Décollement de rétine

Un décollement de rétine provoque des troubles de la vision d’un seul œil. Dès les premiers signes, il est important de consulter un ophtalmologiste. Un traitement précoce permet d’éviter l’aggravation.

Qu’est-ce que le décollement de rétine ?

Le décollement de rétine est dû à la présence d’une petite poche de liquide située sous la rétine, ce qui entraîne une perte immédiate de la vue dans la zone décollée.

Il survient sur un seul œil, mais le risque d'atteinte de l'autre œil est de 10 % dans un délai en général de moins de 3 ans.

La rétine est une membrane qui tapisse le fond du globe oculaire. Elle contient des cellules qui reçoivent et analysent les signaux lumineux. L’information est ensuite transmise par le nerf optique au cerveau qui reconstitue l'image.

Dans la grande majorité des cas, le décollement de la rétine est fait suite à une déchirure de la rétine qui permet au liquide intra-oculaire de s’infiltrer et de soulever la rétine de proche en proche. La zone décollée ne fonctionne plus. En l’absence de traitement rapide, le décollement se poursuit.

Rarement, il s'agit d'un décollement de rétine exsudatif (comme dans la rétinopathie liée à l'HTA) ou d'un décollement de rétine par traction (dans la rétinopathie observée en cas de diabète par exemple).

Œil en coupe

Schéma de coupe d’un œil humain (cf. description détaillée ci-après)

L’œil est un organe sphérique composé de nombreux éléments :

  • les paupières, deux fines bandes de peau, situées au-dessus et au-dessous de l’œil. Les corps étrangers superficiels sont placés entre la paupière et la  ;
  • l’appareil lacrymal, petite glande située sous la paupière supérieure, au-dessus de l’œil ;
  • la , partie antérieure du globe oculaire, située devant l’ et le cristallin ;
  • l’, membrane contractile sur la face antérieure de l’œil, , qui permet de réguler l’entrée de lumière dans l’œil, située derrière la cornée et devant le cristallin ;
  • le cristallin est la lentille naturelle de l’œil, situé derrière l’iris et est attaché au corps ciliaire ;
  • la , une couche de la paroi du globe oculaire, située autour de la rétine, sur toute la surface de l’œil, hormis sa partie antérieure ;
  • la rétine, l’organe sensible de la vision, située sous la , sur toute la surface du globe oculaire, hormis sa partie antérieure.
  • La grande majorité de l’œil est composé du corps vitré, une substance transparente qui remplit l’orbite. Le corps vitré est vascularisé par de nombreux vaisseaux sanguins qui parcourt l’œil. Les vaisseaux sanguins ressortent de l’œil par l’arrière. Les corps étrangers profonds sont situés dans le corps vitré. Ils peuvent endommager un vaisseau sanguin et altérer la vision.

Les facteurs de risque de décollement de rétine

Le risque de décollement de rétine par déchirure de la rétine est plus grand :

  • à partir de 50 ans. En vieillissant, le corps vitré se contracte et se détache du fond de l’œil et de la rétine. En se contractant, il exerce parfois une traction trop forte sur la rétine qui peut alors se déchirer ;
  • chez les personnes atteintes de myopie (plus le degré de myopie est important, plus le risque augmente) ;
  • si un œil a déjà été atteint de décollement de la rétine ;
  • s'il existe des lésions de fragilité sur le pourtour de la rétine ;
  • après une opération de la cataracte ou une autre intervention oculaire ;
  • suite à un traumatisme oculaire ;
  • en cas d’antécédents familiaux de décollement de rétine.

Un décollement de rétine peut cependant survenir en l'absence de facteurs de risque.

Par ailleurs, les patients diabétiques atteints de rétinopathie ont un risque de décollement de rétine par traction et les patients hypertendus un risque de décollement de rétine par exsudation, d'où la nécessité d'une surveillance ophtalmologique chez ces patients.

Quels sont les symptômes du décollement de rétine ?

En cas de décollement de rétine, l’œil atteint n’est ni rouge, ni douloureux.

