Le Dossier Médical Partagé (DMP) en pratique

18 juin 2021
Véritable carnet de santé numérique, le Dossier Médical Partagé (DMP) répond à un enjeu de santé publique : disposer de la bonne information, au bon moment, où que l’on se trouve. Pour les professionnels de santé, c’est le gage d’une meilleure prise en charge médicale des patients. Petit tour d’horizon des questions qui peuvent se poser dans son application au quotidien.

Qu’est-ce que le DMP et où en est-on de sa mise en place ?

Après une première étape, menée dans 9 départements pendant 18 mois, le DMP est généralisé à l’ensemble du territoire fin 2018. À mi-2021, près de 10 millions de DMP ont été ouverts, couvrant ainsi plus de 10 % de la population française adulte.

Concrètement, le DMP donne la possibilité au patient de rassembler en un même endroit ses données de santé et de les partager avec les professionnels de santé de son choix.

L’objectif est d’offrir à chacun, professionnel comme patient, un outil pratique, confidentiel, au service de la coordination des soins, qui simplifie la transmission des informations médicales, paramédicales et administratives entre les soignants, en ville comme à l’hôpital.

Quels bénéfices pour la pratique médicale ?

Le DMP permet de :

  • renforcer la collaboration entre tous les professionnels de santé, en partageant les données de soins essentielles d’un patient au sein d’un même espace ;
  • avoir accès immédiatement aux informations médicales d’un patient lors d’une hospitalisation ou d’une première consultation ;
  • faciliter le suivi des patients nécessitant des soins et un accompagnement dans la durée : femmes enceintes, personnes âgées ou souffrant de maladies chroniques ;
  • éviter les interactions médicamenteuses ;
  • éviter de prescrire des examens ou traitements déjà demandés par des confrères.

Quelles sont les informations contenues dans le DMP ?

Le DMP permet de retrouver l’ensemble des informations médicales du patient :

  • traitements médicamenteux ;
  • pathologies et allergies éventuelles ;
  • historique des remboursements ;
  • comptes rendus d’hospitalisation et de consultation ;
  • résultats d’examens ;
  • directives anticipées.

Depuis mi-2020, les résultats d’examens de biologie peuvent être déposés automatiquement dans le DMP (une fois les versions logicielles déployées sur le terrain). Et à l’avenir ce sont les examens d’imageries médicales qui pourront également être déposés automatiquement dans le DMP.

Véritable synthèse annuelle de l’état de santé d’un patient, le Volet de Synthèse Médicale (VSM) est un élément clé que les médecins ont à faire figurer dans le DMP. Il permet de faciliter l’échange d’informations sur un patient et son suivi entre les différents professionnels de santé.

À noter que le DMP n’a pas vocation à se substituer au dossier professionnel de chaque praticien. Il comprend les informations essentielles pour connaître l’état de santé du patient et qui permettent la coordination et la continuité des soins.

Comment le DMP est-il organisé ?

Le DMP est organisé en neuf espaces spécifiques. Cette arborescence, très structurée, permet un classement rigoureux des documents. La traçabilité de chaque document est assurée par l’indication de son auteur et de sa date de dépôt.

Un en-tête contenant des métadonnées permet d’indexer certains documents enregistrés dans le DMP. Les professionnels de santé peuvent alors réaliser une recherche spécifique sur la base d’un mot clé de leur choix.

Comment accéder au DMP ?

Dès lors que le patient l’a autorisé, un professionnel de santé peut consulter et alimenter son DMP. Il doit pour cela être muni de sa carte professionnelle de santé (CPS) et de la carte Vitale du patient.

Le médecin traitant bénéficie, par ailleurs, de droits spécifiques sur le DMP de son patient. Il peut par exemple :

  • bloquer l'accès du DMP à un professionnel de santé ;
  • consulter l'historique de tous les accès au DMP de son patient ;
  • accéder aux documents que son patient a choisi de masquer aux autres professionnels de santé ;
  • donner le statut de médecin traitant à un autre médecin.

Le DMP est accessible de 2 façons : directement via le site dmp.fr ou depuis un logiciel métier. Désormais, 80% des solutions logicielles utilisées par les professionnels de santé intègrent le DMP et l’alimentation des données médicales est transparente pour les professionnels de santé.

La liste des solutions DMP-compatibles est disponible sur le site du GIE Sesam Vitale.

Le DMP modifie-t-il la responsabilité médicale du médecin ?

Le fonctionnement du DMP n'a pas vocation à remettre en cause les fondements de la responsabilité médicale. Dès lors que le DMP devient un outil usuel pour les professionnels de santé et qu’il s’est largement développé en France, il devient un des éléments susceptibles, parmi d’autres, de fonder la décision médicale ou l'orientation des soins.

Le DMP est au service de la coordination des soins et offre aux professionnels de santé la possibilité d'accéder à une information beaucoup plus complète sur leurs patients. Son utilisation est donc de nature à sécuriser et à renforcer davantage la prise de décision médicale ou l'orientation des soins.

La rémunération liée au déploiement du DMP

Une aide financière à l’organisation et à l’informatisation du cabinet médical est possible via le forfait structure des médecins conventionnés. Ce financement permet notamment l’achat d’un logiciel DMP-compatible ou d’un connecteur. Pour plus d’information, contactez votre caisse d’assurance maladie.