Agriculture tropicale (culture de la banane et de la canne à sucre)

Chutes, blessures, intoxications liées à l’utilisation de produits chimiques… Les risques professionnels auxquels sont confrontés les exploitants et les salariés des secteurs de la culture de la canne à sucre et de la banane sont nombreux. Pour réduire ces risques, il est possible de mettre en œuvre des mesures et actions de prévention peu coûteuses.
Infographie présentant les différents risques professionnels liés au secteur de l'agriculture tropicale

Les risques professionnels dans le secteur de l'agriculture tropicale

Ce secteur d'activité est composé de deux branches : la culture de la banane et la culture de la canne à sucre.

Pour la culture de la banane, 36 % des accidents sont liés aux chutes et 32 % des accidents sont liés aux outils à main.

On dénombre près de 10 000 journées de travail perdues par an.

En moyenne les professionnels de la culture de la banane sont arrêtés 38 jours pour cause d'accident du travail et 266 jours pour cause de maladie professionnelle.

Pour la culture de la canne à sucre, 44 % des accidents sont liés aux manutentions manuelles et 30 % des accidents sont liés aux machines et outils à main.

On dénombre près de 4 000 journées de travail perdues par an.

En moyenne les professionnels du secteur de la culture de la canne à sucre sont arrêtés 43 jours pour cause d'accident du travail et 128 jours pour cause de maladie professionnelle.

En France, la canne à sucre et la banane sont principalement cultivées dans les cinq départements d’Outre-mer.

Focus sur la culture de la canne à sucre

La canne à sucre est exploitée, sur plus de 40 000 hectares au total. À elle seule, la Réunion représente près de 70 % de la production et 3 200 exploitants y consacrent tout ou partie de leur activité. Sur l’île, la culture de la canne à sucre concentre plus de 13 % des emplois du secteur privé, soit 13 800 emplois directs et indirects, auxquels s’ajoutent 4 500 emplois induits.

Focus sur la culture de la banane

La banane est l’une des principales ressources économiques de la Guadeloupe et de la Martinique, avec 600 exploitations au total, dont les deux tiers implantés en Martinique. En 2016, le secteur de la culture de la banane représentait dans les Antilles françaises environ 10 000 emplois, dont 6 000 emplois directs. Après une baisse de sa production, liée notamment au passage de l’ouragan Maria en 2017, la filière est à nouveau en plein développement et cherche désormais à recruter.

Secteurs de la canne à sucre et de la banane : la liste des principaux risques professionnels

Chutes, blessures liées à la manutention manuelle, intoxications… Les exploitants et salariés des exploitations de bananes et de canne à sucre sont exposés à de nombreux risques professionnels, qui peuvent être d’origine biologique, physique ou chimique. Leur nature et leur gravité varient également en fonction de l’activité exercée sur l’exploitation, avec l’utilisation des produits ou la manipulation d’outils.

Ces accidents du travail et maladies professionnelles représentent un coût humain et financier important : ils peuvent dégrader la qualité de travail des employés, mais aussi nuire au fonctionnement et à la rentabilité des exploitations.

Pour une prévention adaptée et efficace de ces risques, il est essentiel de bien les identifier. Le tableau ci-dessous présente quelques exemples de situations dangereuses auxquelles peuvent être confrontés les professionnels de ces secteurs.

Principaux risques professionnels dans les exploitations de canne à sucre et de bananes et conséquences sur la santé des professionnels
Situations à risques Conséquences sur la santé
Contact direct ou indirect avec des produits chimiques (insecticides, fongicides, herbicides…) Intoxications, affections cutanées, atteintes des systèmes respiratoire et reproducteur, cancers
Manutentions manuelles, port de charges lourdes postures statiques ou contraignantes prolongées Douleurs au dos et aux articulations, troubles musculo-squelettiques
Manipulation d’outils et d’outillages tranchants, de machines automatisées Blessures, coupures, écrasement, entraînement
Interventions en hauteur, déplacements sur l’exploitation Chutes
Conduite de véhicules ou d’engins agricoles Basculement, retournement, risque routier lié à la circulation entre différentes parcelles de l'exploitation (conduite sur des routes départementales ou nationales, par exemple)
Surcharge de travail Risques psychosociaux, fatigue, stress

Un outil en ligne gratuit pour réaliser son Document unique d'évaluation des risques (DUER)

Le Document unique d’évaluation des risques professionnels (DUER)  est obligatoire dans toutes les entreprises dès l'embauche du premier salarié. L'employeur consigne dans ce document le résultat de l'évaluation des risques pour la santé et la sécurité auxquels peuvent être exposés les salariés. Sa mise à jour, a minima annuelle, est également obligatoire.  

Pour faire votre évaluation des risques et télécharger votre DUER, l’Assurance Maladie – Risques professionnels et l’INRS proposent l’accès gratuit à l'outil en ligne d'évaluation des risques : culture de la banane et culture de la canne à sucre.

Vous aurez à répondre à un questionnaire, structuré à partir des principales situations à risques identifiées pour votre entreprise. Il vous permettra d’obtenir un Document unique d’évaluation des risques (DUER) sur mesure.

Le DUER n'est pas figé et devra évoluer en fonction d’informations supplémentaires concernant l'évaluation d'un risque. Par exemple, il doit  intégrer les risques d'exposition à la Covid 19.

Pourquoi utiliser cet outil en ligne ?

