Commerce et réparation automobiles

04 novembre 2021
Dans les garages automobiles, les risques sont multiples. Pour les prévenir, des solutions simples et peu coûteuses existent. Une bonne nouvelle pour votre santé et celle de vos salariés mais aussi pour la rentabilité de votre entreprise.
Infographie présentant les différents risques professionnels liés au secteur de la réparation et des commerces automobiles

Les risques professionnels dans le secteur de la réparation et des commerces automobiles

Dans ce secteur d'activité, 54 % des accidents sont liés aux manutentions manuelles et 18 % sont liés aux chutes

On dénombre près de 450 000 journées de travail perdues par an.

En moyenne les professionnels du secteur de la réparation et des commerces automobiles sont arrêtés 57 jours pour cause d'accident du travail et 245 jours pour cause de maladie professionnelle.

L'activité de révision et d'entretien automobile emploie 140 000 salariés. Du véhicule léger au poids lourd en passant par la camionnette utilitaire et les deux-roues motorisés, le métier de garagiste requiert des compétences variées : électricien, peintre, carrossier, mécanicien, préparateur auto, commercial... Une diversité à l'image des nombreux risques qui existent dans les ateliers : chutes, postures contraignantes, intoxication aux produits chimiques…

Commerce et réparation automobiles : la liste des principaux risques professionnels

Les professionnels du commerce et de la réparation automobile ont tout à gagner à mettre en place une politique de prévention efficace.

Car au-delà de la menace sur la santé des collaborateurs, les accidents du travail et les maladies professionnelles représentent pour les garages ou les carrosseries un coût à la fois :

  • direct qui correspond à la cotisation AT/MP (l'assurance accidents du travail et maladies professionnelles) versée à l'Urssaf ;
  • et indirect à travers l'absentéisme, le temps de recrutement et de formation des remplaçants, la baisse de productivité, l'indemnisation liée à la rupture du contrat de travail pour inaptitude, l'image dégradée auprès des clients par les retards de livraison, les poursuites judiciaires éventuelles, etc.

Ce coût indirect, méconnu mais bien réel, constitue donc une véritable menace pour la performance de l'entreprise et sa rentabilité.

Risques et conséquences pour la santé des professionnels du commerce et de la réparation automobiles
Situations à risque Accidents du travail et maladies professionnelles
Positions à genoux, accroupies, inclinées, postures contraignantes, gestes répétitifs Douleurs aux articulations, Troubles musculosquettiques
Manutentions manuelles, port de charges lourdes Mal de dos (lombalgies)
Fosses, accès en hauteur et mezzanines non sécurisés, sols glissants ou endommagés, zones de circulation encombrées Trébuchements, glissades, chutes
Utilisation de produits chimiques (solvants, huile, carburant, peinture, poussières…), exposition aux gaz d’échappements Intoxication, allergies, cancers

Un outil en ligne simple et gratuit pour évaluer les risques professionnels

Si vous êtes employeur, vous avez l'obligation d'élaborer :

Pour accompagner les professionnels du commerce et de la réparation automobile dans cette démarche, l'Assurance Maladie – Risques professionnels et l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) ont mis en place un outil en ligne gratuit et anonyme.

Il se présente sous la forme d'un questionnaire dédié et vous permet de télécharger en fin de parcours, votre DUER et votre plan d'actions spécifique.

L'outil inclut aussi un Plan d'actions Covid-19. Ce module vous aide à protéger vos salariés de la propagation du virus au sein de votre entreprise.

Limiter les risques avec des mesures simples

Dans les garages indépendants, les ateliers d'entretien spécialisés ou de service rapide, chez les concessionnaires et réparateurs agréés, l'absentéisme a des effets délétères. Il entraîne des surcharges de travail, la perte de compétences et dégrade l'image de l'entreprise auprès des clients.

Pour le limiter efficacement, il faut s'attaquer à sa cause. Des actions simples et peu coûteuses peuvent ainsi être mises en place.

La prévention des accidents et maladies professionnelles est l'affaire de tous les collaborateurs. Si vous avez des salariés, identifiez avec chacun d'eux les risques auxquels ils sont exposés. Définissez ensemble les mesures d'hygiène et de sécurité à mettre en place.

Une fois qu'elles sont établies, n'hésitez pas à les afficher dans vos locaux. Choisissez des endroits fréquentés par tous comme les vestiaires ou la salle de pause.

