Transcription textuelle de la vidéo - " Dispositif MonPsy en vidéo "

[Fond musical doux]
[MonPsy, comment ça marche ? en partenariat avec l’Assurance Maladie]
[Vidéo en format dessin animé]

[Accoudée à son bureau, une jeune femme brune fait la triste mine.]  [Elle rumine des idées noires.]

Voix off d’un homme : Jeanne a 30 ans. En ce moment, Jeanne se sent un peu déprimée. Elle traverse depuis plusieurs semaines une période difficile. Elle dort moins bien et se sent moins efficace dans son travail.
[Le dessin d’une grande main apparait près d’elle. Ses proches, une femme et un homme, discutent avec elle et lui conseillent de consulter un professionnel.]

Voix off : Ses proches aimeraient l’aider à aller mieux, et lui conseillent de consulter un professionnel mais Jeanne n’est jamais allée consulter et pense ne pas en avoir les moyens financiers.
[Apparition d’une feuille de soins.]

Voix off : C’est pourquoi, à partir de 2022, Jeanne pourra bénéficier d’un accompagnement psychologique remboursé, auprès d’un psychologue partenaire.
C’est le dispositif MonPsy. Il concerne toute la population à partir de 3 ans.

Voix off : Comment accéder à ce dispositif ?
Jeanne prend d’abord rendez-vous avec son médecin, qui évalue son état de santé et peut lui proposer un accompagnement psychologique auprès d’une psychologue partenaire.

[Apparition d’une paire de lunettes, d’un crayon, du modèle de « courrier d’adressage » avec deux volets et d’un stéthoscope.]
[Un médecin met son cachet et signe le « courrier d’adressage » sur les deux volets.]
Voix off : En fin de consultation, le médecin remet à Jeanne un « courrier d’adressage ».
Ce document est important, car il permettra à Jeanne de bénéficier du remboursement par l’Assurance Maladie et au psychologue de comprendre pourquoi Jeanne vient le consulter.
A tout moment du parcours, en cas de gravité ou d’urgence, le médecin et le psychologue pourront l’orienter vers une prise en charge spécialisée plus adaptée.
[Apparition d’une plante, d’une tasse, d’un ordinateur, d’un crayon, d’un téléphone portable ainsi que le courrier d’adressage et d’un calepin.]

Voix off : Elle prend ensuite rendez-vous avec le psychologue partenaire de son choix, qu’elle pourra trouver en consultant l’annuaire disponible sur « monpsy.sante.gouv.fr ».

[La jeune femme se trouve dans son salon.] [Elle est assise en tailleur dans son canapé et communique par téléphone avec un psychologue partenaire.]
Voix off : La première séance chez le psychologue est un entretien d’évaluation.
En évaluant son état de santé, le psychologue lui indique le nombre de séance nécessaires.
L’Assurance Maladie peut rembourser à Jeanne 1 entretien d’évaluation et jusqu’à 7 séances de suivi par an.
[Échange par ordinateur entre le psychologue et le médecin de la jeune femme.]
Voix off : En accord avec Jeanne, le psychologue et son médecin échangent des informations sur son suivi.

[Apparition d’’un des deux volets du « courrier d’adressage », d’une feuille de soins et d’un chèque d’un montant de 40 €.]

Voix off : A la fin de la séance, le psychologue remet à Jeanne une feuille de soin et lui demande de régler la séance : 40 € pour l’entretien d’évaluation et 30 € pour chacune des séances de suivi. Aucun dépassement d’honoraire ne peut être demandé en plus de ces tarifs.

[La jeune femme dépose sa feuille de soins et son « courrier d’adressage » dans une boîte aux lettres, à l’attention de l’Assurance Maladie.]

Voix off : Pour se faire rembourser, Jeanne doit envoyer la feuille de soins, accompagnés du courrier d’adressage, à l’Assurance Maladie.
[Deux feuilles de soins s’affichent à l’écran : la première indique un montant de 40 € pour le premier entretien d’évaluation et la seconde un montant de 30 € pour une séance de suivi.]
Voix off : L’Assurance Maladie obligatoire prend en charge 60 % du coût des séances. Le reste est pris en charge par la mutuelle ou la complémentaire santé. Dans certains cas, l’Assurance Maladie obligatoire peut rembourser à 100 %.

Monpsy.sante.gouv.fr

Voix off : La santé mentale, c’est une priorité ! MonPsy, en parler, c’est déjà se soigner.

Logos du ministère des Solidarités et de la santé