Protéger les salariés du secteur du BTP

19 août 2021
L’employeur d’une entreprise de BTP dispose de plusieurs leviers pour mettre en œuvre une démarche de prévention des risques professionnels : l’information, la formation, l’évaluation des risques, la mise à disposition d’équipements adaptés...

S’informer sur les obligations et bonnes pratiques de prévention dans le BTP

Obligation légales dans le BTP

Les obligations légales de l’employeur dépendent à la fois de la nature et de la configuration du chantier.

Les chantiers clos et indépendants sont soumis à une coordination SPS (Sécurité et protection de la santé). Dans ce cadre, doivent être établis :

  • le plan général de coordination de sécurité et de protection de la santé (PGCSPS) ;
  • des plans particuliers de sécurité et de protection de la santé (PPSPS) ;
  • le dossier d’interventions ultérieures sur l’ouvrage (DIUO).

Tous les chantiers et autres travaux non clos, indépendants et mis en œuvre par une entreprise externe, ainsi que toutes les interventions sur une installation en service, doivent être précédés par l’élaboration d’un plan de prévention, selon le Code du travail.

Le plan de prévention est un document élaboré conjointement par le maître d’ouvrage et l’entreprise externe. Il formalise les mesures de prévention des risques liés aux opérations menées par l’entreprise externe dans le cadre du chantier. Le plan de prévention est complémentaire au document unique d’évaluation des risques (DUER) obligatoire propre à chaque entreprise.

Recommandations

Les recommandations définissent les bonnes pratiques de prévention des risques professionnels liés à une ou plusieurs activités. Ce sont en quelque sorte des « règles de l'art » proposées aux entreprises. Elles sont élaborées par les organisations professionnelles et syndicales en lien avec l’Assurance Maladie – Risques professionnels.

Elles ne constituent pas une réglementation, mais leur non-respect peut entraîner des conséquences juridiques. Le Code du travail indique en effet que l’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.

Une quarantaine de recommandations s’appliquent au secteur du BTP. L’utilisation des engins de chantier et de grues, les travaux de livraison, de démolition, de transport et de stockage ou encore la conduite en sécurité figurent parmi les thématiques les plus fréquemment rencontrées. Trois d’entre elles sont incontournables. Elles traitent de :

Consultez la liste des recommandations pour le secteur du BTP.

Évaluer ses risques dans le BTP

Le document unique d’évaluation des risques (DUER) : socle de toute démarche de prévention

L’évaluation des risques est le point de départ de toute démarche de prévention. Cette étape essentielle consiste à identifier, analyser et classer les risques afin de définir les actions de prévention les plus appropriées.

Elle donne lieu à l’élaboration d’un document unique d’évaluation des risques (DUER) prévue dans le code du travail.

Un outil gratuit en ligne pour le BTP

Pour aider les chefs d’entreprises à initier cette démarche de prévention, un outil en ligne entièrement gratuit est mis à leur disposition. Il est accessible sur Mondocunique Prem’s, le site dédié au document unique d’évaluation des risques proposé par l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics).

Après avoir sélectionné les métiers du BTP représentés au sein de l’entreprise, l’employeur accède à une série de conseils pratiques. Ceux-ci visent à prévenir les risques associés à chaque métier et situation de travail. 

Former et informer son personnel sur la prévention des risques dans le BTP

Les acteurs concernés au sein de l’entreprise

La formation du personnel à la sécurité, au même titre que sa bonne information sur les risques pour la santé et la sécurité, constituent des obligations légales qui s’imposent à l’employeur.

Les actions qui en découlent concernent tous les salariés, qu’il s’agisse de personnel d’exécution ou d’encadrement, y compris les nouvelles recrues, les intérimaires et les sous-traitants, notamment.

Des formations adaptées à chaque métier du BTP

Dans le secteur du BTP, un certain nombre de formations sont obligatoires. Conçues pour prévenir divers types de risques, elles traitent notamment de la prévention des risques liés :

Pour en savoir plus, consultez notre page dédiée aux formations à la prévention dans le BTP.

Réduire les principaux risques professionnels du BTP

La prévention des risques doit être appréhendée de manière globale, le plus en amont possible. De manière générale, toute démarche s'appuie sur une évaluation des risques professionnels liés à l'analyse de l'environnement et des situations de travail. Des actions peuvent être ensuite mises en oeuvre aux niveaux collectif puis individuel. La prise en compte de certains risques spécifiques nécessite par ailleurs de mesures dédiées :

L’identification de toutes les situations de travail exposant les salariés aux risques de chute de hauteur doit intervenir dès la phase de conception d’un chantier afin de proposer des solutions permettant d’éviter l’exposition au risque.

La réflexion doit porter sur tous les postes de travail concernés par un risque de chute de hauteur, y compris ceux qui ne concernent que l’entretien. Elle doit également porter sur les conditions d’accès à ces postes.

Cette démarche nécessite d’impliquer des acteurs différents (concepteurs, maîtres d’ouvrage, salariés, sous-traitants…) pour aboutir à une identification des risques et à la mise en place d’actions adaptées.

Pour en savoir plus, consultez la page dédiée à la prévention des chutes de hauteur.

La stratégie de prévention des chutes de plain-pied s’articule autour des actions suivantes :

  • repérer au préalable les situations à risque : obstacles, pièces mal éclairées ou encombrées ;
  • planifier les étapes du travail en amont du chantier ;
  • dégager l’espace pour faciliter les déplacements ;
  • protéger et matérialiser les circulations piétonnes ;
  • entretenir et nettoyer régulièrement les circulations ;
  • stocker le matériel à un emplacement facilement accessible ;
  • porter des chaussures de protection haute et des vêtements adaptés aux mouvements ;
  • vérifier la stabilité des équipements et supports.

Pour en savoir plus, consultez la page dédiée aux chutes de plain-pied.

L’exposition à la poussière d’amiante, même brève, peut provoquer de graves maladies respiratoires ainsi que des cancers. Pour prévenir le risque amiante dans le secteur BTP, les professionnels doivent être formés à identifier les situations dangereuses et à adopter de bonnes pratiques face à celles-ci.

La prévention du risque amiante doit notamment porter sur :

  • les environnements au sein desquels il est possible de rencontrer des matériaux amiantés ;
  • les conditions de travail adaptées à ce risque ;
  • les obligations élémentaires des salariés ;
  • la gestion des déchets amiantés.

Pour en savoir plus, consultez la page dédiée au risque amiante sur le site de l’INRS (Institut national de de recherche et de sécurité), ainsi que les fiches de prévention par métier :

Établir une démarche de prévention efficace des risques chimiques passe par une identification en amont :

  • des produits chimiques ;
  • des mélanges et réactions potentiels ;
  • de leurs effets et dangers.

Certains produits chimiques particulièrement dangereux exigent des dispositifs de prévention spécifiques : c’est le cas des agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR).

La prévention du risque chimique doit s’établir suivant ces étapes :

  1. évaluer les risques chimiques ;
  2. si possible, supprimer ou remplacer les agents chimiques dangereux ;
  3. prévoir des mesures de protection collective et individuelle contre les risques chimiques ;
  4. sécuriser le stockage des produits chimiques utilisés ;
  5. former l’ensemble des personnels aux mesures de prévention, d’hygiène et d’urgence.

Pour en savoir plus, consultez la page dédiée à la démarche de prévention Risques chimiques Pros.

Pour limiter les manutentions et leurs effets, des bonnes pratiques existent. La mise en œuvre d’une démarche de prévention doit s’appuyer sur une évaluation des contraintes liées au port manuel de charges, tenant compte de :

  • la nature et l’importance des charges à manutentionner ;
  • les conditions dans lesquelles ces opérations sont effectuées ;
  • leur fréquence.

Sur la base de cette évaluation des risques (formalisée dans le document unique d’évaluation des risques – DUER), la démarche de prévention vise à :

  • supprimer la contrainte (mécanisation, palettisation, aides à la manutention…) ;
  • réduire cette contrainte au maximum si la suppression n’est pas possible (organisation des approvisionnements, des colisages...) ;
  • former le personnel et lui donner les moyens d’agir sur ses conditions de travail.

Loin d’être une fatalité, les effets du mal de dos et des autres types de troubles musculosquelettiques peuvent être enrayés. La démarche de prévention TMS pros peut vous aider à prévenir ou à réduire durablement ces risques.

Celle-ci consiste à construire un projet de prévention et identifier les situations à risques au sein de votre entreprise. Vous êtes ensuite accompagné dans le suivi de vos actions de prévention afin d’ajuster celles-ci si besoin.

Pour en savoir plus, consultez la page sur le mal de dos et celle sur la présentation de la démarche TMS Pros.