Morsures de serpents

01 juin 2017
Certains serpents, comme la vipère, sont venimeux. Leur venin peut causer des douleurs et un gonflement au niveau de la morsure et du membre concerné mais aussi des symptômes digestifs, cardiovasculaires et respiratoires. Après toute morsure de serpent, il faut appeler les secours au plus vite et calmer la victime.

Comment savoir si la morsure de serpent est grave ?

En France métropolitaine, les morsures graves de serpents sont principalement dues aux vipères : le seul reptile venimeux vivant en liberté. Il arrive de plus en plus fréquemment que certains serpents exotiques, élevés par des collectionneurs ou apportés par des touristes, soient impliqués.

Les morsures de serpents en 2016

369 cas de morsures par des serpents terrestres ont été rapportés aux centres anti poisons en 2016 en France. Parmi les 369 cas, 61 % étaient dus à une vipère et 8 % à une couleuvre ; les cas restants étaient liés à un serpent non précisé.

Environ 90 % des cas ont été observés entre avril et septembre ; ce phénomène étant lié à la sortie de l’hibernation de ces espèces.

Que faut-il savoir sur les serpents terrestres ?

Les serpents sont des animaux à sang froid dont la température dépend de celle de l’environnement. Ils sortent surtout lorsque le temps est chaud et humide.

Ils sont sourds et réagissent très vite aux signaux visuels par la fuite.

Les serpents, qu’ils soient venimeux ou non, ont tendance à fuir l’homme et ne mordent que pour se défendre, lorsqu’un individu leur marche dessus ou les approche.

Un serpent immobile à l’approche de l’homme n’est pas forcément mort même s’il paraît impassible.

Une morsure de serpent est-elle toujours dangereuse ?

Une fois sur deux environ, le serpent venimeux n’injecte pas son venin lors de la morsure. Dans ce cas, on parle de morsure sèche : elle n’engendre que des symptômes locaux.

En cas d'injection de venin, on parle d'envenimation et des symptômes généraux apparaissent et leur importance dépend de la dose de venin présente dans l’organisme. Le plus souvent, les symptômes restent légers sauf en cas d'allergie au venin.

Dans tous les cas de morsure, ne prenez pas de risque et appelez les secours.

Différences entre une couleuvre non venimeuse et une vipère venimeuse

Couleuvre non venimeuse Vipère venimeuse
Tête ronde Tête triangulaire
Une seule ligne d'écailles entre l'œil et la gueule Plusieurs rangées d'écailles entre l'œil et la gueule
Pupille ronde Pupille fendue verticalement
Petites dents Museau retroussé et crochets

Quels sont les signes de morsure à repérer ?

Lorsque la morsure est sèche, la personne ne présente que des traces de morsures et ressent une douleur au point de morsure. Aucun autre symptôme n’apparait en dehors de l’anxiété liée à cette morsure.

Lorsque la personne concernée a été mordue par un serpent venimeux et que du venin a été injecté, elle présente :

  • des traces de morsure, sous la forme de 2 points ;
  • des douleurs vives au niveau de la morsure ;
  • un gonflement au niveau des points de morsure et une rougeur. Cette réaction œdémateuse peut s'étendre localement, voire à une partie du membre touché.

D’autres symptômes généraux dus à la peuvent également apparaître après un délai variable (une demi-heure à plusieurs heures) lorsque la quantité de venin injectée par l’animal est importante :

  • des symptômes digestifs : nausées, vomissements, maux de ventre, diarrhée ;
  • des symptômes cardiovasculaires : malaise, chute de la tension artérielle, troubles de la coagulation, éventuellement choc anaphylactique ;
  • des symptômes respiratoires : difficultés à respirer ;
  • une confusion.
Allergie au venin et

Certaines personnes sont allergiques au venin de serpent et peuvent présenter un .

Les symptômes surviennent très vite après la morsure et sont :

  • cardio-vasculaires : chute de la tension artérielle, troubles du rythme cardiaque ;
  • respiratoires : difficultés à respirer ;
  • digestifs: vomissements ;
  • cutanéo-muqueux : pâleur, oedème et urticaire.

En l'absence d'un traitement d'urgence adapté (injection d'adrénaline en intra-musculaire) et d'une hospitalisation, le comporte un risque vital. Les personnes à risque (celles qui ont été confrontées à un précédent choc, moins grave) sont, en général, bien renseignées sur leur maladie. Elles savent comment agir quand les premiers symptômes apparaissent et disposent du traitement.

La conduite à tenir en cas de morsure de serpent

Ce que vous devez faire immédiatement en cas de morsure de serpent terrestre

Voici quelques conseils :

  • appelez les urgences en faisant le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou un téléphone mobile ;
  • en attendant les secours, restez calme, rassurez la victime et son entourage. En effet, en dehors du dû à une allergie au venin, il faut plusieurs heures pour que les symptômes soient au plus fort ;
  • placez la victime au repos, l'agitation favorise la diffusion du venin ;
  • mettez la victime en position latérale de sécurité (sur le côté, la tête légèrement plus basse que le corps) en cas de perte de connaissance ;
  • ôtez les bagues, les montres, les chaussures et tout ce qui peut serrer la zone mordue car celle-ci va se mettre à gonfler ;
  • si possible, désinfectez la plaie avec un antiseptique ;
  • immobilisez le membre mordu pour ralentir la propagation du venin dans l’organisme ;
  • essayez de mémoriser l’aspect du serpent (sa taille, sa couleur, la forme de sa tête) mais ne cherchez pas à l’attraper ;
  • en cas de douleur, utilisez uniquement le paracétamol. Attention ne donnez pas d'anti-inflammatoire, ni d'aspirine qui augmentent le risque de saignement.

