Morsure de tique et prévention de la maladie de Lyme

22 juin 2018
Lors d’une promenade dans la nature, des tiques peuvent s’accrocher à votre peau et, si elles sont infectées par la bactérie Borrelia, vous transmettre la maladie de Lyme. Il est important de retirer les tiques au plus vite pour éviter ce risque. Si un érythème migrant apparaît sur le site de piqûre dans les jours suivants, consultez un médecin.

Tiques et maladie de Lyme

Les tiques sont des acariens parasites vivant dans les zones boisées et humides (tapis de feuilles mortes, broussailles…), mais aussi présents dans les prairies (herbes hautes), les parcs... et se nourrissant du sang de leurs hôtes.

Grâce à leur appareil buccal (le rostre), les tiques s’accrochent à la peau des animaux (c’est pourquoi on parle de morsure de tique plutôt que de piqûre de tique). Il s’agit le plus souvent d’animaux sauvages (gibier, oiseaux, rongeurs…) et plus rarement d’animaux d’élevage (vaches, chevaux…) Une fois fixées à la peau, les tiques se gorgent de leur sang. Si l’animal est infecté par la bactérie Borrelia, la tique devient alors porteuse du germe.

Si la tique contaminée par la bactérie Borrelia mord un être humain, elle peut lui transmettre la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

Les tiques peuvent mordre à chaque stade de leur développement : larve, nymphe et adulte. Chez les tiques adultes, seules les femelles mordent. Une fois qu'elle a mordu, la tique reste plantée dans la peau.

Les personnes exposées aux morsures de tiques sont les professionnels travaillant en forêt, les campeurs, les chasseurs, les ramasseurs de champignons, les randonneurs…

Morsure de tique

photo morsure de tique
Les tiques à travers le monde

Les tiques peuvent transmettre de multiples agents pathogènes (des virus et bactéries) responsables de maladies telles que :

  • les borrélioses (la maladie de Lyme en Europe et en Amérique du Nord) ;
  • des encéphalites ;
  • des fièvres hémorragiques ;
  • certaines rickettsioses.

Un vaccin existe contre la méningo- à tiques, mais la seule prévention contre les autres infections transmises par les tiques reste la couverture vestimentaire et l’application de répulsifs cutanés sur les parties découvertes.

N’oubliez pas les conseils de prévention lorsque vous partez en voyage.

Zoom sur la maladie de Lyme ou borréliose de Lyme

La maladie de Lyme ou borréliose de Lyme ne peut survenir qu’après une morsure (ou piqûre) de tique infectée par la bactérie Borrelia (larve, nymphe et femelle adulte). On ne peut donc pas avoir la maladie par contact avec un animal à poils ou à plumes infecté, ni par contact avec une personne malade.

Entre 2015 et 2016, le nombre de cas de maladie de Lyme a augmenté (51 cas pour 100 000 habitants en 2015 passant à 84 cas pour 100 000 habitants en 2016).
Il existe une grande disparité régionale des cas de borréliose de Lyme avec plus de 100 cas pour 100 000 habitants dans l'Est et le Centre et moins de 50 cas pour 100 000 habitants à l'ouest et au sud méditerranéen.

© Blausen Medical

La forme localisée précoce de la maladie de Lyme : l'érythème migrant

Les premiers symptômes de la maladie de Lyme apparaissent dans les 3 à 30 jours après la piqûre de tique.

Une plaque rouge inflammatoire, appelée érythème migrant, apparaît alors autour du point de piqûre, avant de s’étendre progressivement (la plaque a un diamètre souvent suprérieur à 5 cm). Celle-ci peut s’accompagner de fièvre, mais elle ne démange pas (pas de prurit). Le traitement par antibiotiques (doxycycline ou amoxicilline ou azithromycine) est indispensable. L'érythème migrant disparaît alors rapidement en 1 à 4 semaines.

Il existe des formes précoces, mais disséminées, de maladie de Lyme

Un érythème migrant à localisation multiples apparaît à distance de la zone de piqûre de tique, dans les jours ou semaines après la piqûre de tique. De la fièvre, des maux de tête, une fatigue...peuvent être associés. Le traitement antibiotique est rapidement débuté. Cette forme de maladie de Lyme est beaucoup moins fréquente que l'érythème migrant unique.

