Commerce de gros alimentaire

23 novembre 2021
Chutes, tendinites, douleurs musculaires, … les risques du métier de grossiste alimentaire sont nombreux et peuvent affecter le quotidien des professionnels. Il est pourtant possible de les éviter : des solutions à moindre coût permettent de préserver la santé de votre équipe et la performance de l’entreprise.

Premier vendeur du commerce de gros, le secteur alimentaire emploie 148 000 salariés, travaillant main dans la main avec des producteurs et des détaillants.

Qu’il s’agisse de stocker des produits laitiers, des fruits et légumes ou des boissons, le commerce de gros alimentaire se caractérise par des activités physiques et logistiques exigeantes : manutentions répétée, gestes et postures contraignantes, circulation sur engins…

Face au coût humain et financier de ces risques, les chefs d’entreprise du secteur ont un rôle déterminant à jouer : la prévention des maladies professionnelles et des accidents du travail permet de maintenir la performance de l’entreprise.

Commerce de gros alimentaire : les principaux risques professionnels

Au quotidien, les activités très physiques et logistiques des grossistes alimentaires exposent les collaborateurs à de nombreuses situations à risques.

Mal identifiés, ces risques peuvent causer des accidents du travail et ralentir l’activité du commerce. Les plus fréquents sont listés dans le tableau ci-dessous.

Principaux risques professionnels dans les métiers de la coiffure et conséquences sur la santé des salariés
Situations à risque Accidents du travail et maladies professionnelles
Port de charges lourdes, postures contraignantes, mouvements physiques répétitifs Mal de dos (lombalgies et dorsalgies), douleurs aux articulations, troubles musculosquettiques
Circulation sur des sols humides ou glissants, dans des zones de chargement, utilisation d’engins Chutes de plain-pied, collisions, glissades
Utilisation d’outils tranchants (ciseaux, couteaux, cutters), et ouverture de produits Blessures, coupures
Livraison à des horaires décalés, travail isolé, pics d’activité Fatigue, stress, accidents, risques psychosociaux
Utilisation de produits de nettoyage et d’entretien, contact avec des aliments Allergies à certains produits, risque toxique

 Absentéisme, retard de livraison, démotivation, matériel endommagé…, outre leurs conséquences parfois graves sur la santé des salariés, ces risques ont aussi un coût indirect, pénalisant la rentabilité de l’activité.

Employeurs : découvrez un outil gratuit et anonyme pour évaluer les risques professionnels de votre entreprise

Avant de mettre en place des mesures de prévention, prenez le temps de bien recenser les risques professionnels auxquels votre établissement est exposé. L’outil en ligne d’évaluation des risques dédié au commerce de gros, créé par l’Assurance Maladie – Risques professionnels et l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) peut vous aider dans cette démarches.

Accessible gratuitement et anonymement cet outil vous permet de créer :

  • un plan d’action spécifique à partir d’un questionnaire adapté à vos besoins et aux entreprises extérieures chargées d’intervenir sur site (responsables par exemple de l’approvisionnement) ;
  • un document unique d’évaluation des risques (DUER) adapté à la situation de votre entreprise, afin que vous puissiez l’afficher dans votre établissement, comme prévu par la loi.

Téléchargeables à la fin du questionnaire, ces deux documents sont indispensables pour vous permettre d’évaluer précisément les risques de votre entreprise et mettre en place des mesures de prévention adaptées.

Covid-19 : évaluer les risques de contamination

L’outil « Plan d’action Covid-19 » est destiné aux entreprises souhaitant connaître les situations dans lesquelles les salariés sont les plus exposés à la Covid-19. Gratuit et interactif, il liste l’ensemble des mesures préventives à suivre pour préserver la santé de vos collaborateurs face au coronavirus.

Des mesures simples pour réduire les risques dans le commerce de gros

Que vous soyez employeur, salarié ou travailleur indépendant, vous pouvez agir pour prévenir les risques professionnels.

Certains d’entre eux peuvent avoir des répercussions sur l’organisation du travail au sein de votre équipe. La prévention des risques vous permet donc d’améliorer la qualité de vie au quotidien, mais aussi :

  • de participer à la valorisation de votre métier en réduisant la survenue d’incidents ou d’accidents de travail ;
  • d’augmenter efficacement la rentabilité de votre commerce de gros alimentaire.

