Commerces alimentaires de proximité

20 septembre 2021
Les commerces alimentaires de proximité doivent s'adapter aux nouveaux modes de consommation (concurrence des grands groupes, livraisons à domicile). Pour relever ces enjeux, la motivation des chefs d'entreprise et des salariés est primordiale. Elle passe par de bonnes conditions de travail et de sécurité. Pour cela, il existe des solutions simples et peu coûteuses.

Le vrai coût des risques professionnels

Les supérettes et petits commerces alimentaires de proximité (épiceries, fromageries, caves à vin, primeurs, etc.) sont exposés à de nombreux risques, qui tiennent aussi bien à la nature de l'activité (franchise, commerce indépendant, horaires, types de services et produits…) qu'au parcours individuel des chefs d'entreprise et des salariés (formation, expérience…).

Ces risques professionnels représentent un coût humain et financier important. C'est pourquoi il est essentiel de mettre en place une démarche de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Cela participe également à :

  • renforcer l'attractivité des postes ;
  • réduire l'absentéisme ;
  • fidéliser le personnel et la clientèle, avec un effet positif sur l'image du commerce ;
  • améliorer la qualité des services.
infographie présentant les chiffres des accidents du travail pour le secteur des commerces alimentaires de proximité

Les risques professionnels : commerce alimentaires de proximité

Dans ce secteur :

  • 51 % des accidents sont liés aux manutentions manuelles ;
  • entraînant près de 285 000 journées de perdues par an.

Les maladies professionnelles liées ce secteur d'activité :

  • des troubles musculosquelettiques à 90 % ;
  • un mal de dos à 8 %.

En moyenne les professionnels de ce secteur d'activité sont arrêtés 87 jours par accident du travail et 269 jours par maladie professionnelle.

Accidents et maladies professionnelles : des causes variées

Pris par le temps et les priorités du quotidien (mise en rayon, vente, gestion des fournisseurs, inventaires, etc.), les gérants et collaborateurs des commerces alimentaires de proximité peuvent sous-estimer de nombreux risques, parmi lesquels :

  • la manutention et les postures contraignantes, parfois au sein d'espaces mal adaptés (en restant debout, en piétinant, en manipulant des bacs en hauteur ou des palettes…) ;
  • le port de charges lourdes lors du déchargement des marchandises et de la mise en rayon ;
  • les chutes liées aux sols encombrés ou aux locaux encombrés ;
  • l'utilisation d'outils coupants pour ouvrir les cartons ou découper les marchandises ;
  • la relation à la clientèle parfois difficile (vols, agressions, stress).

Des solutions pour prévenir les accidents du travail et les maladies professionnelles

La prévention des risques professionnels et des accidents dans une épicerie ou tout autre commerce alimentaire de proximité implique la mise en œuvre d'une démarche globale mais accessible.

Identifier les risques propres à votre activité

Afin de réduire les risques dans votre magasin, vous devez identifier les situations pouvant engendrer des accidents ou maladies au travail. Cette étape est celle de l'évaluation des risques.

Évaluer les risques est d'ailleurs une obligation légale de l'employeur, qui aboutit à la réalisation du document unique d'évaluation des risques (DUER). Au-delà de son caractère obligatoire, cette évaluation permet au chef d'entreprise d'identifier les actions à mener en fonction de ses activités et des particularités de son établissement.

Le DUER doit par ailleurs intégrer une évaluation des risques d'exposition à la Covid-19. Pour les aider dans cette démarche, un Plan d'actions Covid-19 est mis à leur disposition sur le site inrs.fr.

Gratuit : un outil en ligne pour évaluer les risques

L'outil d'évaluation des risques liés aux activités des commerces alimentaires de proximité est proposé gratuitement par l'Assurance Maladie – Risques professionnels et l'INRS. Il vous permet d'être guidé pour réaliser votre document d'évaluation des risques.

En accédant à la page d'accueil, vous avez la possibilité de :

  • soit démarrer une session d'essai ;
  • soit vous inscrire pour démarrer votre session pour :
    • débuter une évaluation des risques en répondant à des questions,
    • sauvegarder votre progression pour conserver l'historique de vos réponses,
    • télécharger votre évaluation et le plan d'action associé, à la fin du parcours.

Attention, l'inscription est nécessaire pour pouvoir sauvegarder votre activité et télécharger vos évaluation et plan d'action.

