La vaccination efficace à plus de 90 % contre les formes graves chez les 50 ans et plus

11 octobre 2021

Le groupement d’intérêt scientifique « Epi-Phare », constitué par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam), a conduit 2 nouvelles études pour évaluer l’efficacité des vaccins dans leur prévention des formes graves de Covid-19 chez les personnes âgées de 50 à 74 ans et chez les personnes âgées de 75 ans et plus. Conduites à partir des données du Système national des données de santé (SNDS), ces études confirment l’impact majeur de la vaccination.

En particulier, elles permettent d’estimer que la vaccination est efficace à plus de 90 % pour réduire les formes graves de Covid-19 chez les personnes de plus de 50 ans en France, et ce jusqu’à au moins 5 mois après un schéma vaccinal complet. Cela signifie que les personnes vaccinées (par Corminaty – Pfizer, Spikevax – Moderna et Vaxzevria – AstraZeneca) ont 9 fois moins de risque d'être hospitalisées ou de décéder de la Covid-19 que les personnes non vaccinées.

Plusieurs cycles d’études sur la vaccination

La vaccination contre la Covid-19 a débuté en France le 27 décembre 2020, d’abord chez les résidents d’établissements accueillant des personnes âgées, puis chez les personnes âgées de 75 ans et plus et celles souffrant de pathologies à haut risque, quel que soit leur âge. Elle a ensuite été élargie aux personnes âgées de plus de 50 ans partir du 19 février.

Une première étude d’Epi-Phare, réalisée entre le 27 décembre 2020 et le 24 février 2021, a déjà montré que les personnes de plus de 75 ans vaccinées présentaient 9 fois moins de risque d'être hospitalisées pour Covid-19 que les personnes non vaccinées du même âge. À partir des données du SNDS, Epi-Phare a poursuivi son étude auprès de plus de 22 millions de personnes : d’abord, jusqu’au 20 juillet 2021, auprès de 7,2 millions personnes âgées de 75 ans et plus (1), puis, dans une seconde étude, auprès de 15,4 millions de personnes âgées de 50 à 74 ans (2).

Chez les personnes âgées de 75 ans et plus, 85,3 % avaient reçu Comirnaty, 8,7 % Spikevax et 6,1 % Vaxzevria. Chez les personnes vaccinées âgées de 50 à 74 ans, 53,6 % avaient reçu le vaccin Comirnaty, 7,1 % Spikevax et 39,2 % Vaxzevria.

Une efficacité maintenue dans le temps

Les résultats de ces 2 études montrent donc un effet majeur de la vaccination sur la réduction du risque d’hospitalisation après un schéma complet, soit une efficacité supérieure à 90 % dans les 2 populations et pour chaque vaccin. Cette réduction est du même ordre de grandeur pour le risque de décès au cours d’une hospitalisation pour Covid-19.

L’efficacité de la vaccination sur les formes graves de Covid-19 ne semble pas diminuer jusqu’à au moins 5 mois après un schéma vaccinal complet. En effet, chez les personnes de plus de 75 ans et pour l’ensemble des vaccins, la réduction du risque d’hospitalisation pour Covid-19 atteignait 94 % cinq mois après, et 97 % pour les personnes 50 à 74 ans.

Ces 2 études montrent également que la réduction du risque d’hospitalisation pour Covid-19 semble avoir persisté au début de l’apparition du « variant delta » en France.

Ces résultats seront actualisés par Epi-Phare en lien avec l’ANSM et la Cnam. Ils permettront de mesurer l’évolution de l’efficacité sur une plus longue période et de mieux caractériser les effets du « variant delta ».

En savoir plus sur les études publiées par Epi-Phare.

(1)    3,6 millions de personnes vaccinées comparées à 3,6 millions de personnes non vaccinées.
(2)    7,7 millions de personnes vaccinées comparées à 7,7 millions de personnes non vaccinées.