Perte de connaissance

24 avril 2017
La perte de connaissance désigne la rupture des relations conscientes d'une personne avec son entourage. On parle de syncope lorsque la perte de connaissance est complète et de courte durée. Il est important de connaître certains gestes pour venir en aide à une personne inconsciente.

Les pertes de connaissance partielles : les lipothymies

Elles peuvent précéder une perte de connaissance totale ou bien survenir isolément.

Les symptômes sont variés et surviennent progressivement :

  • sensation de malaise ;
  • fatigue extrême ;
  • sensation de brouillard devant les yeux ;
  • pâleur ;
  • impression d’évanouissement imminent ;
  • palpitations ;
  • oppression respiratoire ;
  • sueurs ;
  • bourdonnements d’oreilles…

Il n’y a pas de perte de connaissance mais un simple fléchissement de la conscience. Le malade garde le souvenir de ce qu’il a entendu autour de lui pendant son malaise.

Qu'est-ce que le malaise hypoglycémique ?

Il est dû à une baisse de sucre dans le sang et il s'accompagne rarement d'une perte de connaissance.
Il se traduit par une fatigue, une sensation de faim, une irritabilité, des sueurs, des maux de tête, une vision floue, une pâleur.
Il faut consommer du sucre sans attendre (morceaux de sucre, boisson sucrée...)

Les pertes de connaissance totales

Les pertes de connaissance totales peuvent êtres de durées brèves ou plus longues.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

La syncope est une perte de connaissance totale et brève, de quelques secondes à moins de 3 minutes, avec perte totale du tonus. Cette perte de connaissance est suivie d'une reprise rapide et totale de conscience. La syncope est due à une baisse de l'afflux sanguin vers le cerveau.

Chez les personnes âgées, les syncopes sont souvent découvertes à la suite d'une chute et sont souvent dues à plusieurs causes : anomalies de la tension artérielle, troubles du rythme cardiaque, prise de certains médicaments...

Les syncopes peuvent être classées en 3 types différents.

La syncope dite "réflexe"

Il s'agit souvent d'un sans gravité, en dehors du risque de traumatisme lié à la chute. Cette syncope peut être précédée de signes annonciateurs : sueurs, nausées, étourdissement, faiblesse dans les jambes ou troubles de la vision. Certaines circonstances favorisent sa survenue : une atmosphère chaude et confinée, une émotion (la vue du sang, par exemple), le fait de rester debout trop longtemps...

D'autres syncopes réflexes sont caractéristiques comme :

  • la syncope due à une hypersensibilité du sinus carotidien (fibres nerveuses situées autour de l’artère carotide au niveau du cou) ; elle survient le plus souvent chez un homme âgé, en position debout, parfois lorsque le sujet se rase ou tourne la tête (ce qui stimule les récepteurs nerveux, provoquant une syncope) ;
  • la syncope mictionnelle qui survient principalement la nuit, chez une personne âgée, au cours de la miction ;
  • la syncope survenant lors d’une quinte de toux chronique.

La syncope par chute de la pression artérielle

Elle est causée par une baisse de la pression artérielle ( ), lors d’un lever brutal, lors de la station debout prolongée, et elle est favorisée par la prise de certains médicaments : anti hypertenseurs, vasodilatateurs, antidépresseurs... ou par la déshydratation.

La syncope d'origine cardiaque

Elle est causée :

Il existe des pertes de connaissances plus longues de 3 minutes à 30 minutes. Elles sont suivies d’un retour lent et progressif de la conscience.

La principale cause de la perte de connaissance de plus de 3 minutes est la crise d'épilepsie. Elle est alors due à un trouble du fonctionnement électrique du cerveau.
Elle peut s'accompagner de convulsions, d'une morsure de la langue et d'une perte d'urine.

Perte de connaissance : savoir reconnaître les signes de gravité

Dans la majorité des cas, la personne revient à elle spontanément après la perte de conscience.

Toutefois, certains signes doivent alerter :

  • une absence de récupération de la conscience après quelques minutes ;
  • un pouls irrégulier, rapide ou inexistant ;
  • une absence de respiration.

Face à cette situation, appelez le 15 ou le 112.

Que faire face à un malaise avec une perte de connaissance ?

La personne est tombée et ne réagit pas quand vous lui parlez ou la touchez ? Elle a perdu connaissance. Appelez le numéro d'urgence médicale en composant le 15 ou le 112.
Au téléphone, le médecin régulateur pose des questions pour évaluer l'état médical de la personne.

