Clubs sportifs et organisations associatives

29 octobre 2021
Douleurs au dos, chutes, stress… Les risques au sein des clubs sportifs et des associations sont nombreux. Pour les limiter, il existe des solutions peu coûteuses. Objectif : préserver la santé de vos collaborateurs et le bon fonctionnement de votre structure.
Infographie présentant les différents risques professionnels liés au secteur des associations et clubs sportifs

Les risques professionnels dans le secteur des associations et clubs sportifs

Dans le secteur des associations, 40 % des accidents sont liés aux manutentions manuelles et 40 % des accidents sont liés aux chutes.

On dénombre près de 330 000 journées de travail perdues par an.

En moyenne les professionnels du secteur des associations sont arrêtés 66 jours pour cause d'accident du travail et 209 jours pour cause de maladie professionnelle.

Dans le secteur des clubs sportifs, 30 % des accidents sont liés aux manutentions manuelles et 50 % des accidents sont liés aux chutes.

On dénombre près de 380 000 journées de travail perdues par an.

En moyenne les professionnels du secteur des clubs sportifs sont arrêtés 43 jours pour cause d'accident du travail et 209 jours pour cause de maladie professionnelle.

Associations

Chaque année, plusieurs milliers d’associations sont créées en France, dans des domaines très variés : activités sociales, culturelles ou artistiques, soutien familial, aide de jeunes entrepreneurs, insertion professionnelle…

Le secteur associatif compte des collaborateurs aux profils très différents : employés, éducateurs, animateurs, adhérents, usagers, intervenants externes… En 2019, on estimait à 13 millions le nombre de bénévoles évoluant au sein d’une association.

Clubs sportifs

Le sport est un phénomène social majeur en plein essor : 66 % des Français de plus de 15 ans déclarent ainsi pratiquer régulièrement une activité sportive, au sein de clubs associatifs ou de structures privées à caractère commercial. Ces dernières sont affiliées, ou non, aux fédérations sportives agréées par le ministère chargé des sports. En 2018, on dénombrait plus de 40 000 établissements avec plus de 110 000 salariés sans compter les travailleurs indépendants (58 000) et les salariés du secteur public (102 000).

Clubs sportifs et associations : la liste des principaux risques professionnels

Face à la diversité des disciplines, des lieux d’accueil ou d’intervention, les travailleurs d’associations et de clubs sportifs sont exposés à des risques importants, qu’ils soient physiques ou psychologiques, générateurs d’accidents du travail et de maladies professionnelles.

La maîtrise de ces risques est d’autant plus cruciale que ces structures sont soumises à des contraintes financières et juridiques fortes. Pour les éviter, la mise en œuvre de mesures de prévention est essentielle.

Dans un premier temps, il est important de bien identifier les risques présents au sein de votre structure.

Principaux risques professionnels des associations et clubs sportifs et conséquences sanitaires
Situations à risque Conséquences sur la santé
Manutention manuelle, port de charges lourdes, mouvements physiques répétitif Mal de dos (lombalgies et dorsalgies), douleurs aux articulations, troubles musculosquettiques
Circulation sur des sols encombrés et dégradés, manque d’éclairage et présence de dénivelés Chutes de plain-pied, collisions, glissades, trébuchements, perte d’équilibre
Transport et grands trajets avec ou sans matériel spécifique Accidents routiers
Intervention en hauteur (clubs sportifs) Chutes
Contact avec une pluralité d’acteurs (bénévoles, salariés, citoyens…), horaires atypiques Agression, stress, troubles du sommeil, risques psychosociaux
Transport et déplacements Accidents routiers

Un outil en ligne simple, gratuit et anonyme pour évaluer les risques

Vous êtes employeur d’un club sportif ou d’une organisation associative ? Prenez le temps de bien évaluer les risques présents au sein de votre structure, grâce à l’outil en ligne d’évaluation des risques disponible sur le site de l’INRS. Cet outil dédié aux clubs sportifs d’une part et aux associations d’autre part est gratuit et anonyme. Il vous permet de :

Évaluer les risques liés à la Covid-19

Pour vous aider à lutter contre la pandémie, l’outil inclut aussi un module dédié au coronavirus : le Plan d’action Covid-19. Gratuit et interactif, il détaille l’ensemble des mesures préventives à suivre pour préserver la santé de vos collaborateurs.

Limiter les risques avec des mesures simples

Pour prévenir des risques inhérents aux clubs sportifs et aux organisations associatives, des mesures simples existent.

Elles préservent la santé de vos collaborateurs et favorisent la performance de votre structure. Elles permettent par exemple :

  • de valoriser votre métier en réduisant la survenue d’accidents de travail ;
  • de réduire l’absentéisme et ses effets collatéraux (désorganisation du travail, perte d’image…) ;
  • d’améliorer la motivation et la satisfaction de tous vos employés et collaborateurs.

