Ehpad : état des lieux de leur équipement en dispositifs lève-personne plafonniers

Publié le

L’Assurance Maladie - Risques professionnels fait le point sur le taux d’équipements des Ehpad en rails de transfert plafonniers, équipement de premier plan pour prévenir les troubles musculosquelettiques dans ce secteur d’activité.

Les dispositifs « lève-personne » plafonniers constituent un équipement de premier plan pour prévenir les troubles musculosquelettiques dans le secteur de l’aide et soins à la personne. Ces installations représentent des investissements parfois importants pour les Ehpad. C’est pourquoi, alors que la nouvelle subvention prévention des risques ergonomiques permet de participer au financement de ce type de dispositifs, l’Assurance Maladie – Risques professionnels a souhaité faire un état des lieux du niveau d’équipement des Ehpad en France.

En janvier 2024, 202 Ehpad représentatifs du secteur en termes de statut (public, associatif ou privé) et de nombre de places ont été interrogés par l’institut BVA.

Un taux d’équipement en rails plafonniers de l’ordre de 60%, qu’il s’agisse du nombre d’établissement ou de chambres

58% des Ehpad disposent d’au moins un rail de transfert plafonnier (quelle que soit sa configuration) et 35% d’entre eux en ont équipé toutes leurs chambres.

Pour les établissements équipés, ces dispositifs couvrent en moyenne 6 chambres (hors UVP et UHR*) sur 10, un chiffre qui monte à 7 sur 10 en établissement public. Ces équipements sont également très liés à la taille de l’établissement avec 70% des Ehpad de plus de 80 places disposant de rails, contre 33% de ceux ayant moins de 60 places.

Les Ehpad équipés disposent en moyenne de 14 moteurs (19 dans le secteur public).

A noter

L’Assurance Maladie – Risques professionnels préconise l’installation de lève-personnes plafonniers dit « en H », avec moteur à demeure, pour tous les résidents dont la faible mobilité nécessite qu’ils soient entièrement portés lors de transferts.

Pour toutes les autres chambres (hors UVP et UHR) l’installation optimale est le lève-personnes plafonnier en H permettant l’installation temporaire d’un moteur en cas de perte de mobilité d’un résident ou de besoin ponctuel pour un soin. Cela permet alors de garantir la qualité des soins prodigués (pas de changement de chambre, confort supérieur aux autres moyens de transfert) et la qualité de travail des salariés.

40% des chambres dotées de rails ont été équipées entre 2023 et 2024 et seulement 19% avant 2019.

En complément de leurs fonds propres, 55% des Ehpad ont bénéficié d’une aide de l’ARS ou l’Assurance Maladie – Risques professionnels (25 %), couvrant dans la majorité des cas (46%) plus de 50% de l’investissement total.

Des équipements récents, financés à parts égales par les établissements eux-mêmes et des aides extérieures

Un tiers des Ehpad partiellement ou non équipés envisagent une installation future, dont 22% cette année. Parmi eux, 35% ont engagé des travaux et 25% sont en phase de préparation, alors que les 40% restant sont encore en période de réflexion, sans qu’aucune décision n’ait été prise. Ces établissements envisagent d’équiper en moyenne 18 chambres supplémentaires (soit 42% de leurs chambres non équipées.

Si ces projections se réalisent, 66% des EHPAD disposeraient de rails d’ici 2026 (+8 pts), avec un taux d’équipement moyen de 42% des chambres hors UVP et UHR (67% pour ceux déjà partiellement équipés (+6 pts), 7% pour les autres).

Des freins principalement liés aux coûts

Le frein principal à l'équipement en rails de transfert reste le coût de l’investissement (47%) d’autant plus pour les Ehpad privés à but lucratif (59%).

Dans ce cadre, c’est assez logiquement que 71% des Ehpad partiellement ou non équipés seraient séduits par une subvention de l’Assurance Maladie – Risques professionnels, avec un intérêt plus marqué à partir de 41% du montant l’investissement. Cette subvention pourrait même convaincre certains établissements qui n’envisagent pas à date d’installer des rails, notamment si l’aide va au-delà de 50% de l’investissement.

La subvention Prévention des risques ergonomiques

Dans le cadre de sa subvention « Prévention des risques ergonomiques », l’Assurance Maladie - Risques professionnels propose désormais une aide pour participer au financement d’équipements permettant de prévenir les risques ergonomiques en entreprise.

Parmi ces équipements la subvention peut notamment financer des rails de transfert en H et leurs moteurs à hauteur de 70% des dépenses réalisées et dans la limite de 25 000 € pour la période 2024-2027.

Pour les établissements relevant de l’accord de branche portant sur la prévention des facteurs de risques ergonomiques du secteur associatif les conditions de financement sont plus favorables.

La subvention Prévention des risques ergonomiques s’adresse à toutes les entreprises (sociétés, associations, …) relevant du régime général de la Sécurité sociale.

Des critères administratifs et des exigences doivent être respectés pour être éligibles.

Pour en savoir plus, consultez notre page consacrée à cette aide financière.

* UVP : Unité de vie protégée ; UHR : Unité d’hébergement renforcé

En cours de chargement...