L’imagerie de la lombalgie en France : évoluer vers davantage de pertinence

29 juin 2018

Il n’y a pas si longtemps, le traitement habituel d’une lombalgie commune passait par le repos. Aujourd’hui, les recommandations cliniques convergent en faveur du mouvement. La Haute Autorité de santé (HAS), le Collège de médecine générale, la Société française de rhumatologie et la Société française de médecine du travail encouragent ainsi le maintien d’une activité physique pour éviter la chronicisation de la douleur. C’est le message de la campagne de sensibilisation initiée par l’Assurance Maladie depuis novembre 2017 auprès des assurés et des professionnels de santé.

Cette campagne d’information, qui sera déclinée à l’automne auprès des entreprises, explique aussi que le recours à l’imagerie est superflu dans la grande majorité des cas de lombalgie commune, 90 % d’entre elles évoluant favorablement en 4 à 6 semaines, spontanément. C’est tout le sens de la première action de pertinence identifiée dans le cadre du protocole d’accord signé fin avril 2018 entre la Fédération nationale des médecins radiologues et l’Assurance Maladie, qui vise à réserver l’imagerie aux cas où le résultat de l’examen a un impact sur le traitement envisagé.

 

3min_juin_2018-infog_lombalgie-700px.png

Sources : Assurance Maladie – Haute autorité de santé (HAS)National Institute for Health and Care Excellence (NICE)Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)Collège de médecine générale (CMG).