Former les acteurs du secteur de l’aide et des soins à la personne

03 janvier 2021
Intégrée à la démarche de prévention, la formation dans le secteur de l’aide et des soins à la personne permet d’améliorer les conditions de travail et de préserver la santé des salariés, tout en contribuant à la qualité des soins et au confort des personnes accompagnées.

La formation, une action de prévention à part entière

Face au coût humain et financier des accidents du travail et maladies professionnelles dans le secteur de l’aide et soins à la personne, la formation constitue un levier essentiel à la diffusion d’une culture de prévention durable.

En se formant, les salariés acquièrent les compétences leur permettant d’analyser leur environnement, afin de réduire les risques, tant pour les intervenants que pour les personnes accompagnées. Pour la structure ou l’établissement, la formation participe à la fidélisation des salariés, qui se traduit par une baisse des coûts financiers entraînés par l’absentéisme, les arrêts de travail et les départs.

Une obligation légale et une bonne pratique

Le salarié doit être informé des risques auxquels il est exposé à son poste de travail et des moyens pour l’éviter. Il peut donc recevoir deux types de formations :

  • la formation à la sécurité (obligatoire, d’après le Code du travail), qui doit être renouvelée régulièrement et à chaque fois que les modes d’exécution du travail évoluent, ainsi que des formations à certains risques spécifiques si nécessaire ;
  • la formation professionnelle continue en lien avec la prévention des risques professionnels. Une prise en charge partielle ou totale est possible par les financeurs de la formation professionnelle continue (organisme paritaire collecteur agréé) et les Carsat.

Pour en savoir plus sur les responsabilités de l’employeur, consultez les brochures de l’INRS :

La mobilisation collective, facteur clé du succès

L’entreprise peut se faire aider par des experts extérieurs, mais c’est toujours son propre engagement qui va être l’élément déterminant du succès de l’action de prévention. Celle-ci suppose une action concertée de tous les niveaux hiérarchiques :

  • direction et encadrement intermédiaire ;
  • cadres intermédiaires ;
  • animateurs de prévention ;
  • aidants, soignants partenaires de l’entreprise ;
  • instances représentatives du personnel si elles existent ;
  • services de santé au travail.

Les formations sont dispensées :

  • soit par l’INRS et le réseau de l’Assurance maladie - Risques professionnels ;
  • soit par des organismes habilités, répondant au même cahier des charges.

Les actions de formation complètent ainsi l’information sur les bonnes pratiques rappelées notamment :

Principaux objectifs de prévention

Les objectifs de formation répondent à la diversité des activités assurées par les professionnels de l’aide et du soin à la personne. Ils s’inscrivent principalement dans le cadre fixé par la convention nationale d’objectifs fixant un programme d’actions spécifique aux activités du secteur de l’hébergement, de l’aide et du soin à la personne :

  • le développement d'une culture de prévention dans les établissements et entreprises ;
  • la prévention des risques liés à la manipulation de personnes et d'objets ;
  • la prévention des chutes (plain-pied et avec dénivellation) et des glissades ;
  • la prévention du risque chimique, biologique, routier ;
  • les risques psychosociaux (RPS).

Pour l’aide et les soins à domicile, l’offre de formation vise à préparer les intervenants à domicile aux différentes situations et pathologies rencontrées (autisme, handicap, fin de vie, Alzheimer, etc.).

Pour les établissements sanitaires et médicosociaux, l’offre de formation fait partie intégrante de :

  • de la démarche générale de prévention des risques professionnels, à travers la formation professionnelle continue ;
  • du processus d’accueil des nouveaux (via le tutorat ou le parcours d’intégration) ;
  • des actions de prévention des risques liés aux transferts et à la mobilisation de personnes.

La formation : pour qui ?

Toute démarche de prévention des risques professionnels concerne de manière transversale l’ensemble des activités professionnelles :

  • les directeurs d’établissements ou de structures d’aide et soins à domicile, qui doivent piloter la démarche de prévention ;
  • l’encadrement de proximité ou fonctionnel de sécurité (les personnes désignées comme animateurs de prévention) qui doivent notamment coordonner et animer le projet de prévention ;
  • l’ensemble des agents, aidants, soignants, intervenants à domicile qui participent à la maîtrise des risques et à l’amélioration des conditions de travail.

Devenir acteur PRAP 2S (prévention des risques liés à l’activité physique)

La formation d’acteurs PRAP 2S (prévention des risques, souvent dispensée dans le cadre de la formation initiale) est considérée comme étant la formation de référence en prévention pour les futurs professionnels. Elle est accessible à tous les acteurs du secteur sanitaire et médico-social.

À l’issue de cette formation, le salarié est capable :

  • de connaître les risques de son métier ;
  • d’observer et analyser sa situation de travail ;
  • de participer à la maîtrise du risque pour prendre soin de lui (tout en prenant soin du bénéficiaire s’il s’agit d’accompagnement à la mobilité) et proposer si besoin des améliorations sur les plans technique, organisationnel et humain.

Elle a ainsi pour objectifs de diminuer les risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles liés aux activités physiques et de participer à l’amélioration des conditions de travail.

Modalités pédagogiques

Pour en savoir plus sur les prérequis et les modalités de la formation Prap2S, consultez la page dédiée au dispositif prap 2S sur le site Forprev.fr.

La formation Prap 2S : un atout reconnu

Éligible au titre de la formation professionnelle continue, cette formation est encouragée par l’ensemble des partenaires sociaux (représentations professionnelles, OPCA, etc.). La formation Prap est également reconnue au titre de la formation initiale et intégrée dans de nombreux dispositifs diplômants.

