Déshydratation

24 avril 2017
La déshydratation survient lorsque des pertes excessives d'eau ne sont pas compensées, après une diarrhée par exemple. Il est important de la reconnaître dès les premiers symptômes : soif, sécheresse des lèvres… Quelques bons réflexes permettent de se réhydrater rapidement.

Comment reconnaître rapidement les signes d'une déshydratation ?

La déshydratation correspond à un manque d'eau et de sels minéraux dans le corps, essentiels au bon fonctionnement de l'organisme.

L’eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d’eau contenue dans un organisme adulte est d'environ 60 %.

La teneur totale en eau du corps humain dépend de :

  • la corpulence de la personne : plus cette dernière est maigre, plus la proportion d’eau de son organisme est importante ;
  • l’âge : la proportion d'eau dans le corps diminue avec les années. Lorsque les tissus vieillissent, ils perdent de l'eau qui est remplacée par de la graisse. Ainsi, l'eau représente 75 à 80 % du poids d'un nouveau-né, 65 % de celui du nourrisson de plus d'un an et 60 % de celui de l'adulte.

Le corps humain ne peut pas stocker l’eau car il élimine en permanence de l’eau essentiellement par l’urine, la respiration et surtout la transpiration. Pour maintenir l’organisme en bonne santé, les pertes en eau doivent toujours être compensées par les apports (essentiellement l'alimentation avec un apport adéquat en boissons).

Certaines personnes sont plus à risque de déshydratation :

  • les nourrissons, dont le corps est très riche en eau ;
  • les personnes âgées, qui retiennent moins bien l'eau et le sel que l'adulte et sont peu sensibles à la sensation de soif ;
  • les personnes souffrant d'une maladie chronique (par exemple, un diabète).

La déshydratation peut survenir lorsque les pertes sont excessives et non compensées par les apports :

  • suite à des diarrhées, des vomissements ;
  • dans certaines maladies chroniques (diabète déséquilibré avec un taux excessif de sucre dans le sang...) ;
  • en cas de prise excessive de médicaments ou laxatifs;
  • lors d'une prise excessive d'alcool qui a un effet diurétique ;
  • en cas de transpiration excessive (liée à une canicule, à des efforts sportifs ou professionnels prolongés et importants, lors d'un épisode de fièvre surtout chez l'enfant ou la personne âgée...) ;
  • lorsque l'apport en eau et sels minéraux ne compense pas les pertes.

Les premiers signes de déshydratation sont :

  • la soif ;
  • les lèvres sèches ;
  • une perte de poids débutante (inférieure à 5 % du poids du corps) ;
  • une fatigue anormale ;
  • une perte de force.

Chez les personnes âgées, la sensation de soif est souvent retardée et peu marquée, ce qui est la cause de déshydratations souvent graves. Il faut penser à une déshydratation débutante en présence de :

  • une perte d'appétit ;
  • une fatigue inhabituelle ;
  • une somnolence inhabituelle ;
  • une petite fièvre...

Si la déshydratation n'est pas compensée rapidement par un apport en eau suffisant, elle peut s'aggraver rapidement.

La déshydratation grave

Elle correspond à une diminution du poids supérieure à 5 % du poids total de la personne. Lorsque cette perte de poids est supérieure à 10 %, le bon fonctionnement des organes vitaux (cœur, vaisseaux, foie, cerveau, etc.) peut être compromis.

Outre la perte de poids, la déshydratation grave s'accompagne de l'un ou plusieurs de ces signes :

  • une soif intense ;
  • une bouche et une langue sèches ;
  • un regard terne et des yeux enfoncés ;
  • l'apparition d'un pli cutané (lorsqu'elle est légèrement pincée, la peau tarde à retrouver son aspect initial) ;
  • une peau sèche, froide et pâle ;
  • une fièvre ;
  • des urines en faible quantité;
  • des maux de tête ;
  • une désorientation, des vertiges ;
  • des troubles de la conscience (malaise, étourdissements...) ;
  • une modification du comportement (agitation, , grande faiblesse...)

Chez le nourrisson, la perte d'eau peut être très rapide pouvant entraîner une perte de poids de 10 voire 15 %. Il faut être vigilant et tout particulièrement avant l'âge de 6 mois car la fragilité du nourrisson est maximale à cet âge.

Il est donc important de connaître les signes de déshydratation du nourrisson et de consulter votre médecin immédiatement si votre nourrisson :

  • est anormalement apathique et dort beaucoup ;
  • est difficile à réveiller et gémit ;
  • a un comportement inhabituel ;
  • est pâle et a les yeux cernés ;
  • respire vite ;
  • continue de vomir malgré l'ingestion de solutions de réhydratation orales (SRO) ;
  • a une perte de poids de plus de 5 % ;
  • présente une dépression de ses (elles marquent le creux du doigt).

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Que faire face à des signes de déshydratation ?

En cas de déshydratation, il est important d'évaluer la gravité des symptômes, de reconnaître les situations où il faut appeler les urgences et de savoir quelles mesures prendre lorsque la déshydratation est peu importante.