Chez une personne ayant ou non des facteurs de risque, la survenue de certains symptômes inexistants jusqu’alors doit alerter :

  • apparition, dans le champ visuel, de points lumineux, diffus, plus ou moins fixes, ou d’un éclair de lumière. Généralement bleuté, cet éclair est unique, fixe, présent toujours au même endroit, et persiste yeux fermés ou dans le noir ;
  • apparition ou aggravation de mouches volantes ou de pluie de suie (pluie de très fines particules) ;
  • présence d’une ombre prononcée ou d’un voile noir en bordure du champ de vision ;
  • vision floue ou embuée puis baisse de la vision qui peut être rapide ;
  • perte de la vision d’un seul œil concernant le centre ou la périphérie du champ de vision.

Si vous présentez l'un de ces symptômes, comparez la vision de vos 2 yeux afin de mieux caractériser les troubles apparus sur un seul œil.

Notez leur heure d’apparition et consultez.

Consultez un ophtalmologiste dans la journée si vous constatez la moindre baisse de vision d’un œil dans une partie de votre champ de vision avec éventuellement la présence d’un voile noir. Cela signifie que le décollement de la rétine se constitue. Pour garantir la meilleure récupération visuelle, le décollement doit en effet être opéré dans les 24 à 48 heures suivant le diagnostic. Le cas échéant, il peut se poursuivre jusqu’au décollement total et la perte définitive de la vision.

Consultez un ophtalmologiste dans les jours suivants si vous constatez l’apparition de points lumineux, d’éclairs et de mouches : cela peut être le signe d’une traction du vitré (liquide visqueux remplissant l'espace entre le cristallin et la rétine) sur la rétine périphérique ou de déchirures de la rétine qui précèdent le décollement. Au moindre doute, contactez votre ophtalmologiste.

Mouches volantes : qu'est-ce que c'est ?

Les « mouches » sont des petites ombres que vous voyez passer dans votre champ de vision . Elles sont dues à de petits filaments qui flottent dans le vitré ou corps flottants. Elles sont très courantes, surtout après 40 ans, chez les personnes myopes ou celles qui ont eu une opération de l’œil. Parlez-en à un ophtalmologiste.

Vidéo : Le décollement de rétine

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Examen et traitement du décollement de rétine

La consultation

En cas de symptômes révélateurs de décollement de rétine, consultez un médecin ophtalmologiste dans la journée ou adressez-vous à un établissement de soins dans lequel il existe une consultation d’urgence en ophtalmologie.

L’ophtalmologiste procède à :

  1. une mesure de l'acuité visuelle ;
  2. une mesure de la pression oculaire ;
  3. un examen du fond d’œil. Celui-ci va lui permettre de visualiser la rétine, de diagnostiquer le décollement en localisant la partie décollée et de rechercher les déchirures.

Les deux yeux sont examinés systématiquement et l'examen de l’œil non atteint recherche des déchirures de rétine ou des lésions prédisposant aux déchirures ; ces lésions peuvent en effet bénéficier d’un traitement préventif par photocoagulation au .

Les examens complémentaires ne sont pas nécessaires en général.

Le traitement chirurgical du décollement de rétine 

Le traitement chirurgical consiste à réappliquer la rétine décollée. Jusqu’à l’opération, vous devrez observer un repos strict qui sera poursuivi quelques heures en post-opératoire.

L’intervention est pratiquée sous anesthésie locale (dans 90 % des cas) ou générale, et la personne est hospitalisée en structure de chirurgie ambulatoire (entrée et sortie de la clinique ou de l'hôpital le même jour).

Il existe 2 techniques chirurgicales :

  • la vitrectomie (technique la plus fréquente) qui consiste à enlever le corps vitré responsable de la traction sur la rétine et à obtenir la cicatrisation des bords de la ou des déchirures par application de froid ou de laser. Du gaz ou de l’huile de silicone sont injectés dans l'œil afin de maintenir la rétine à la paroi de l’œil le temps de la cicatrisation ;
  • la cryo-indentation, technique moins utilisée. Cette technique se pratique sans entrer chirurgicalement dans l’œil. La ou des déchirures sont fermées en suturant un matériel synthétique sur la paroi externe de l’œil. Le liquide sous-rétinien est ponctionné et les bords de la déchirure sont cicatrisés par application de froid (cryo-application). Dans certains cas, une injection de gaz dans la cavité de l’œil peut être utilisée pour fermer la ou des déchirures.

