Lutter contre le mal de dos, une priorité pour les entreprises

29 décembre 2020
Le mal de dos est une réalité pour toutes les entreprises, petites ou grandes, quel que soit leur secteur d’activité. Non seulement le mal de dos impacte la santé et le bien-être des salariés, mais il porte également atteinte à la performance des entreprises.

Mal de dos : une réalité pour toutes les entreprises

Communément appelé « lumbago » et médicalement nommé « lombalgie », le mal de dos est très répandu : plus de 4 actifs sur 5 déclarent avoir déjà eu des problèmes de dos pendant ou après le travail(1).

(1) BVA « Connaissances et attitudes vis-à-vis de la lombalgie ». Enquête réalisée par Internet en mai 2018 auprès d’échantillon national représentatif de 2000 Français âgés de 18 ans et plus.

Le mal de dos au travail : un enjeu humain

Infographie : le mal de dos lié au travail représente 20 % des accidents de travail, près de 15 % des accidents de trajet, un cinquième des arrêts de travail et 2 mois d’arrêt en moyenne pour un accident de travail

Les chiffres du mal de dos lié au travail

  • 20 % des accidents de travail.
  • Près de 15 % des accidents de trajet.
  • 1/5 entraine un arrêt de travail.
  • 2 mois d'arrêt en moyenne pour un accident du travail.

Alors que les lombalgies représentaient 13 % des accidents du travail en 2005, elles grimpent à 20 % dix ans après soit 170 000 accidents du travail en 2017(2). La durée moyenne d’arrêt de travail lors d’un accident de travail et de trajet lié à une lombalgie est de deux mois en moyenne. Toutefois, ils durent moins de 2 semaines dans 50 % des cas(3). Pourtant, si l’évolution de la lombalgie est souvent rapidement favorable, cette dernière engendre également des douleurs qui peuvent être intenses et qui vont altérer la qualité de vie et le travail du salarié. Lorsque le mal de dos devient chronique, il existe un risque réel de désinsertion professionnelle. De fait, on observe une durée d’arrêt plus longue quand les lombalgies sont en lien avec le travail que lorsqu’elles surviennent dans un autre contexte.

Par-delà les aspects individuels, l’organisation de l’entreprise est également touchée, faisant du mal de dos un vrai enjeu socio-économique et organisationnel.

(2) Assurance Maladie Risques Professionnels – Mission statistiques
(3) Rapport de l’Assurance Maladie – Risques professionnels « Les lombalgies liées au travail : quelles réponses apporter à un enjeu social, économique et de santé publique ? », Santé travail : enjeux & actions, janvier 2017.

Les coûts directs qui pèsent sur les entreprises

Le mal de dos représente également un enjeu économique. On évalue à 12,2 millions le nombre de journées de travail perdues en raison d’une lombalgie, soit 57 000 emplois à temps plein. Ceci engendre un coût direct de plus d’un milliard d’euros pour les entreprises via leurs cotisations accidents du travail et maladies professionnelles, soit l’équivalent du coût des autres troubles musculosquelettiques. Il se décompose de la façon suivante : 120 millions d’euros pour la prise en charge des soins, 580 millions d’euros pour les indemnités journalières, et 300 à 350 millions d’euros pour les séquelles(4).

(4) Rapport de l’Assurance Maladie – Risques professionnels « Les lombalgies liées au travail : quelles réponses apporter à un enjeu social, économique et de santé publique ? », Santé travail : enjeux & actions, janvier 2017.

Nombre de journées perdues pour cause de lombalgie

Visuel précisant le nombre de jours perdus causés par les accidents du travail, les accidents de trajet et les maladies professionnelles liés à une lombalgie.

Les accidents du travail, les accidents de trajet et les maladies professionnelles liés à une lombalgie représentent un total de 12,2 millions de jours perdus, soit 57 000 équivalents temps plein (ETP).

Les coûts indirects du mal de dos

Le mal de dos a par ailleurs des incidences indirectes sur la performance de l’entreprise. Si les deux premières – coût du maintien du salaire et d’un remplacement – vont jouer au niveau individuel, la désorganisation et la démotivation des équipes, la baisse de productivité inhérente à ces dernières et à l’absence du salarié (même en cas de remplacement) ainsi que l’atteinte à l’image et à l’attractivité de l’entreprise vont induire des coûts indirects importants.

Le mal de dos représente un défi de taille pour l’entreprise. Les coûts engendrés, qu’ils soient directs ou indirects, et l’impact sur la qualité de vie des salariés souffrant de mal de dos motivent une nécessaire mise en place d'actions de prévention. Ces actions ont vocation à réduire les facteurs de risque liés à l’activité, afin d’améliorer les conditions de travail et de bien-être des salariés et, ainsi, participer à la performance de l’entreprise.

Aide et soins à la personne, transport et logistique, commerce, gestion des déchets, bâtiment… Certains secteurs exposent davantage le salarié aux risques de lombalgie.