Pour identifier précisément les actions spécifiques à établir au sein de votre commerce, consultez les documents présents sur la page Commerce de gros du site de l’INRS, en particulier la brochure « ED 6442 – Commerce de gros alimentaire – Santé au travail : passez à l’action ! ».

Simples et efficaces à moindre coût, certaines mesures de prévention des risques ne nécessitent pas d’investissent particulier.

En tant qu’employeur, vous être tenu d’afficher les règles d’hygiène et de sécurité, afin que vos salariés puissent être informés des risques auxquels ils peuvent être confrontés.

Des mesures plus spécifiques existent également pour certains risques identifiés avec vos collaborateurs. Il est ainsi courant d’agir sur :

  • l’aménagement des locaux, pour permettre à vos collaborateurs de circuler sans danger, avec une signalétique, un éclairage, et des matériels rangés ;
  • l’acquisition d’équipements adaptés, comme des gants de manutention, des chaussures de sécurité, ou des vêtements à bandes réfléchissantes ;
  • l’organisation de travail, afin d’anticiper l’impact des délais de livraison, sécuriser les déplacements ou alléger la charge mentale ;
  • la sensibilisation des salariés aux bons gestes à adopter pour prévenir les risques physiques.

En tant qu’employeur, vous avez l’obligation d’informer vos salariés sur les risques professionnels et de les former aux principales règles d’hygiène et de sécurité à adopter. Ils doivent ainsi être en mesure :

  • d’anticiper les risques ;
  • d’appliquer les bonnes pratiques de prévention.

Pour cela, l’INRS propose sur son site un programme d’autoformation « Acquérir les bases en prévention des risques professionnels ». Accessible gratuitement, cette formation est découpée en plusieurs étapes. Vous pouvez la suivre à votre rythme, pour vous familiariser avec les principes généraux de prévention.

PRAP : une formation pour prévenir les risques liés aux gestes et postures

S’adressant aux salariés dont le travail repose beaucoup sur l’activité physique (port de charges lourdes, manutention manuelle…), la formation à la prévention des risques liés à l’activité physique (PRAP) vous guide dans l’apprentissage des bonnes pratiques en matière de gestes et de postures.

Stagiaires, apprentis, intérimaires, nouveaux embauchés…, les nouveaux arrivants sont particulièrement exposés aux risques professionnels. Moins expérimentés, ils sont généralement peu informés des bonnes pratiques à adopter et sont aussi plus enclins à minimiser les risques (de certains équipements dangereux, par exemple).

Pour les former à la prévention, optez pour un accompagnement assuré par une personne expérimentée et sachant faire preuve de pédagogie. Le cahier de l’accueillant (PDF) vous présente les étapes à suivre pour mettre en place cette démarche d’accueil.

Pour aider les commerces de gros alimentaires de moins de 50 salariés, des subventions vous permettent d’investir dans la prévention des risques.

Vous pouvez par exemple recevoir une aide financière liés aux troubles musculosquelettiques (TMS) grâce aux subventions TMS Pros Action et TMS Pros Diagnostic afin de :

  • mettre en place un plan de formation, d’évaluation et d’action contre les risques TMS ;
  • financer du matériel et/ou des équipements ergonomiques ;
  • réaliser des formations s’adressant aux salariés concernés par les TMS.

Contre les risques liés au port de charges lourdes, aux gestes ou postures contraignantes, aux chutes et à l’exposition de produits chimiques, vous pouvez bénéficier de Propreté +, qui vous aide à acheter des équipements de nettoyage des sols.

Et pour faire face aux risques liés au filmage de produits, vous pouvez aussi demander la subvention Filmeuse + qui vous aide à financer des équipements spécifiques.

Pour en savoir davantage sur les modalités d’obtention de ces aides, consultez la liste des aides financières pour les TPE et PME.

Besoin d’aide dans vos démarches de prévention ? Les experts de l’Assurance Maladie – Risques professionnels vous accompagnent pour mettre en place des mesures adaptées à vos besoins.

N’hésitez pas à contacter votre caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), votre caisse régionale d’assurance maladie (CRAM), ou votre caisse générale de sécurité sociale (CGSS).