Comment agir efficacement contre le mal de dos dans votre entreprise ?

23 novembre 2018
Pour lutter efficacement contre le mal de dos au travail, il faut agir sur l’ensemble des facteurs qui le favorisent. Il s’agit d’une part de mettre en place une démarche collective de diminution des risques associant salariés et représentants, et d’autre part, une approche individuelle qui se traduit par le maintien ou le retour à l’activité professionnelle dans des conditions adaptées.

Pourquoi s’engager dans la prévention du mal de dos ?

Le mal de dos au travail n’est pas une fatalité. La mise en place d’une démarche de prévention s’inscrit dans une logique de performance sociale et économique créant un cercle vertueux en faveur de la santé des salariés et de celle des entreprises. Il existe des moyens efficaces et faciles à mettre en œuvre qui trouveront un écho positif auprès des salariés puisqu’ils verront leurs conditions de travail s’améliorer durablement. Cette démarche de prévention aura un impact direct sur la productivité et la performance globale en permettant de diminuer la désorganisation liée aux arrêts et aux accidents du travail dus au mal de dos. De plus, comme toute démarche liée à la qualité de vie au travail, elle favorisera un meilleur climat social et renforcera l’attractivité de l’entreprise.

En tant qu’employeur, vous pouvez enclencher une démarche collective de prévention des risques du mal de dos pour tous vos salariés et une démarche individuelle pour adapter le poste de travail de vos salariés souffrant du dos.

 Les bénéfices de la prévention

Mener une démarche de prévention collective dans votre entreprise

La démarche de prévention collective associe une approche technique et organisationnelle qui s’appuie sur l’évaluation des risques existants dans l’entreprise. C’est une démarche qui doit impliquer vos salariés et leurs représentants.

Pour mener à bien cette démarche, trois étapes sont nécessaires :

  1. relever la survenue d’accidents du travail et de maladies professionnelles (recueil des plaintes ; nombre et causes, notamment liées au mal de dos) et analyser leurs causes et circonstances ;
  2. identifier tous les facteurs de risque de mal de dos ;
  3. mettre en place des actions de prévention et les évaluer.

Les actions de prévention à mettre en place

Organiser le travail

Organiser le travail, allouer plus de temps si nécessaire, alterner les tâches en restant attentif aux cumuls d’astreintes que peuvent cacher ces alternances, coordonner les pauses...

Zoom témoignage

« Avant chaque prise de poste, nous organisons un brief sur le volume de tâches afin d’anticiper la charge de travail. Nous complétons ce brief par un éveil musculaire qui permet d’étirer et d’échauffer les muscles pour préparer le corps à l’effort. »

Gil Da Silva, adjoint au directeur d’entrepôt chez Martin Brower

© L'Assurance Maladie

Aménager les postes et espaces

Aménager les postes et espaces pour limiter le port et le poids des objets transportés, les déplacements de charges et travailler en sécurité (adapter les hauteurs de prises et déposes des objets manutentionnés, nettoyer les sols, ne pas encombrer les allées de circulation...).

Zoom témoignage

« Au sein du supermarché Cora de Forbach, nous avons mis en place des chariots élévateurs pour le transport des marchandises qui permettent d’élever la charge à hauteur de bras et d’éviter aux collaborateurs de se baisser et de solliciter leur dos trop souvent. »

Philippe Bizet, directeur du magasin Cora à Forbach

© L'Assurance Maladie

Installer des équipements et outils d'aide

Installer des équipements et outils d’aide pour limiter les risques liés à la manutention manuelle et au port de charges ou de personnes.

Zoom témoignage

« Nous avons identifié une tâche particulièrement pénible qui sollicitait le dos : la montée et la descente de banches. L’entreprise a investi dans un matériel adapté avec marchepied, leste et décompresseur qui a fait baisser nettement le risque de mal de dos sur ce poste de travail. »

Marcio Da Silva Alves, assistant chef de chantier, Eiffage Construction Pays de la Loire

© L'Assurance Maladie

Former et informer les salariés

Former et informer les salariés sur les différents risques et comment les éviter ou les réduire (formations en Prévention des risques liés à l’activité physique – PRAP). Il existe aussi des formations dédiées dans certains secteurs d’activité comme l’aide et le soin à la personne ou le transport :

  • Formation AP ASD (Animateur prévention soin et aide à domicile)
  • Formation HAPA (Hébergement et accueil des personnes âgées)
  • Formation APTR (Animateur prévention transports routiers)
Zoom témoignage

« 100 % de nos soignants ont été formés à notre démarche de prévention qui est spécifique au secteur du soin en milieu hospitalier. Nous y avons également associé les étudiants des écoles du groupe hospitalier. »

Jean-Philippe Sabathé, responsable départemental Prévention - Direction des Ressources Humaines

© L'Assurance Maladie

L’Assurance Maladie - Risques professionnels a mis en place le programme TMS Pros, une démarche pour aider les employeurs à identifier, connaitre et maîtriser les risques liés aux manutentions manuelles et les ports de charges pour prévenir les TMS (Troubles musculosquelettiques) et les lombalgies.

Que faire lorsqu’un salarié a mal au dos ?

Encouragez votre salarié à consulter

N’hésitez pas à encourager votre salarié à consulter son médecin traitant et cela, dès qu’un mal de dos entraîne une gêne dans son travail. En cas de lombalgie, il est important que le médecin traitant pose le bon diagnostic afin de soulager la douleur de façon adaptée.

Favorisez la reprise progressive du travail en vue de la guérison

Une fois le diagnostic posé, c’est avec votre service de santé au travail que vous mettrez en place de façon temporaire et progressive les conditions adaptées à son maintien ou à sa reprise du travail en respectant des limites de contraintes physiques. En favorisant la poursuite ou la reprise précoce de leur activité professionnelle, vous permettez à vos salariés de :

  • bénéficier d’un accompagnement spécifique lors de leur reprise ;
  • garder confiance dans leur guérison et dans leur capacité à poursuivre leur activité ;
  • disposer du soutien du collectif de travail ;
  • guérir tout simplement puisque pour aller mieux, les muscles du dos doivent rester actifs.

 accompagner le salarié dans le maintien de son activité

Faites le point sur les conditions et l’environnement de travail de votre salarié

Le salarié pour lequel le lien entre mal de dos et travail est établi doit alerter et amener à mettre en œuvre des mesures spécifiques pour améliorer les conditions de travail afin qu’à son retour il ne soit plus exposé aux mêmes facteurs de risques. Par ailleurs, son cas doit vous inciter à envisager si nécessaire une démarche collective de prévention pour réduire ou éliminer les facteurs de risque pour l’ensemble des salariés.

Employeurs, vous n’êtes pas seuls pour faire face au mal de dos au sein de votre entreprise. Des acteurs, des outils et des ressources sont à votre disposition pour vous aider à mettre en œuvre une démarche de prévention.

Téléchargez la brochure « Mal de dos au travail ? Les clefs d’une prévention efficace »

Pour en savoir plus sur la démarche de prévention, consultez le dossier de l’INRS.