D'autres formes précoces sont possibles dans les six premiers mois après la contamination :

Le traitement de ces formes précoces de la maladie de Lyme fait également appel aux antibiotiques.

Formes disséminées tardives de la maladie ou borréliose de Lyme

En l’absence de traitement antibiotique des formes précoces, la maladie de Lyme peut causer, plus de 6 mois après la piqûre de tique, voire plusieurs années, des troubles cutanés, neurologiques, articulaires, cardiaques, ophtalmologiques ou cognitives. Ceux-ci peuvent se manifester seuls ou de manière associée. À ce stade de maladie de Lyme disséminée et tardive, le diagnostic est souvent difficile. Si le diagnostic de borréliose de Lyme est posé, un traitement antibiotique est prescrit.

Que faire en cas de morsure (ou piqûre) de tique ?

Après une morsure (ou piqûre) de tique, il est important d’extraire le ou les tiques le plus vite possible. En effet, si la tique est porteuse de la bactérie Borrelia, le risque de transmission de cette bactérie, responsable de la maladie de Lyme, augmente avec la durée d'attachement de la tique à la peau.

Morsure de tiques : les conseils importants

  • Après une promenade en forêt ou une randonnée en zone boisée, végétalisée, broussailleuse et plus particulièrement en zone humide, pensez à inspecter le plus rapidement possible tout votre corps car les morsures de tiques ne doivent pas passer inaperçues. L'examen doit être minutieux car les tiques sont de petite taille (la nymphe ne mesure que 1 à 3 mm). Regardez bien tout le corps et notamment les zones où la peau est fine car les piqûres de tiques y sont plus fréquentes et parfois plus difficiles à voir :
    • les aisselles,
    • les plis du genou,
    • les organes génitaux,
    • le nombril,
    • les conduits auditifs,
    • le cuir chevelu.
  • Examinez minutieusement vos enfants.
  • Recommencez l'examen le lendemain car la ou les tiques seront gorgée(s) de sang et donc plus visibles.
  • Si vous constatez la présence de tiques plantées dans la peau, n’appliquez aucun produit (ni d’éther ni autre produit). Cela pourrait faire régurgiter les tiques. La bactérie Borellia, présente dans la salive des tiques et responsable de la maladie de Lyme serait alors libérée.
  • Retirez toutes les tiques le plus rapidement possible, en utilisant un tire-tique (vendu en pharmacie) ou à défaut, une fine pince à épiler. Il existe des tire-tiques de petite taille pour les tiques nymphes et de plus grande taille pour les tiques adultes.
  • Agrippez délicatement les insectes au plus près de la peau et tirez-les doucement mais fermement. Pour ne pas casser l’appareil buccal (le rostre), faites un mouvement circulaire. Ce mouvement de traction-rotation, réalisé perpendiculairement à la peau, permet de retirer la (ou les) tique(s) sans leur arracher la tête.
  • Si vous n’avez pas réussi à retirer toute la tête et le rostre du tique du premier coup, ne recommencez pas et ne cherchez pas à compléter l'extraction. Une petite grosseur pourra persister pendant plusieurs semaines mais elle finira par disparaître.
  • Une fois les tiques retirées, désinfectez soigneusement la peau avec par exemple de l'alcool modifié ou un antiseptique à base de chlorhexidine, d'hexamidine ou de povidone iodée.
  • Vous avez la possibilité de signaler la piqûre de tique via l'application Signalement Tique et d'envoyer des photographies pour documenter l'évolution de la morsure.
  • Surveillez chaque zone mordue (ou piquée) par une tique pendant 30 jours :
    • Une petite plaque rouge, souvent responsable de démangeaisons, peut apparaître immédiatement ou dans les 24 premières heures après la morsure. Il s’agit d’une réaction normale à la salive de la tique et cela ne veut pas dire qu'il y a eu contamination par la bactérie.
    • En revanche, si vous voyez apparaître une plaque rouge inflammatoire qui s'étend, entre 3 à 30 jours après la morsure, vous devez consulter un médecin car c’est un érythème migrant, symptôme de la maladie de Lyme. Un traitement antibiotique est alors nécessaire.
    • De la même façon, signalez à votre médecin la survenue de symptômes qui vous paraissent anormaux : douleurs, fièvre et fatigue inexpliquées, apparition d'un érythème migrant ailleurs que sur le site de piqûre, douleurs articulaires, toubles neurologiques...
  • Il n'e'st pas recommandé de faire un autotest disponible en vente libre. Si vous avez un doute, parlez-en à votre médecin.

