Transport sanitaire

20 septembre 2021
Que vous soyez travailleur indépendant ou employeur, la santé de votre entreprise de transport sanitaire est indissociable de la vôtre et de celle de vos collaborateurs. Améliorez la rentabilité de votre activité en réduisant les accidents du travail et les maladies professionnelles. Des mesures simples et peu coûteuses existent.
Infographie présentant les chiffres des accidents du travail pour le secteur du transport sanitaire

Les risques professionnels dans le secteur du transport sanitaire

Dans ce secteur d'activité, 66 % des accidents sont liés aux manutentions manuelles (le dos est touché dans presque la moitié des cas).

On dénombre près de 380 000 journées de travail perdues par an.

En moyenne les professionnels du secteur du transport routier de voyageurs sont arrêtés 87 jours pour cause d'accident du travail et 330 jours pour cause de maladie professionnelle.

Les accidents du travail et les maladies professionnelles représentent un coût humain, financier et juridique pour les entreprises du transport sanitaire. Aux frais de prise en charge (cotisations AT/MP), il faut ajouter ceux liés au temps de recrutement et de formation des remplaçants, à la baisse de productivité, aux poursuites judiciaires éventuelles...

Ces coûts directs et indirects peuvent avoir des répercussions majeures sur les performances de l’entreprise et affecter sa rentabilité. En améliorant la qualité de vie au travail, la prévention des risques constitue un levier efficace pour assurer la pérennité de votre activité.

Transport sanitaire : la liste des principaux risques professionnels

Ambulanciers, taxis conventionnés, conducteurs de véhicules sanitaires légers (VSL)… Les métiers du transport sanitaire recouvrent des réalités variées.

Tous sont exposés à des risques professionnels bien concrets : position assise prolongée, vibrations du véhicule, horaires parfois décalés, conflits avec les usagers…

Les ambulanciers, particulièrement, doivent rester vigilants pour protéger leur santé. Habilités à transporter des blessés, ils effectuent des transports d’urgence et peuvent être victimes d’accidents de la route. Ils manipulent également des personnes à mobilité réduite (âgées, malades ou blessées) qui peuvent constituer des charges lourdes. Enfin, leur rôle paramédical les expose à des contaminations au contact des malades.

Découvrez dans la liste ci-dessous les accidents du travail et maladies professionnelles les plus fréquents dans les métiers du transport sanitaire.

Principaux risques professionnels dans les métiers du transport sanitaire et conséquences sur la santé des salariés

Situation à Risques

Accidents du travail et maladies professionnelles

Manipulation des patients pour les installer dans le véhicule, port du matériel, conduite prolongée.

Mal de dos (lombalgies, dorsalgies), troubles musculosquelettiques (TMS) affectant le dos (hernies discales...) ou les membres supérieurs (tendinites, tendinopathies).
Risques routiers (mauvaises conditions de circulation, défauts d’entretien véhicule, trajets mal préparés, imprévus sur la route…) Accidents et traumatismes corporels divers

Risques biologiques (exposition au sang, aux fluides corporels, aux pathogènes divers)

Infection virale ou bactérienne, maladies graves (VIH, hépatites B et C…)

Agressions externes, situations conflictuelles, modifications de planning

Stress, troubles du sommeil, fatigue

Un outil en ligne simple, gratuit et anonyme pour évaluer les risques

Pour réduire les maladies professionnelles et les accidents du travail, une première étape est essentielle : identifier et évaluer les risques pour, ensuite, apporter des solutions efficaces.

Comment s’y prendre ? Pour vous aider, l'Assurance Maladie – Risques professionnels et l'INRS ont mis en place un outil en ligne d’évaluation des risques dédié au transport sanitaire et à destination des employeurs.

Gratuit et anonyme, il permet aux employeurs :

  • d’élaborer un plan d’action spécifique à partir d’un questionnaire dédié
  • d’établir et de mettre à jour le document unique d'évaluation des risques (DUER) et de remplir ainsi leurs obligations légales.

Ces deux documents sont téléchargeables et ont vocation à être affichés en évidence dans vos locaux.

En tant que professionnel de santé, vous êtes aussi particulièrement exposés au coronavirus. Un module « Plan d’actions Covid-19 » vous aide à évaluer les risques liés à la pandémie et à connaître les mesures opérationnelles pour protéger vos salariés.

