CMG et Assurance Maladie : un partenariat fructueux

30 mars 2017

À l’heure où s’ouvre le 11e congrès de la Médecine Générale, l’Assurance Maladie dresse le bilan de 2 ans de coopération avec le Collège de la médecine générale (CMG).

En 2015, le Collège de la médecine générale et l’Assurance Maladie ont décidé de travailler ensemble sur un certain nombre d’actions visant à améliorer les parcours de soins et à utiliser au mieux les ressources médicales dans un contexte de tension démographique et de recherche d’efficacité des dépenses. Le CMG a été progressivement impliqué dans différents groupes de travail et est aujourd’hui systématiquement associé aux réflexions menées, qu’il s’agisse du déploiement de nouveaux services comme Prado AVC et Prado personnes âgées ou de l’évolution de services existants comme sophia.

Parallèlement, depuis 2016, la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnamts) et le CMG construisent un programme d’actions qui a pour objectif principal d’aider et d’accompagner les médecins généralistes notamment sur les thèmes suivants :

  • le diagnostic précoce de la BPCO par la pratique de la spirométrie par le médecin généraliste ;
  • l’amélioration de la prescription des substituts nicotiniques, des benzodiazépines ;
  • l’amélioration de la prise en charge de la dépression, notamment par l’usage des thérapeutiques non médicamenteuses - dont la psychothérapie ;
  • l’implication des médecins généralistes dans le suivi bucco-dentaire ;
  • la définition d’indicateurs de bonne pratique en médecine générale dans le cadre de la Rosp ;
  • la prévention de l’obésité de l’enfant ;
  • le parcours de soins du patient lombalgique.

Dans ce cadre, le CMG développe ses actions propres qui contribuent à la réalisation de ce programme et que la Cnamts soutient financièrement.

 Quelques réalisations communes

Campagne de promotion du médicament générique

Le volet de la campagne d’information sur les médicaments génériques dédié aux professionnels de santé a été conduit en étroit partenariat avec le CMG. 6 outils ont été créés :

Ces outils sont diffusés par les délégués de l’Assurance Maladie (DAM) et mis à la disposition des médecins sur ameli.fr et medicaments.gouv.fr.

Dépistage du cancer de la prostate

La Cnamts, l’Institut national du cancer et le Collège de la médecine générale ont mis en place une action d’information des médecins et de leurs patients sur la nécessité d’une décision éclairée et partagée lors de la prescription du 1er dosage sanguin de l’antigène spécifique de la prostate (PSA) lors d’une demande de dépistage du cancer de la prostate.

Rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp)

Dans le cadre de la préparation de la nouvelle convention médicale signée en août 2016, le CMG a proposé la révision des indicateurs de la Rosp, devenus pour certains obsolètes, et l’identification de nouveaux indicateurs pertinents concernant la qualité de la pratique médicale.

La contribution du CMG s’est concentrée sur les volets les plus médicaux de la Rosp : le suivi des pathologies chroniques et la prévention.

Sur le volet prévention, de nouveaux indicateurs destinés à prévenir les conduites addictives (tabac, alcool) relèvent également de propositions du CMG, partagées par la Cnamts.

Certains indicateurs proposés ont par ailleurs été introduits dans la Rosp médecin traitant de l’enfant signée le 30 décembre. C’est notamment le cas de l’indicateur portant sur la surveillance régulière de la courbe de corpulence des patients de moins de 16 ans.

Quelques réalisations en cours ou à venir

Lombalgie

Une réflexion commune a été conduite par la Cnamts, le CMG et les représentants de l’ensemble des sociétés savantes concernées (Société française de rhumatologie, Société française de médecine physique et de réadaptation, Société française de médecine du travail, Collège de la masso-kinésithérapie) afin d’élaborer un parcours de soins des patients lombalgiques efficient qui permet d’éviter la chronicisation de cette affection, source de désinsertions socio-professionnelles.

Dépistage précoce de la BPCO

Une expérimentation pilote d’accompagnement de la pratique de la spirométrie par les médecins généralistes vient d’être lancée en partenariat avec le CMG, la Fédération française de pneumologie, la Société de pneumologie de langue française et la Fédération française des associations et amicales de malades, insuffisants ou handicapés respiratoires, pour améliorer le repérage des patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et permettre leur traitement à un stade précoce.