Ce que vous ne devez jamais faire en cas de morsure par un serpent terrestre

Certaines conduites sont dangereuses, bannissez-les. Ainsi :

  • ne posez pas de garrot : l’utilisation d’une ceinture, de ficelle ou équivalents peut causer de graves lésions du membre mordu ;
  • ne posez pas de bandage compressif ;
  • ne sucez pas la plaie ;
  • n’incisez pas la plaie ;
  • ne posez pas de glace, pommade….sur la morsure ;
  • ne comprimez pas la plaie ;
  • n’injectez aucune substance. L'utilisation des kits anti-venins est inefficace et retarde souvent la prise en charge ;
  • ne donnez pas d’alcool au blessé ;
  • ne quittez pas la personne mordue jusqu'à la prise en charge médicale.

La prise en charge du

Si vous avez déjà été victime d'une réaction allergique très forte de type , gardez toujours sur vous, y compris lors de vos déplacements, une trousse d'urgence contenant un stylo d'adrénaline auto-injectable.

Apprenez, ainsi qu'à votre entourage, à reconnaître les premiers signes du malaise et à manipuler le stylo, à l'aide d'un stylo d'entraînement.

En pratique, vous positionnez le stylo auto injectable sur le côté antérolatéral (bord extérieur) de votre cuisse et vous maintenez une pression sur le bouton déclencheur pendant dix secondes.

Après toute injection d'adrénaline, une surveillance médicale s'impose !

Appels d’urgence : mode d’emploi

Composez le 15 (service d'aide médicale urgente : Samu) ou le 112 (numéro d'urgence européen) depuis un téléphone fixe ou depuis un téléphone mobile, même bloqué ou sans crédit. Lorsque vous parlez au Samu :

  • soyez calme et clair ;
  • donnez votre numéro de téléphone, votre nom et celui de la personne concernée ;
  • indiquez le lieu et l'adresse exacte, l'étage et le code d'accès éventuel ;
  • décrivez le plus précisément possible les signes qui vous ont alerté ;
  • ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande.

À l'hôpital

Les personnes ayant eu une morsure de serpents sont généralement traitées à l’hôpital.

Une surveillance est indispensable avec si nécessaire, un traitement antalgique (antidouleur).

Le recours à un anti-venin n'est pas systématique. Celui-ci doit être inoculé par un médecin, car il peut provoquer de graves effets secondaires de type réaction anaphylactique. C’est pourquoi, le sérum anti venin est réservé aux cas graves de morsures de serpents.

Le patient est mis sous surveillance et ses symptômes généraux (nausées, difficultés respiratoires, etc.) sont pris en charge.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Prévenir les morsures de serpents

Pour prévenir les morsures de serpents, suivez ces conseils :

  • dans la nature, ne marchez jamais pieds nus, mais portez des chaussures fermées et montantes (ou des bottes) ainsi que des pantalons ;
  • ne partez pas seul en promenade et munissez-vous d’un téléphone mobile pour prévenir, si nécessaire, les secours ;
  • surveillez où vous posez les pieds et les mains : herbes hautes, cailloux et rochers, tas de feuilles, tas de bois, buissons..., surtout s'ils sont exposés au soleil (les serpents aiment la chaleur) ;
  • ne pénétrez pas dans les broussailles. Lors des récoltes des champignons, baies et fruits, frappez et agitez les broussailles avec un bâton pour faire fuir les serpents éventuels ;
  • ne posez pas vos mains sur des murs, sous les pierres, dans les crevasses, sous les piles de bois avant d’avoir vérifié l’absence de serpents ;
  • la nuit, ne ramassez pas de bois, ne soulevez pas de pierre, la visibilité est mauvaise ;
  • ne touchez pas un serpent qui vous semble mort, le plus souvent il somnole ;
  • si vous croisez un serpent, retirez-vous sans l’effrayer. Dans tous les cas, n’essayez jamais de l'attraper ou de le tuer ;
  • vérifiez l’absence de serpents avant de vous installer pour une pause et ne dormez pas à-même le sol dans les régions riches en serpents ;
  • ne laissez pas les enfants jouer dans des endroits difficiles à surveiller et expliquez-leur qu’en présence d’un serpent, il ne faut pas chercher à l’exciter.

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
Sources
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Alerte aux morsures de serpents durant l’été 2016. Vigil’Anses n°1. Mars 2017. Site internet : ANSM. Saint-Maurice (France) ; 2017 [consulté le 29 mai 2017]
  • Centre antipoison. Les morsures de vipère. Site internet : Centre antipoison. Bruxelles [consulté le 29 mai 2017]
  • Centre suisse d'information toxicologique (CSIT). Morsures de serpents en Suisse : quel risque ? Site internet : CSIT. Zürich (Suisse) ; 2014 [consulté le 29 mai 2017]
  • National Health Service. Snake Bites. Site internet : NHS choices. Londres ; 2016 [consulté le 29 mai 2017]
  • Labqaa I, Pasche O, Bart PA, Cornuz J. Randonnée : conseils utiles aux patients. 2011;7(319):2348-50.
  • Organisation mondiale de la santé (OMS). Morsures d'animaux. Site internet : OMS. Genève (Suisse) ; 2013 [consulté le 29 mai 2017]