Lorsque vous êtes en communication avec le médecin régulateur ;

  • parlez calmement et clairement ;
  • donnez votre numéro de téléphone ;
  • donnez votre nom et celui du malade ;
  • indiquez le lieu et l'adresse exacte, ainsi que l'étage et le code d'accès éventuel ;
  • décrivez le plus précisément possible les signes qui vous ont alerté, l'heure de début, le mode d'installation des symptômes et leur évolution (disparition, stabilisation, aggravation) ;
  • ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande. Le médecin régulateur peut avoir besoin d'autres renseignements ou peut vous donner des directives, par exemple sur les gestes à pratiquer dans l'attente de l'équipe médicale mobile. Le centre 15 se chargera également de prévenir le service d'accueil de l'hôpital si une hospitalisation est envisagée.

En l'absence d'éléments de gravité, le médecin régulateur conseille de consulter le médecin de garde ou le médecin traitant.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Que faire pour aider une personne qui a perdu connaissance et qui respire ?

La personne a perdu connaissance, mais sa poitrine se soulève régulièrement.
Vous pouvez réduire les risques de complications en adoptant les bons gestes :

  • allongez la personne sur le sol ;
  • retirez ou desserrez tout vêtement serré (cravate, ceinture, soutien-gorge...) ;
  • si les circonstances le permettent (hors traumatisme violent) et après avis du médecin régulateur, basculez en arrière la tête de la personne pour qu'elle respire facilement et placez-la en position latérale de sécurité.

En attendant les secours, surveillez la personne inconsciente, surtout sa respiration et son pouls. Au réveil, pensez à noter la durée de sa perte de connaissance.

  • Si la personne convulse (mouvements anormaux du corps), n'empêchez pas les mouvements, mais écartez les objets ou le mobilier pouvant la blesser. Après les convulsions, le retour à la conscience peut être long (jusqu'à 20 à 30 minutes). Dans ce cas, mettez la personne en position latérale de sécurité jusqu'à son réveil.
  • Si la personne reprend rapidement conscience ( ), rassurez-la et allongez-la sur le dos en surélevant ses jambes.

Position latérale de sécurité

Schéma : position latérale de sécurité (592px)

Que faire pour aider une personne qui a perdu connaissance et qui ne respire pas ?

Les symptômes évoquent l'arrêt cardiaque :

  • la victime perd connaissance, tombe et ne réagit pas quand on lui parle ou qu'on la stimule ;
  • sa respiration est inexistante (sa poitrine ne se soulève pas) ou très irrégulière.

L’arrêt cardiaque est une urgence vitale, faites les gestes qui sauvent.

  • Appelez le 15 ou le 112.
  • Pratiquez un massage cardiaque jusqu'à l'arrivée du Samu.
  • Si d'autres personnes sont présentes, demandez-leur, si un est disponible à proximité, d'aller le chercher au plus vite.

Apportez-lui assistance de toute urgence par un massage cardiaque ou par l'utilisation d'un cardiaque.
Même si vous ne connaissez pas ces pratiques, tentez-les.
Exercez ces gestes de réanimation jusqu'à l'arrivée de l'équipe médicale d'urgence qui pourra débuter un traitement médical.

Croix-Rouge française - les gestes qui sauvent

Déclencher la chaîne de survie

Affiche : déclencher la chaîne de survie

Voici comment effectuer un massage cardiaque :

  • allongez la personne sur une surface dure ;
  • mettez-vous à genoux contre elle, sur le côté ;
  • positionnez vos mains l'une sur l'autre, au milieu de son thorax, entre les deux seins, les bras bien tendus ;
  • bien à la verticale, appuyez de tout votre poids : ce ne sont pas les bras ni les mains qui appuient mais tout votre corps ;
  • exercez des pressions fortes. Enfoncez vos mains de 3 à 4 centimètres dans la poitrine, et remontez-les entre chaque pression pour faire circuler le sang ;
  • effectuez les pressions à un rythme régulier, en comptant jusqu'à 30 ;
  • toutes les 30 pressions, suspendez le massage pour insuffler deux fois de l'air par «  bouche-à-bouche  » ;
  • reprenez ensuite le massage cardiaque : série de 30 pressions, etc.

Le automatisé externe, simple d'utilisation

Cet appareil (disponible dans certains centres commerciaux, mairies, pharmacies, gares...) vous guide vocalement, étape par étape, et garantit une utilisation sans risque.
Si vous disposez d'un automatisé externe, utilisez-le au bout de deux minutes de massage cardiaque.
S'il n'y en a pas à proximité, massez sans vous arrêter jusqu'à l'arrivée des secours.

© Fédération française de cardiologie

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
Sources
  • Collège des enseignants en neurologie (CEN). Malaise, perte de connaissance, crise comitiale chez l'adulte. Site internet : CEN. Chantepie (France) ; 2014 [consulté le 1er avril 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Synthèse des recommandations professionnelles "Perte de connaissance brève de l'adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes". Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 1er avril 2016]
  • Geering S, Hanhart W, Kehtari R. Quand référer aux urgences un patient présentant un malaise ? Rev Med Suisse. 2010;6(259):1535-9.