Après l'intervention

Suivez bien les soins postopératoires prescrit par le chirurgien : instillation de collyre, application d’une pommade, port d’une protection oculaire, etc.

Pendant un mois après l'intervention, évitez d'être constipé (les efforts augmentent la pression dans l'œil) , ne frottez pas l'œil opéré, ne le mouillez-pas, ne le maquillez pas. Par ailleurs, ne portez pas de choses lourdes et ne pratiquez pas des activités fatigantes (sport, jardinage, etc.)

L'activité professionnelle, l'utilisation de machines ou d'instruments dangereux ainsi que la conduite automobile vous seront déconseillées pendant une période limitée. Parlez-en avec votre ophtalmologiste.

L'évolution du décollement de rétine opéré

Après l'intervention, des picotements, une rougeur et un gonflement modéré sont possibles, mais l'œil est peu ou pas douloureux.

Le gaz se résorbe spontanément et progressivement au cours des premières semaines qui suivent l’opération. Les voyages en avion ou à la montagne (à plus de 800-1000 m d’altitude) sont contre-indiqués en présence de gaz intraoculaire. La pression dans l'œil pourrait augmenter très dangereusement et vous faire perdre la vue. En cas d’anesthésie générale pour un autre motif, la présence de gaz intraoculaire doit être signalée à l’anesthésiste.

Si de l'huile de silicone a été utilisée, une intervention chirurgicale est nécessaire ultérieurement pour l'enlever. Il est possible de prendre l’avion ou d’aller en altitude avec l’huile de silicone.

Parfois, des complications oculaires sont observées. Signalez à votre chirurgien tout symptôme qui vous paraît anormal ou toute aggravation brutale de l’état de votre œil :

  • vous voyez de moins en moins bien avec l'œil opéré ;
  • votre œil est de plus en plus douloureux ;
  • il rougit de plus en plus ;
  • vous avez des sécrétions oculaires importantes ;
  • vos paupières enflent beaucoup.

Dans la grande majorité des cas, la rétine se recolle après une seule intervention. La récupération de la vision dépend de l’état de la rétine avant l’intervention, et ne peut être jugée avant plusieurs mois. La présence d’autres lésions de l’œil peut la limiter.

Des récidives du décollement sont possibles. Dans ces cas, une ou plusieurs opérations complémentaires sont nécessaires.

Prévenir le décollement de rétine

Il est possible de prévenir la survenue d’un décollement de rétine, par des examens réguliers chez l'ophtalmologiste lorsqu'on présente des facteurs de risque :

Un examen régulier par fond d’œil permet d’identifier, dès leur création, les zones fragiles et les déchirures de la rétine, ainsi que les zones de léger décollement.

Le traite ces lésions et crée une cicatrice adhésive de la rétine réduisant le risque de décollement. En effet, en cas de déchirure avec symptômes, le risque de survenue d'un décollement de rétine est de 30 à 40 %. Un traitement par laser peut réduire ce risque de 85 %. Le traitement est réalisé sous anesthésie locale (par collyre anesthésique).

Cet examen par un ophtalmologiste permet également de dépister des maladies oculaires comme le glaucome et la DMLA.

  • Dupas B, Massin P, Gaudric A. Décollement de rétine. EMC - AKOS (Traité de médecine) 2012;7(1):1-4 [Article 6-0090]
  • Chang HJ, Lynm C, Glass RM. Retinal detachment. JAMA. 2009;302(20):2274.
  • National Health service (NHS). Retinal detachment. Site internet : NHS. Londres ; 2020 [consulté le 10 août 2022]
  • Collège des ophtalmologistes universitaires de France. Anomalie de la vision d'apparition brutale. Site internet : COUF. Paris ; 2021 [consulté le 10 août 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires