Journée mondiale de la santé et de la sécurité au travail : les chiffres clés

28 avril 2017

A l’occasion de la journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail du 28 avril 2017, l’Assurance maladie Risques Professionnels dévoile ses principaux chiffres et données sur la sinistralité en France.

Les accidents de travail marquent un palier depuis 2013

Depuis 2013, la fréquence des accidents de travail, marque un palier et reste à un des niveaux les plus bas depuis 70 ans avec un indice de 33,9 accidents de travail avec arrêt pour 1000 salariés en 2015 (-0,3 % par rapport à 2014). 624 525 accidents ont entrainé un arrêt de travail ou une incapacité permanente en 2015. Cela équivaut à :

  • 600 accidents du travail reconnus par heure dont 250 avec arrêt. Dans une entreprise de moins de 10 salariés, cela correspond à un accident tous les 3 ans.
  • 39,6 millions de journées de travail perdues par incapacité temporaire, soit 160 000 ETP (équivalent temps plein).

Tous secteurs d’activité confondus, les principales causes d’accidents du travail sont la manutention manuelle (50 % des accidents de travail) et les chutes (25 %).

Baisse continue dans l’intérim, le BTP et certains secteurs de l’industrie

Malgré une forte augmentation de ses salariés (+7,5 %), l’intérim voit la fréquence de ses accidents diminuer de -3,7 % par rapport à 2014 avec un indice de fréquence de 44,8 accidents de travail pour 1 000 salariés.

Le BTP enregistre une forte baisse de son indice de fréquence (-2,6 % en 2015 par rapport à 2014), même s’il reste l’un des secteurs les plus sinistrés (61,9 AT pour 1 000 salariés en 2015). Les principales activités concernées par ce recul sont les travaux de finition, la maçonnerie et le gros œuvre de bâtiment.

D’autres secteurs comme celui de la chimie connaissent également une baisse de leur fréquence d’accidents du même ordre (-2,5 % en 2015 par rapport à 2014 pour un indice de fréquence de 25 AT pour 1 000 salariés en 2015).

A l’inverse, des activités de services de plus en plus à risque : La fréquence des accidents est particulièrement forte pour les services à la personne (aide à domicile et hébergement médico-social) avec une moyenne de 92,7 AT pour 1 000 salariés en 2015 qui est, elle-même, en forte augmentation (entre 3 et 4 %) par rapport à l’année précédente. Dans ces activités, les accidents du travail sont principalement dus à la manutention manuelle de personnes et aux chutes.

Les accidents de trajet (domicile-travail) : une récente stabilisation

La fréquence des accidents de trajet se stabilise à un niveau identique de celui de 2014, soit l’un des plus bas depuis 7 ans. 87 838 accidents de trajet ont entrainé un arrêt de travail ou une incapacité permanente en 2015. Cela représente :

  • plus de 6 millions de journées de travail perdues par incapacité temporaire
  • 24 000 ETP (équivalent temps plein)
  • 276 décès en 2015.

Les principales causes d’accidents de trajet sont la perte de contrôle d’un moyen de transport dans plus de 60 % des cas ; et une chute ou un faux-pas dans près de 30 % des cas.

Les maladies professionnelles : une baisse modérée depuis 2012

On enregistre une très légère diminution du nombre des maladies professionnelles depuis 2012. Elles sont composées à plus de 87 % par les troubles musculo-squelettiques et à un peu plus de 7 % par les maladies liées à l’amiante. 50 960 maladies ont entrainé un arrêt de travail ou une incapacité permanente en 2015. Cela représente :

  • 10,8 millions de journées de travail perdues par incapacité temporaire
  • 43 200 ETP (équivalent temps plein)
  • 381 décès en 2015.

Les secteurs principalement concernés par les TMS sont : l’industrie agro-alimentaire, l’industrie automobile, la métallurgie, le BTP, la grande distribution et l’aide et soins à la personne.