Comment enlever une tique ?

Schéma : comment enlever une tique

Quand consulter en cas de morsure de tique ?

Consultez un médecin si :

  • vous êtes enceinte et vous avez été mordue par une tique ;
  • votre enfant de moins de 8 ans a été mordu par une ou plusieurs tiques ;
  • vous êtes immunodéprimé (traitement , VIH...) ;
  • la tique est restée implantée plus de 36 heures ;
  • vous ne savez pas depuis quand la tique était présente mais au moment de l’extraction, elle était gorgée de sang ;
  • une plaque rouge, qui ne gratte pas (non prurigineuse), se développe autour d'une piqûre ancienne de tique (de plus de 3 jours mais parfais datant de plusieurs semaines) et s’étend : c'est un érythème migrant
  • des symptômes qui vous paraissent anormaux apparaissent dans les semaines suivant la morsure : douleurs, fièvre et fatigue inexpliquées, apparition d'un érythème migrant ailleurs que sur le site de piqûre, douleurs articulaires, toubles neurologiques... 

Après examen et selon les symptômes que vous présentez, votre médecin traitant  jugera de la nécessité ou non de prescire un traitement par antibiotique contre la bactérie Borellia de la maladie de Lyme.

Comment prévenir les morsures de tiques ?

Lors de vos promenades ou randonnées en forêt ou en zone rurale, ou lors du jardinage en zone végétalisée, adpotez les bons gestes pour éviter d'être mordu(e) par des tiques :

  • partez en promenade, muni d'un tire-tique pour intervenir le plus rapidement en cas de morsures de tiques ;
  • portez des vêtements longs, qui couvrent les bras et les jambes, serrent les poignets et les chevilles, de couleur claire de préférence, de façon à éviter les morsures et à repérer plus facilement la présence de tiques ;
  • portez des vêtements couvrant la tête et le cou (en particulier pour protéger les enfants) ;
  • mettez des chaussures fermées ;
  • glissez les bas de pantalon dans les chaussettes afin que les tiques ne s'insèrent pas par les ouvertures ;
  • éventuellement, appliquez un répulsif cutané sur les parties découvertes (répulsif contenant du DEET) de façon à repousser les tiques. Mais attention, les répulsifs sont contre-indiqués chez la femme enceinte et le petit enfant.
  • Imprégnez les vêtements par un répulsif vestimentaire. La perméthrine est utilisée et à appliquer en pulvérisations sur la face externe des vêtements. Le répulsif agit pendant 6 semaines. Les répulsifs vestimentaires sont toxiques et ont les mêmes contre-indications que les répulsifs cutanés.

Ces mesures de prévention ne vous dispensent pas de l’examen minutieux de votre corps, à la recherche de morsures de tiques, au retour de chaque promenade.

Sources
  • Haute Autorité de santé. Prévention des maladies vectorielles à tiques (MVT). Recommandation de bonne pratique - Borréliose et autres maladies vectorielles à tiques. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2018 [consulté le 21 juin 2018]
  • Haute Autorité de santé. Borréliose de Lyme. Recommandation de bonne pratique - Borréliose et autres maladies vectorielles à tiques. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2018 [consulté le 21 juin 2018]
  • Ministère des Solidarités de la Santé. Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques. Site internet : Ministère des Solidarités et de la Santé. Paris ; 2017 [consulté le 21 juin 2018]
  • Société de pathologie infectieuse de langue française. Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Site internet : infectiologie.com. Paris ; 2006 [consulté le 23 mai 2017]
  • Santé publique France-InVS. Borréliose de Lyme. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2018 [consulté 21 juin 2018]
  • Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Borrelia, agent de la borréliose de Lyme. Site internet : INRS. Paris ; 2012 [consulté le 21 juin 2018]
  • Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2017. BEH hors série du 6 juin 2017. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2017 [consulté le 21 juin 2018]