Service sophia : de nouvelles évaluations montrent un impact positif en termes de santé publique

07 février 2019

Il y a un peu plus de 10 ans, l'Assurance Maladie créait le service d'accompagnement sophia pour aider les personnes ayant une maladie chronique à mieux vivre au quotidien et à limiter les risques de complications. D’abord proposé aux personnes ayant un diabète et prises en charge dans le cadre d'une affection de longue durée (ALD), il a été étendu depuis 2018 aux personnes souffrant d’asthme.

Depuis son lancement en 2008, la Cnam a régulièrement confié à des prestataires indépendants l’évaluation du service sophia : évaluations médicales et économiques, enquêtes de satisfaction et retours d’expérience auprès des médecins généralistes et des adhérents. Les enseignements tirés de ces études ont permis d’améliorer et de faire évoluer le service.

Un service recentré sur les personnes éloignées des soins

Ainsi, concernant le diabète, les premières études d’impact ont montré que le service sophia touchait davantage les personnes mieux suivies pour leur maladie que la moyenne des personnes diabétiques. Il s’agit là d’un effet habituel des programmes de prévention : les personnes les plus sensibles à leur santé participent plus naturellement aux dispositifs tels que les dépistages des cancers, la vaccination contre la grippe, etc.

Pour contrebalancer cet effet, depuis 4 ans, l’Assurance Maladie et son réseau d’organismes se sont mobilisés pour recruter en priorité des personnes n’ayant pas un suivi optimal de leur pathologie et considérées comme « en écart » aux soins recommandés et donc plus à risque de complications.

Ce sont ainsi, depuis 2015, plus de 120 000 personnes diabétiques ayant un suivi insuffisant de leur maladie qui ont choisi d’adhérer au service sophia.

De même, pour l’asthme, la même approche a été mise en place dès la généralisation du service en 2018 : les personnes asthmatiques prioritaires sont les personnes bénéficiaires de la CMU-C et les personnes ayant un traitement de fond de l’asthme avec une faible adhésion au traitement. En 2018, 24 000 personnes asthmatiques prioritaires ont adhéré au service sophia sur 36 000 adhérents asthmatiques au total.

Service sophia diabète : une amélioration de la santé des adhérents

Récemment, 2 études médico-économiques ont été menées par des prestataires indépendants pour évaluer l’impact du service. La première l’a été auprès des premiers adhérents diabétiques de l’année 2008 et a porté sur les 8 années suivantes, ce qui permet pour la première fois une analyse des effets du service à moyen terme.

Parmi les principaux enseignements, des résultats positifs ont été constatés sur la plupart des examens recommandés (bilan rénal, dosages de l’hémoglobine glyquée, fond d’œil, bilan lipidique, bilan dentaire, électrocardiogramme) et sur l’ensemble des années, avec des niveaux de réalisation atteints plus élevés parmi les adhérents que parmi le groupe témoin.

Par ailleurs, il apparaît qu’à partir de la 6e année après l’adhésion, le service sophia a permis de modérer les hospitalisations et les complications liées au diabète.

On observe aussi un taux de décès inférieur pour les adhérents sophia comparé à celui des autres populations.

L’accompagnement proposé par le service sophia permet, en outre, de réduire l’augmentation des dépenses des adhérents par rapport à la population témoin à compter de la 7e année.

Infographie : sophia, un service qui fait progresser significativement le recours aux soins recommandés

Source : Assurance Maladie. 

sophia asthme : une amélioration de l’observance médicamenteuse et du suivi du patient

La deuxième étude a été menée auprès des adhérents asthmatiques de l’année 2014 au cours des 2 premières années d’accompagnement. Elle montre chez les adhérents au service, comparativement au groupe témoin, une meilleure observance médicamenteuse et une amélioration du contrôle de l’asthme. La part des adhérents réalisant une exploration fonctionnelle respiratoire a également augmenté.

infographie_etude_sophia_asthme.jpg

Source : Assurance Maladie. 

Enquêtes de satisfaction auprès des médecins traitants et des adhérents : des résultats positifs

Une enquête a été réalisée en juin 2018 auprès d’un échantillon national représentatif de 300 médecins généralistes ayant des patients éligibles au service sophia (1). Il s’agissait de de mesurer leur compréhension globale du service, leur perception et l’adhésion des médecins traitants au dispositif.

Cette enquête fait notamment apparaître que le service sophia est jugé utile aux patients et complémentaire de l’activité du médecin par 77 % des médecins répondants. De plus, 72 % d’entre eux estiment qu’il contribue à rendre les patients davantage acteurs de leur santé.

L’impact potentiel du service sophia sur leurs patients est majoritairement reconnu par les médecins traitants : 67 % déclarent qu’il fait évoluer les habitudes de vie de leurs patients (alimentation, activité physique, tabac…) et 65 % qu’il leur permet de bien suivre leurs traitements.

La satisfaction du service auprès des adhérents diabétiques a aussi été évaluée, en avril 2018, en interrogeant un échantillon national représentatif (2). La note moyenne attribuée au service par ses adhérents diabétiques est de 8/10. Les personnes interrogées estiment que le service représente une aide à la compréhension mais également une aide à la réalisation régulière des examens prescrits et à la prise des médicaments.

L’enquête de satisfaction (3) réalisée après un an d’expérimentation du service sophia pour les personnes asthmatiques montre également que les adhérents apprécient le service : les personnes interrogées lui attribuent la note de 7/10. La majorité des répondants se sent encouragée à faire évoluer ses habitudes (76 %) et estime que le service constitue un véritable soutien (69 %).

Une note de synthèse présente les principaux enseignements de ces études.

Les résultats complets sont également disponibles.

 

(1) Enquête de satisfaction réalisée par A+A pour l’Assurance Maladie (juin 2018). Méthode : questionnaires administrés par téléphone / entretiens de 10 minutes. 5 687 médecins contactés ; 300 entretiens exploités.

(2) Enquête de satisfaction réalisée par A+A pour l’Assurance Maladie (avril 2018). Méthode : questionnaires envoyés à 10 000 adhérents diabétiques ; 1 687 questionnaires exploités.

(3) Enquête réalisée par l’institut A+A, proposée par voie postale à 10 000 adhérents représentatifs en termes d’âge, de sexe, de niveau de sévérité de la maladie, réalisée par l’institut A+A pour l’Assurance Maladie du 9 juin au 29 juillet 2016 ; résultats après analyse de 1 430 réponses.