation du travail qu’ils peuvent entraîner. Ils sont pourtant loin d’être une fatalité et peuvent être limités par des mesures simples et peu coûteuses.

Les risques auxquels sont exposés les agents d'entretien sont variés, à l'image des locaux professionnels dans lesquels ils interviennent. Vous pouvez les limiter efficacement en observant quelques règles simples :

  • choisissez des matériels adaptés aux activités de manutention (réglables, automatiques et silencieux) et aux travaux en hauteur (perches pour les vitres, plates-formes individuelles roulantes légères) ;
  • remplacez les produits toxiques par d'autres moins dangereux quand c'est possible, sinon veillez à leur bon étiquetage et évitez les transvasements ;
  • équipez vos salariés de protection contre les produits dangereux (masques, gants, lunettes) et de chaussures fermées et antidérapantes pour prévenir les chutes ;
  • organisez les interventions en amont en impliquant vos clients (effectifs, charge de travail, délais…) pour assurer un confort de travail maximum à vos salariés ;
  • préparez les trajets à l'avance (parcours, horaires) pour anticiper les imprévus ;
  • entretenez les véhicules régulièrement et procédez aux réparations nécessaires sans délai.

Vous pouvez par ailleurs vous appuyer sur les "fiches solutions" disponibles sur le site de l'INRS : 

Les métiers de la propreté sont exposés à des risques diversifiés et parfois spécifiques. Des formations adaptées existent pour préparer vos salariés :

En tant qu'employeur, vous avez l'obligation légale de former vos salariés à la prévention des accidents et maladies professionnelles. Vous devez aussi les informer des risques qu'ils encourent dans le cadre de leur activité. La loi prévoit des sanctions en cas de manquement.

Formez-vous en ligne à la santé et la sécurité au travail

L’INRS propose sur son site web un module d’autoformation intitulé « connaissances de base en santé et sécurité au travail ». Cet outil gratuit est parfaitement adapté pour les chefs d’entreprises au planning chargé qui peuvent suivre la formation à leur rythme, en plusieurs fois si nécessaire.

Elle se compose de quatre modules de deux heures chacun :

  • s'initier à la prévention des risques professionnels ;
  • comprendre les liens entre travail et santé ;
  • comprendre l'accident de travail ;
  • participer à l'évaluation des risques professionnels.

Interactifs, ces modules sont agrémentés de fictions animées, d’exercices d’auto-évaluation, de témoignages de professionnels…

Vos collaborateurs, qu’ils soient salariés, intérimaires, apprentis ou stagiaires ne sont pas égaux face aux dangers. Les nouvelles recrues qui découvrent leur nouvel environnement de travail et manquent parfois d’expérience sont particulièrement exposées.

Pour les accompagner, désignez au sein de votre équipe un professionnel expérimenté et volontaire qui saura leur transmettre les bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité.

Dans cette mission, il pourra s’appuyer sur le cahier de l’accueillant (PDF) publié par l’Assurance Maladie – Risques professionnels qui présente la marche à suivre, étape par étape. Téléchargez-le dès à présent !

Les entreprises de moins de 50 salariés peuvent bénéficier de financements dédiés à la prévention des risques professionnels, dans la limite des budgets disponibles :

  • Propreté + permet aux entreprises du secteur de la propreté et du nettoyage de s’équiper de matériels adaptés pour limiter les risques du métier : ports de charges lourdes, gestes répétitifs, postures contraignantes, chutes, exposition aux produits chimiques...
  • Equip’mobile + subventionne l’achat d’équipements facilitant le déplacement de charges pour prévenir les accidents du travail, les troubles musculosquelettiques (TMS), les lombalgies, etc.
  • TMS Pros Action et TMS Pros Diagnostic financent des formations dédiées à la prévention des troubles musculosquelettiques ainsi qu’à l'évaluation et la mise en place d'un plan d'actions dédié et l’achat de matériel spécifique ;
  • Des subventions régionales existent aussi pour vous aider à financer vos mesures de prévention, notamment l’achat de matériel adapté et la formation.

Les entreprises de moins de 200 salariés peuvent établir avec leur caisse régionale (Carsat, Cramif ou CGSS) un contrat de prévention qui précise :

  • les objectifs sur lesquels l’entreprise s’engage en matière de prévention des risques ;
  • les aides, en particulier financières, qui peuvent lui être octroyées.

Pour en savoir plus sur les modalités d’obtention de ces financements, consultez la page des subventions prévention pour les petites entreprises.

Les experts de l'Assurance Maladie – Risques professionnels accompagnent les entreprises du secteur de la propreté et du nettoyage dans la mise en place de leur plan de prévention contre les risques de leur métier : troubles musculosquelettiques, mal de dos, chutes, intoxications, accidents de la route

Pour en savoir plus, contactez votre caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), votre caisse régionale d'assurance maladie (CRAM), ou votre caisse générale de sécurité sociale (CGSS).

Identifiez les facteurs de risques psychosociaux (affections psychiques liées au travail : anxiété, burn out, dépressions…) grâce à l’outil « Faire le point » de l’INRS. Il vous aide à intégrer les RPS au document unique d'évaluation des risques professionnels et à vous conformer ainsi à la réglementation.

Comment éviter que les accidents de travail ne se reproduisent au sein de votre entreprise ? L’INRS propose sur son site web un outil qui vous aide à mettre en place les mesures correctives nécessaires. Il vous permet de :

  • préciser les causes spécifiques de l’accident survenu dans votre entreprise ;
  • d’y associer des mesures de prévention adaptées.

Ces mesures pourront alimenter votre Document unique d'évaluation des risques professionnels (DUER).