Vous souhaitez identifier précisément les risques présents au sein de votre organisation ? Consultez les documents suivant :

  • « ED 6439 – Organisations associatives – Santé au travail : passez à l’action ! »
  • « ED 6427 – Clubs sportifs – Santé au travail : passez à l’action ! ».

Au sein de votre structure associative ou votre club sportif, les accidents du travail et les maladies professionnelles peuvent être évités efficacement en adoptant ces quelques bonnes pratiques :

  • aménagez le poste de travail de manière ergonomique (posture, réglages, éclairage, …) pour prévenir les TMS
  • limitez les postures douloureuses et le port de charges lourdes en organisant le rangement des matériels en fonction de leur poids et leur fréquence d’utilisation. Vous pouvez définir un emplacement de rangement à proximité des lieux d’activité et accessible à l’utilisation de moyens d’aide à la manutention (chariot, table élévatrice mobile…) ;
  • prévenez les chutes en dégageant les espaces de circulation, en supprimant les dénivelés et en rangeant le matériel ;
  • gardez un bon équilibre entre le personnel disponible et la charge de travail et communiquez régulièrement pour éviter les incompréhensions et les tensions ;
  • évitez les accidents de la route en identifiant les trajets les plus sûrs avant de prendre le volant et en entretenant régulièrement la maintenance des véhicules. Dans la planification des activités, intégrez les temps de déplacement et les aléas de la route ;
  • prévenez les risques de chute de hauteur en priorisant le travail de plain-pied ou en organisant les interventions de manière sécurisée (garde-corps, équipement d’accès et de travail en hauteur conforme aux normes, stables…) ;
  • Consultez la fiche solution "Utiliser en sécurité les produits d'entretien" disponible sur le site de l'Inrs.

En tant qu’employeur, l’affichage des règles d’hygiène et de sécurité est une obligation légale qui vous permet d’être en conformité avec les exigences réglementaires.

L’INRS propose sur son site web une autoformation gratuite pour les dirigeants et leurs collaborateurs. Vous trouverez plusieurs modules interactifs :

  • s'initier aux mesures de prévention des risques professionnels ;
  • identifier les liens entre travail et santé ;
  • comprendre les conséquences d’un accident de travail ;
  • participer à l'évaluation des risques professionnels.

Étape par étape, l’outil vous permet de vous former à votre propre rythme, en fonction de votre organisation du travail. Chaque module est agrémenté de fictions animées, d’exercices d’auto-évaluation, ou encore de témoignages de professionnels.

PRAP : une formation pour prévenir les risques liés aux gestes et postures

Pour identifier les risques spécifiques à l’activité physique ou manuelle, vous pouvez suivre la formation à la prévention des risques liés à l’action physique (PRAP), qui vous permet d’adopter de bons gestes et postures.

Bénévoles ou salariés, les nouvelles recrues sont particulièrement exposées aux risques professionnels : moins expérimentées, elles sous-estiment souvent les risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles.

Pour les aider à prendre conscience des risques associés à leur environnement de travail, appuyez-vous sur le cahier de l’accueillant (PDF). Créé par l’Assurance Maladie – Risques professionnels, ce guide rappelle l’essentiel à savoir sur la démarche d’accueil d’un nouvel arrivant.

Les entreprises de moins de 50 salariés peuvent bénéficier de certaines aides financières destinées à la prévention des risques professionnels :

TMS Pros Diagnostic et TMS Pros Action financent des matériels pour limiter les troubles musculosquelettiques (TMS) et les formations spécifiques à ce type de risque ;

Propreté + cible les risques liés aux ports de charges lourdes, aux gestes répétitifs, aux postures contraignantes et ceux liés aux chutes et à l’exposition aux produits chimiques, en subventionnant l’achat de matériels adaptés ;

Pour en savoir plus sur les modalités d’obtention de ces aides, consultez la page des subventions Prévention pour les petites entreprises.

Agressions, stress, tensions… Les risques psychosociaux auxquels peut être confronté le personnel associatif au sein des associations ne doivent pas être sous-estimés. Pour les prévenir, l’outil « Faire le point » de l’INRS vous aide à les intégrer au document unique d'évaluation des risques professionnels, en vous conformant ainsi à la réglementation.

Si l’un de vos collaborateurs est victime d’un accident sur son lieu de travail, vous pouvez prendre des mesures correctives afin d’éviter que la situation ne se reproduise. Appuyez-vous sur l'outil « Agir suite à un accident ». Conçu par l’INRS, il permet aux chefs d’entreprises de moins de 50 salariés d’adopter une démarche globale de prévention des risques visant à :

  • identifier les causes de l'accident ;
  • lister les mesures à mettre en place ;
  • télécharger un plan d'actions.

Les experts de l’Assurance Maladie – Risques professionnels sont à vos côté pour vous accompagner dans vos démarches de prévention contre les risques professionnels, tels que les troubles musculosquelettiques, le mal de dos, les chutes ou les risques psychosociaux.

Pour plus d’informations, contactez votre caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), votre caisse régionale d’assurance maladie (CRAM), ou votre caisse générale de sécurité sociale (CGSS).