Limiter les risques au sein de votre atelier de réparation mécanique ou de votre centre auto est simple mais nécessite de la constance et de la rigueur dans l'application au quotidien des bonnes pratiques. Par exemple :

  • les produits dangereux sont stockés dans un endroit dédié, identifiés par une étiquette compréhensible par tous et remplacés par des alternatives non toxiques quand c'est possible ;
  • les sols restent toujours secs et bien entretenus. Des bacs de rétention sont prévus pour recueillir les produits glissants et toxiques comme le carburant, les huiles et la graisse ;
  • les espaces de circulation sont rangés, dégagés et correctement éclairés ;
  • les escaliers comme les accès en hauteur sont sécurisés par des rampes et les mezzanines par des garde-corps intégrant une barrière écluse;
  • les fosses de visite sont signalées par un dispositif de protection et leur accès est réservé à des collaborateurs formés. Idéalement, elles sont remplacées par des élévateurs de véhicules (ponts, colonnes de levage…) ;
  • des équipements de protection adaptés sont disponibles pour tous les collaborateurs (gants, lunettes, masques, chaussures de sécurité, combinaisons…) ;
  • des engins de levages permettent de travailler confortablement à hauteur d'homme et de déplacer des charges en limitant les efforts (tables élévatrices, transpalettes, chariot de visite pour s'asseoir…).

Vous pouvez par ailleurs vous appuyer sur la fiche solution "Bien stocker les produits chimiques", disponible sur le site de l'Inrs.

Pour en savoir plus, consultez la brochure Commerce et réparation automobiles et poids lourds – Santé au travail : passez à l'action ! sur le site web de l'Inrs.

 

La maîtrise des bonnes pratiques d'hygiène et de sécurité est incontournable pour une prévention efficace des risques professionnels. Elle s'acquiert par :

  • une formation adaptée aux métiers de votre secteur qui comportent des risques spécifiques : mécaniciens, électro-techniciens, carrossiers, peintre…
  • une information claire sur les risques liés à leur activité, en particulier l'exposition aux produits chimiques présents dans les garages : huiles de vidange, carburant, peintures, solvants…

Pour les employeurs, la formation et l'information de leurs salariés est une obligation et leur responsabilité peut être engagée en cas de manquement.

Formez-vous en ligne, gratuitement

L'INRS propose sur son site web une autoformation gratuite sur les bases en prévention des risques professionnels. Au programme, quatre modules interactifs de deux heures agrémentés de fictions animées, d'exercices d'auto-évaluation, de témoignages de professionnels…

Cette autoformation en ligne est particulièrement adaptée aux professionnels qui ont un planning chargé : ils peuvent la suivre à leur rythme et en plusieurs fois s'ils le souhaitent.

Face aux risques d’accidents et de maladies, les nouveaux arrivants (salariés permanents, intérimaires, apprentis ou stagiaires) sont particulièrement exposés.

Manque de connaissance de l’entreprise, faible niveau d’expérience pour certains… Ils n’ont pas toujours les moyens de bien identifier les dangers de l’atelier. Il est donc important qu’ils soient accompagnés dans leur prise de poste par un salarié formé aux risques professionnels.

Un outil spécifique et gratuit, Tuto’Prev permettant d’appréhender les risques du métier pour les nouveaux arrivants en particulier les apprentis est disponible sur le site de l’INRS.

Pour vous guider, l’Assurance Maladie – Risques professionnels a également publié un cahier de l’accueillant (PDF) qui détaille simplement la marche à suivre, étape par étape.

Des subventions existent pour vous aider à protéger efficacement votre santé et celle de vos salariés :

  • Airbonus vous permet d’acquérir une installation de ventilation des émissions cancérogènes des moteurs thermiques, notamment diesel. Cette aide est versée par l’Assurance Maladie – Risques professionnels aux entreprises de moins de 50 salariés ;
  • TMS Pros Diagnostic et TMS Pros Action financent la formation, l'évaluation et la mise en place d'un plan d'actions contre les troubles musculosquelettiques (TMS) ainsi que l’acquisition de matériel adapté ;
  • Propreté + a pour objectif de réduire les risques liés aux ports de charges lourdes, aux gestes répétitifs, aux postures contraignantes et ceux liés aux chutes et à l’exposition aux produits chimiques ;
  • Soudage + sûr contribue à la prévention des risques du soudage à l’arc (exposition des salariés à des particules submicroniques et à des gaz contenus dans les fumées) ;
  • Echafaudage + permet aux entreprise d’investir dans l’achat d’équipements adaptés pour le travail en hauteur afin de réduire les risques de chute ;
  • Les entreprises de moins de 200 salariés du secteur de la réparation automobile peuvent bénéficier d’un accompagnement technique et financier. Ce contrat de prévention est signé entre l’entreprise et la CARSAT/CRAM/CGSS ;
  • D’autres subventions régionales peuvent exister pour financer notamment l’achat de matériel et la formation.

Pour en savoir plus, consultez la page des subventions prévention pour les petites entreprises.

Contre les troubles musculosquelettiques, le mal de dos, les risques psychosociaux et les chutes, notre réseau d’experts de l’Assurance Maladie – Risques professionnels vous accompagne.

Pour plus d’informations, contactez votre caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), votre caisse régionale d’assurance maladie (CRAM), ou votre caisse générale de sécurité sociale (CGSS).