Vous constatez les signes d'une déshydratation grave ? Il s'agit d'une urgence. Soyez particulièrement vigilant si la déshydratation touche un nourrisson, une personne âgée ou présentant une maladie chronique.

Appelez le numéro d'urgence médicale en composant le 15 ou le 112.

Au téléphone, le médecin régulateur pose des questions pour évaluer l'état médical de la personne.

Lorsque vous êtes en communication avec le médecin régulateur ;

  • parlez calmement et clairement ;
  • donnez votre numéro de téléphone ;
  • donnez votre nom et celui du malade ;
  • indiquez le lieu et l'adresse exacte, ainsi que l'étage et le code d'accès éventuel ;
  • décrivez le plus précisément possible les symptômes qui vous ont alerté (perte de poids, présence de fièvre, ...), l'heure de début, le mode d'installation des symptômes et leur évolution (stabilisation, aggravation) ;
  • informez votre interlocuteur des traitements et des éventuelles maladies de la personne déshydratée ;
  • ne raccrochez pas avant qu'on ne vous le demande. Le médecin régulateur peut avoir besoin d'autres renseignements ou peut vous donner des directives, par exemple sur les gestes à pratiquer dans l'attente de l'équipe médicale mobile. Le centre 15 se chargera également de prévenir le service d'accueil de l'hôpital si une hospitalisation est envisagée.

En cas de déshydratation jugée grave, la personne est hospitalisée et les pertes en eau et sels minéraux sont compensées par perfusion, si nécessaire.

En l'absence d'éléments de gravité, le médecin régulateur conseille de consulter le médecin de garde ou le médecin traitant.

Lorsque la déshydratation est moins grave, adoptez des mesures de réhydratation et surveillez la personne déshydratée.

Chez l'adulte

Suivez ces consignes :

  • allongez la personne ;
  • dévêtez-la ;
  • rafraîchissez-la par application de linges humides ;
  • éventez-la ;
  • compensez ses pertes en eau et en sel : donnez-lui à boire fréquemment et plus que d'habitude, notamment des boissons contenant assez de sucre et de sel (eau sucrée, bouillons de légumes salés).

Chez l'enfant et le nourrisson

Appliquez ces gestes :

  • compensez ses pertes en eau et en sels minéraux avec des solutions de réhydratation orales (SRO). Ces boissons sucrées-salées sont facilement acceptées par les nourrissons. En revanche, les enfants plus grands apprécient moins leur goût ;
  • pesez votre bébé pour surveiller la reprise de poids ;
  • prenez régulièrement sa température ;
  • comptez le nombre de selles et vomissements s'il s'agit de la cause de la déshydratation ;
  • comptez le nombre de biberons bus et le volume de liquide absorbé ;
  • surveillez son comportement ;
  • surveillez l'évolution de la déshydratation car l'état de l'enfant peut s'aggraver rapidement ;
  • en l'absence d'amélioration rapide, consultez son médecin traitant : il donnera des conseils diététiques et traitera la cause de la déshydratation.

La solution de réhydratation orale (SRO) chez l'enfant

Les SRO se présentent sous forme de sachets en poudre. Ils sont disponibles en pharmacie. Sur prescription, ils sont pris en charge par l'Assurance Maladie pour les nourrissons et les enfants de moins de 5 ans atteints de diarrhée aiguë.

Pour utiliser la solution de réhydratation orale (SRO) :

  • Si vous allaitez, poursuivez l'allaitement comme d'habitude et proposez à votre enfant de la SRO entre les tétées.
  • Si votre enfant boit du lait en poudre, remplacez ce lait par une SRO. Après 12 heures, réintroduisez le lait habituel et donnez-lui de la SRO entre les biberons tant que le risque de déshydratation persiste.

Pour l’administrer :

  • Pendant 6 heures : proposez à votre enfant la SRO plusieurs fois par heure et en très petites quantités, en augmentant progressivement les doses.

Si votre enfant vomit, donnez-lui la boisson bien fraîche, par petites gorgées ou à la cuillère, toutes les 5 à 10 minutes. Puis, laissez-le boire la SRO à volonté, selon sa soif, tant que le risque de déshydratation persiste.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
Sources
  • Ministère de la santé. Société Française de Gériatrie et de Gérontologie. Les bonnes pratiques de soins en établissements d'hébergement pour les personnes âgées dépendantes. Déshydratation - Prévention et traitement. Site internet : social-sante.gouv. Paris ; 2007 [consulté le 23 mai 2016]
  • Société française de pédiatrie (SFP). Gastroentérites et déshydratations. Site internet : SFP. Paris ; 2007 [consulté le 23 mai 2016]
  • National health service (NHS). Dehydration. Site internet : NHS choices. Londres ; 2015 [consulté le 23 mai 2016]
  • Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Canicule et fortes chaleurs : comprendre les risques. Site internet : Inpes. Saint-Denis (France) ; 2015 [consulté le 25 mai 2016]
  • Société canadienne de pédiatrie. La prévention et le traitement de la déshydratation et de la diarrhée chez les enfants. Site internet : Soins de nos enfants. Ottawa : 2013 [consulté le 25 mai 2016]