Des actions simples et efficaces pour réduire les risques

Dans les métiers du transport sanitaire, les accidents et maladies restent trop nombreux. Absentéisme, surcharges de travail, perte de compétences… Les conséquences sont délétères pour les professionnels du secteur.

Elles affectent les conditions de travail de tous les collaborateurs, dégradent l’image de l’entreprise auprès des clients et menacent concrètement son chiffre d’affaires.

Les maladies et accidents professionnels ne sont pourtant pas une fatalité. Ils peuvent être limités efficacement par des mesures peu onéreuses et simples à mettre en place.

Dans votre activité de transport sanitaire, beaucoup de risques peuvent facilement être évités en respectant quelques bonnes pratiques :

  • Facilitez la prise en charge des personnes à mobilité réduite grâce à des matériels (chaises et brancards) performants avec assistance électrique ;
  • Renseignez-vous dès la prise d’appel sur l’état du client, la configuration des lieux et la présence éventuelle d’une personne valide qui peut l’aider ;
  • Évitez les accidents de la route en préparant vos trajets avant de prendre le volant et en entretenant régulièrement votre véhicule ;
  • Prévenez les contaminations par exposition au sang en vous munissant de gants de protection adaptés. Affichez dans le véhicule un protocole détaillant la conduite à tenir en cas d’accident ;
  • Expliquez clairement aux patients les modalités de leur prise en charge pour éviter les incompréhensions qui sont sources de conflits ;
  • Identifiez les causes d’incidents récurrentes avec les personnes prises en charge pour les corriger si cela est possible.

Les métiers du transport sanitaire comportent des risques spécifiques. Pour prévenir efficacement les accidents et les maladies, les professionnels ont notamment besoin de se former à :

  • la conduite d’un véhicule avec un patient et un équipage à bord ;
  • la gestion des accidents d’exposition au sang (AES) ;
  • la manipulation des personnes à mobilité réduite ;
  • la gestion des conflits

Si vous êtes employeur, la loi vous oblige à former vos salariés aux bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité et à les informer des dangers auxquels ils s’exposent : risques de contamination, produits dangereux… En cas de manquement, votre responsabilité peut être engagée.

Vous êtes employeur, salarié ou indépendant et vous souhaitez acquérir les connaissances de base en santé et sécurité au travail ? L’INRS propose sur son site web une autoformation gratuite composée de quatre modules interactifs :

  • s'initier à la prévention des risques professionnels ;
  • comprendre les liens entre travail et santé ;
  • comprendre l'accident de travail ;
  • participer à l'évaluation des risques professionnels.

D’une durée de deux heures chacun, ils sont agrémentés de fictions animées, d’exercices d’auto-évaluation, de témoignages de professionnels…

Connaître les risques du métier prend du temps. Les salariés, intérimaires, apprentis ou stagiaires fraîchement recrutés peuvent minimiser certains dangers et s’exposer inutilement.

Il faut donc les accompagner. Au sein de votre équipe, désignez une personne expérimentée pour sensibiliser les nouvelles recrues aux bonnes pratiques de prévention des risques.

Un cahier de l’accueillant (PDF) réalisé par l’Assurance Maladie – Risques professionnels vous explique la marche à suivre, étape par étape. Téléchargez-le !

Des subventions existent pour aider les entreprises de moins de 50 salariés à réduire les risques professionnels :

TMS Pros Diagnostic et TMS Pros Action subventionnent des matériels destinés à réduire les contraintes physiques ainsi que la formation, l'évaluation et la mise en place d'un plan d'actions contre les risques de troubles musculosquelettiques.

Pour connaître les modalités d’obtention de ces aides, consultez la page des subventions prévention pour les petites entreprises.

L’outil « Faire le point » vous permet d'identifier les facteurs de risques psychosociaux (affections psychiques liées au travail : anxiété, burn out, dépressions…) et aide à intégrer les RPS au document unique d'évaluation des risques professionnels, comme l'impose la réglementation.

Les experts de l’Assurance Maladie – Risques professionnels sont à vos côté pour vous aider à mettre en place un plan de prévention efficace contre les troubles musculosquelettiques, le mal de dos, les chutes ou les risques psychosociaux.

Pour plus d’informations, contactez votre caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat), votre caisse régionale d’assurance maladie (CRAM), ou votre caisse générale de sécurité sociale (CGSS).