Améliorer l'accès aux soins dentaires

05 décembre 2018

De nouveaux actes et forfaits basés sur la prévention et les soins précoces sont mis en place dans l’objectif de retarder le recours aux actes prothétiques et orthodontiques. La priorité est donnée en ce sens aux jeunes et aux publics fragiles dès 2019.

La prévention dentaire des 3-24 ans : un acte prioritaire

La prévention dentaire des 3-24 ans est désormais prise en charge à 100 %. L’examen bucco-dentaire (EBD) auparavant dédié aux 6-18 ans devient un dispositif accessible dès 3 ans et jusqu’à 24 ans. Ce bilan bucco-dentaire s’adapte aux besoins selon les âges. Par exemple : 

  • pour les enfants de 3 ans : si le petit enfant n'est pas capable de se brosser les dents, ce sont les parents qui le font avec une petite brosse, sachant que l'enfant de 3 ans a toutes ses dents temporaires en bouche ;
  • pour les jeunes étudiants : sont abordées la prévention des infections ou les conséquences de la consommation d’alcool et de tabac sur la santé de la bouche.

Courant 2018, cette mesure a concerné près de 1,5 million d’assurés de 21 à 24 ans. En 2019, ce sont près de 750 000 enfants de 3 ans qui sont conviés à l’examen bucco-dentaire (EBD) via un formulaire de prise en charge désormais téléchargeable sur amelipro. L’objectif : faire de cette génération la première génération sans carie.

La prévention dentaire renforcée auprès des publics fragiles

De nouvelles prises en charge d’actes préventifs pour certains publics fragiles s’inscrivent désormais naturellement dans la nouvelle convention.

Qui est concerné par ces nouvelles prises en charge ?

Les patients concernés par la prise en charge sont :

  • les patients diabétiques dont la pathologie fragilise les tissus bucco-dentaires (prise en charge d'examens de bilan de santé des gencives et du traitement nécessaire) ;
  • les patients en situation de handicap sévère qui se heurtent à des difficultés d’accès aux soins (prise en charge d'un supplément avec ou sans utilisation de MEOPA).