Parce qu'il est :

  • gratuit & anonyme : vous avez seulement à renseigner une adresse électronique (qui peut être anonyme) et définir un mot de passe ;
  • simple : vous faites votre évaluation facilement sur une plateforme web à partir d’un ordinateur connecté à Internet ;
  • interactif & personnalisé : vous répondez à un questionnaire adapté à votre secteur d’activité et à la situation de votre entreprise ;
  • une aide: vous êtes guidé dans l’évaluation des risques et la définition du plan d’actions ;
  • utile : il permet de répondre à votre obligation légale sur l'évaluation des risques.

Limiter les risques avec des mesures simples

Des mesures simples et efficaces existent pour prévenir les risques professionnels inhérents aux secteurs de la culture de la canne à sucre et de la banane.

Ces mesures vous permettront de vous mettre en conformité avec les exigences réglementaires, mais aussi :

  • de préserver votre santé et celle de vos collaborateurs ;
  • de contribuer à l’attractivité de la profession en offrant un cadre de travail plus sûr à vos équipes ;
  • d’éviter l’absentéisme lié aux accidents du travail et aux maladies professionnelles ;
  • d’améliorer le fonctionnement de votre exploitation et augmenter sa rentabilité.

Vous pouvez télécharger les fiches ci-dessous, adaptées aux risques professionnels de votre secteur :

Pour en savoir plus sur les mesures de prévention à mettre en œuvre, vous pouvez également consulter les documents suivants :

Vous vous installez et vous souhaitez équiper votre nouveau local ? Votre matériel est vieillissant et vous souhaitez le changer ? Vous avez eu un problème de santé à cause du matériel inadapté ou dangereux dans votre entreprise et souhaitez investir ? Ou tout simplement, vous souhaitez utiliser du matériel sûr ?

Les fiches « Comment bien choisir ? » vous donne le type d’équipement et les caractéristiques importantes à prendre en compte au moment de l’achat.

Imprimez les et donnez-les à votre fournisseur pour qu’il trouve le matériel idéal.

Après l’achat, n’oubliez pas de suivre les recommandations d’aménagement du poste de travail, d’entretien du matériel et de formation de vos salariés qui l’utiliseront, le cas échéant !

Vos salariés, ayant une activité de bureau, sont aussi concernés par la prévention des risques professionnels. Retrouvez l'ensemble des solutions de prévention dans l'article travail de bureau.

La formation des salariés participe activement à la prévention des risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Dans ce cadre, l’INRS propose sur son site une autoformation en ligne et gratuite, à destination des dirigeants et de leurs collaborateurs qui pourront se former à leur rythme.

Cette auto-formation est composée de plusieurs modules interactifs, qui incluent des fictions animées, des témoignages de professionnels ou encore des exercices d’auto-évaluation. Ils sont organisés en quatre thématiques :

  • s’initier à la prévention des risques professionnels ;
  • comprendre les liens entre travail et santé ;
  • comprendre l’accident du travail ;
  • participer à l’évaluation des risques professionnels.

L'Assurance Maladie - Risques professionnels propose également des webinaires sur la prévention des risques dans de nombreux secteurs d'activité.

Prévenez les risques liés à l’activité physique ou manuelle avec la formation PRAP

La formation à la prévention des risques liés à l’action physique (PRAP) vous permet d’identifier les risques spécifiques à l’activité physique ou manuelle. Un outil simple et efficace pour adopter de bons gestes et postures.

Conscience insuffisante des dangers, méconnaissance de la prévention, manque d’expérience… À leur entrée dans l’entreprise, les nouveaux arrivants peuvent sous-estimer les risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles associés à leur nouvel environnement de travail. Ils sont ainsi particulièrement exposés.

Pour aider les employeurs à les former à ces risques, l’Assurance Maladie - Risques professionnels a créé le cahier de l’accueillant (PDF). Ce guide rappelle les démarches essentielles à mettre en place pour accueillir et accompagner un nouvel arrivant.

Les entreprises de moins de 50 salariés peuvent s’appuyer sur des aides financières pour la prévention des risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Consultez la page des subventions prévention pour les petites entreprises pour connaître leurs spécificités et leurs modalités d'obtention.

Après un accident sur le lieu du travail, des mesures correctives doivent être mises en place pour éviter qu’un accident du même type se reproduise. Dans cette perspective, l’INRS a conçu l’outil « Agir suite à un accident du travail ». Cet outil vous aide à adopter une démarche globale de prévention et peut alimenter le plan d’actions du document unique d’évaluation des risques.

Dans un premier temps, vous êtes invités à réaliser une enquête pour déterminer les circonstances de l’accident, en vous appuyant sur un guide à télécharger dans l’outil. Sur cette base, vous pourrez analyser les mesures préventives à mettre en place et télécharger votre plan d’actions.

Vos salariés et vous-mêmes pouvez être exposés à des risques psychosociaux, liés notamment à la pénibilité des conditions de travail, à la pression économique ou encore aux contraintes climatiques.

L’INRS a conçu l’outil « Faire le point » pour prévenir ces risques, souvent sous-estimés. Cet outil vous aide à les intégrer au document unique d'évaluation des risques professionnels, pour être ainsi en conformité avec la réglementation.

Vous êtes confrontés à des accidents du travail récurrents ou des maladies professionnelles spécifiques ? Vous souhaitez mettre en place une stratégie de prévention des risques propres à votre secteur ? Contactez votre caisse de sécurité sociale (CGSS).