Agir de manière simple et rapide contre les principaux risques professionnels

Les actions de prévention ne sont pas forcément coûteuses. Elles permettent en outre un gain d'efficacité. Pour agir contre les principaux risques, pensez à :

  • choisir des équipements et matériels adaptés, permettant de prévenir les troubles musculosquelettiques (TMS) ;
  • réduire les risques de chutes ;
  • limiter les risques de coupures ;
  • protéger les salariés contre le stress et les agressions.

Pour en savoir plus, consultez la brochure de l’INRS sur le site inrs.fr « Commerces alimentaires de proximité - Santé au travail : passez à l’action ! ».

Par ailleurs, vous pouvez utiliser l'outil « Agir suite à un accident », qui s'adresse aux entreprises de moins de 50 salariés. Il permet au chef d'entreprise de : 

  • sélectionner les causes de l'accident ;
  • identifier les mesures à mettre en place ;
  • bénéficier d'un plan d'actions.

Bénéficier de l'accompagnement de nos conseillers en prévention

Vous pouvez solliciter le réseau d'experts de l'Assurance Maladie – Risques professionnels afin de lutter notamment contre les TMS et les chutes. Pour en savoir plus, adressez-vous à votre caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), votre caisse régionale d'assurance maladie (CRAM), ou votre caisse générale de sécurité sociale (CGSS).

Obtenir des aides financières pour vos besoins en prévention

Des subventions réservées aux TPE existent pour améliorer les conditions de travail des chefs d'entreprise et de leurs salariés. Elles ont vocation à cibler la prévention d'un risque donné.

  • Métiers de bouche + est une subvention spécialement conçue pour prévenir les risques propres aux commerces de détail alimentaires (aménagement des espaces de travail, utilisation d'outils tranchants, port de charges, etc.) ;
  • TMS Pros Diagnostic permet de former un salarié à la prévention des troubles musculosquelettiques ou de bénéficier d'un accompagnement sur l'ergonomie des postes de travail et la réalisation d'un plan d'actions visant à prévenir les TMS ;
  • TMS Pros Action permet de financer, à hauteur de 50 %, des aménagements et équipements issus du plan d'actions de TMS Pros Diagnostic ;
  • Equip'mobile + vise à réduire les risques liés aux déplacements de charges.

Les entreprises de moins de 200 salariés peuvent également signer un contrat de prévention afin de bénéficier d'un soutien financier pour mettre en œuvre une démarche de prévention, à partir d'un diagnostic des risques professionnels propres à l'entreprise. Ils permettent ainsi d'être accompagné sur :

  • le (ré)aménagement des locaux, afin de faciliter les déplacements et réduire les chutes ;
  • l'achat de matériels/équipements de prévention des TMS, des risques de brûlure, de chutes ou d'inhalation de poussières de farine ;
  • la formation à la prévention des risques.

Se former à la prévention et découvrir le webinaire dédié

En plus des informations pratiques dispensées sur son site (notamment sur les commerces de proximité, l'INRS propose une autoformation gratuite en ligne, vous permettant d'acquérir les bases en prévention des risques professionnels.

Vous pouvez par ailleurs visionner le webinaire "Commerces alimentaires de proximité : comment prévenir les risques professionnels ?" proposé par l'Assurance Maladie - Risques professionnels.

Protéger les nouveaux arrivants

Découvrez et utilisez le cahier de l’accueillant (PDF) pour protéger efficacement vos nouveaux collaborateurs des risques professionnels. Méconnaissance de leur environnement de travail, des dangers liés à l’activité, les nouveaux embauchés (intérimaires, apprentis, stagiaires) sont ainsi plus vulnérables. Pour mieux les accompagner, vous pouvez désigner une personne expérimentée et volontaire au sein de votre équipe. Elle pourra s’appuyer sur ce guide pour connaître la marche à suivre.

Prévenir les risques psychosociaux (dépressions, stress, burn out...)

Sur le site web de l’INRS, l’outil « Faire le point RPS » vous accompagne dans l’évaluation des risques psychosociaux au sein de votre entreprise : anxiété, burn out, dépressions… Il vous aide à les intégrer à votre document unique d'évaluation des risques professionnels (DUER) et à répondre ainsi à vos obligations réglementaires.