Se former en tant que chef d’établissement ou du dirigeant de structure

En charge de la sécurité et de la santé physique et mentale des salariés, le chef d’établissement ou dirigeant de structure est garant de la démarche de prévention de l’établissement. Il en est le maître d’ouvrage. À ce titre, ses responsabilités l’amènent à :

  • identifier les enjeux correspondants à la situation de l’établissement et fixer les objectifs ;
  • allouer les ressources nécessaires et structurer son organisation ;
  • engager l’action en définissant des priorités et évaluer le résultat ;
  • arbitrer le(s) projet(s) de prévention dans le temps et veiller à la mobilisation des ressources concernées.

Des formations permettent de répondre à ces enjeux :

Modalités pédagogiques

Le chef d’établissement ou de structure doit s’engager dans une démarche de prévention et envisager la formation d’au moins un animateur de prévention.

La formation est découpée en deux temps :

  • Une journée consacrée à la mise en place d’une démarche de prévention adaptée au contexte de l’établissement et situant l’action de l’Animateur Prévention. Cette première journée permet notamment au chef d’établissement :
    • de repérer le futur animateur prévention à former,
    • d’allouer le temps nécessaire à sa formation (6 jours),
    • de poser les bases d’une lettre d’engagement précisant le cadre d’action de l’établissement, de l’animateur de prévention et des acteurs PRAP 2S ;
  • Une demi-journée d’accompagnement minimum par le formateur, sur site.

Une attestation de formation validant les acquis est remise aux participants.

Devenir animateur prévention (AP)

Cette formation s’adresse aussi bien aux professionnels exerçant en établissement qu’à domicile, avec :

  • la formation de l’animateur prévention dans le secteur de l’hébergement et de l’accueil des personnes âgées (Hapa) (AP HAPA) ;
  • la formation de l’animateur prévention du secteur de l’aide et du soin à domicile (AP ASD).

À l’issue de cette formation, le salarié est capable :

  • d’organiser et animer, en lien avec la Direction, la démarche de prévention des risques professionnels de son entreprise ;
  • d’élaborer et animer un projet de prévention des risques professionnels ;
  • proposer des actions d’amélioration.

Modalités pédagogiques

Les salariés doivent avoir suivi avec succès :

Leur formation alterne périodes de formation en présentiel et mise en œuvre en entreprise :

  • 6 jours de formation en présentiel (3 jours pour les salariés exerçant à domicile) ;
  • 2,5 jours de travaux d’intersession répartis sur 4 à 8 semaines (1,5 jour pour les salariés exerçant à domicile) ;
  • une demi-journée d’accompagnement minimum par le formateur, sur site.

Les participants ayant suivi avec succès la formation reçoivent une certification, valide trois ans. Pour en conserver le bénéfice, l’animateur de prévention doit participer à une formation de « maintien et actualisation des compétences » (MAC), d’une durée de 14 heures.

Pour en savoir plus, consultez les documents de référence édités par l’INRS :

Devenir acteur prévention secours du secteur de l’aide et du soin à domicile (APS ASD)

La formation des APS ASD vise l’ensemble des métiers d’aide et de soin à domicile. Elle permet à l’intervenant de disposer d’une double compétence : prévenir et secourir. L’APS ASD joue un rôle clé dans la réduction et la suppression des risques. Ses responsabilités l’amènent à :

  • analyser les situations de travail auxquelles il est confronté ;
  • proposer des améliorations sur les plans organisationnels de l’activité, technique et humain ;
  • accompagner la mobilité de la personne aidée, en prenant soin de l’autre et de lui ;
  • adopter un comportement adapté en cas de dysfonctionnement, d’incident ou d’accident sur son lieu de travail.

À l’issue de cette formation, le salarié est capable :

  • d’être acteur de la prévention des risques professionnels liés à son métier et se situer en tant qu’APS dans la structure ;
  • d’observer et analyser une situation de travail pour identifier ce qui peut nuire à sa santé ;
  • de participer à la maîtrise des risques dans sa structure ;
  • d’intervenir face à une situation d’accident du travail.

Le programme de formation APS ASD partage une approche similaire à :

  • la formation d’acteur Prap (méthodologie d’analyse des situations de travail, mode d’évaluation) ;
  • et à la formation de sauveteur secouriste du travail (SST).

Le déroulé pédagogique de la formation permet ainsi à l’APS ASD d’être, par équivalence :

  • acteur prévention des risques dans les secteurs de l’industrie, du bâtiment et des commerces (Prap IBC) ;
  • sauveteur secouriste du travail.

Les sauveteurs secouristes du travail ayant un certificat à jour de moins de 6 mois peuvent prétendre au certificat APS ASD en validant le module « prévention » de l’APS ASD.

Pour en savoir plus, consultez la page dédiée au dispositif de formation ASD - Aide et soin à domicile sur le site Forprev.fr.

Modalités pédagogiques

Conçue pour être très opérationnelle, la formation amène le stagiaire à mettre en pratique ses compétences dans son poste de travail. Ce principe repose donc sur une coordination efficace entre le formateur certifié, le stagiaire et sa structure, notamment durant les travaux d’intersession de l’APS ASD.

La formation alterne périodes de formation en présentiel et travaux personnels :

  • 3 jours de formation en présentiel (2+1 ou 1+2) ;
  • une demi-journée de travaux d’intersession (réalisés au terme du deuxième jour de formation, pour permettre une restitution le troisième jour).

Le certificat APS ASD est valide pendant deux ans. Pour en conserver le bénéfice, l’APS ASD doit participer à une formation de « maintien et actualisation des compétences » (MAC), d’une durée de 7 heures.