Morsure de chien ou de chat

24 avril 2017
Les morsures de chien et de chat sont les morsures d’animaux les plus fréquentes. Elles doivent être soignées immédiatement pour éviter les risques d’infection. Nettoyez la plaie et selon la gravité de la blessure, consultez un médecin ou appelez les urgences.

Morsures de chiens et chats : quels sont les risques ?

Chaque année en France, on recense plusieurs centaines de milliers de morsures. Le chien est en cause 3 fois sur 4, le chat 1 fois sur 10. Viennent ensuite les autres animaux : essentiellement des rongeurs (rats, écureuils, lapins, hamsters…)

Les chiens mordent les adultes surtout aux bras et aux jambes, et les jeunes enfants à la tête et au cou. Fréquemment, la peau des victimes est déchirée, déchiquetée ou arrachée.

Les chats, eux, mordent surtout les mains et les bras. Leurs morsures, sous forme de petits points, apparaissent mineures mais en réalité, elles sont souvent profondes.

Quel que soit l’animal en cause, les morsures ne doivent pas être prises à la légère. Elles peuvent en effet être graves et provoquer :

  • dans l'immédiat, une blessure plus ou moins profonde, une hémorragie abondante, des fractures osseuses, des dégâts nerveux et musculaires ;
  • dans les heures et les jours suivants, une infection. Le problème est particulièrement fréquent, en raison des germes présents dans la salive de l'animal, et ce, notamment si la plaie a été nettoyée tardivement ;
  • le tétanos ;
  • la rage, si l'animal est porteur du virus ;
  • à long terme, des cicatrices inesthétiques, des séquelles physiques et psychologiques.

Les morsures de chien entraînent chaque année plusieurs milliers de recours aux urgences et de nombreuses hospitalisations.

Pour en savoir plus sur la rage, consultez le site du Ministère des Affaires sociales et de la Santé

La gravité d'une morsure va dépendre de :

  • la taille de la plaie, mais attention une plaie punctiforme peut être profonde ;
  • sa localisation (visage, main, pied, cou, organes génitaux, etc.) ;
  • l'âge de la personne mordue (jeunes enfants et personnes âgées sont plus vulnérables) ;
  • la présence d'arrachement ou d'écrasement des tissus ;
  • l'existence d'une fracture ;
  • la douleur provoquée par la morsure.

Si la blessure est superficielle, désinfectez-la. Si elle vous semble grave, consultez un médecin sans tarder ou rendez-vous aux urgences.

Que faire vous-même en cas de morsure ?

En cas de morsure, il est important de nettoyer la plaie à l’eau et au savon, le plus tôt possible. Éliminez les corps étrangers s’il y en a, puis rincez très abondamment. Séchez et enfin, appliquez une solution antiseptique.

En cas de saignement, comprimez la plaie à l’aide d’un linge propre et surélevez, si possible, le membre qui saigne. Si le saignement persiste ou est abondant, contactez les urgences.

Vérifiez, dans le carnet de vaccination, que la personne concernée est toujours protégée contre le tétanos. Si sa vaccination n’est pas à jour, la personne doit consulter son médecin traitant dans les 48 heures.

Pour en savoir plus sur les périodicités de vaccination, consultez le calendrier vaccinal simplifié de l’INPES (PDF, 1.9 Mo).

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Quand faut-il consulter un médecin ?

Consultez votre médecin traitant ou allez au service des urgences, lorsque :

  • la morsure est située aux mains, aux pieds ou près d’une articulation ;
  • la plaie vous paraît profonde quelle que soit sa localisation ;
  • la blessure est souillée par des corps étrangers et vous ne parvenez pas à les retirer ;
  • la morsure a été causée par un chat : le risque infectieux est très important ;
  • la personne concernée est immunodéprimée (traitement , VIH…) ou atteinte de diabète ;
  • la vaccination contre le tétanos n’est pas à jour ou vous ne savez pas à quand remonte le dernier vaccin ;
  • la personne a été mordue par un animal errant ou domestique, dont vous ne connaissez pas le statut vaccinal contre la rage ;
  • la plaie s’infecte : l'infection apparaît en général, 24 heures après une morsure de chien, plus tôt après une morsure de chat. Elle se caractérise par des douleurs, une rougeur, un gonflement et un écoulement.

Le médecin procède à l’exploration de la plaie, la désinfecte…. Il vérifie également l’immunisation du patient contre le tétanos : si besoin, il peut lui injecter des tétaniques et le revacciner. Si nécessaire, le médecin peut aussi lui prescrire un traitement antibiotique.

Des informations importantes à communiquer à votre médecin

En cas de morsure, certaines informations peuvent aider le médecin. Si possible :

  • identifiez l’animal mordeur ;
  • notez l’heure de la morsure (le temps écoulé entre l’accident et le traitement est important pour le chirurgien), les circonstances, le comportement de l’animal, le lieu où il se trouve ;
  • demandez au propriétaire le carnet de vaccination de l'animal pour vérifier son vaccin contre la rage.

Quand faut-il appeler les urgences ?

Si vous êtes face à l’une des situations suivantes, appelez sans tarder le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou mobile :

  • la morsure est située au visage, au cou ou au niveau des organes génitaux ;
  • la plaie est déchiquetée ou atteint les os ;
  • la blessure entraîne une forte hémorragie quelle que soit sa localisation ;
  • la personne perd la sensibilité ou la capacité de mouvement du membre blessé.

Une prise en charge médicale et chirurgicale est alors nécessaire.

Appels d’urgence : mode d’emploi

Composez le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile. Lorsque vous parlez au Samu (service d'aide médicale urgente) :

  • soyez calme et clair ;
  • donnez votre numéro de téléphone, votre nom et celui de la personne concernée ;
  • indiquez le lieu et l'adresse exacte, l'étage et le code d'accès éventuel ;
  • décrivez le plus précisément possible les signes qui vous ont alerté ;
  • ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande.

Conduite à tenir envers l’animal mordeur

La marche à suivre dépend de la situation.

Il doit être mis sous surveillance d’un vétérinaire sanitaire pendant 15 jours. Son propriétaire doit le présenter 3 fois au même vétérinaire sanitaire :

  • la première visite doit avoir lieu dans les 24 heures suivant la morsure ;
  • la deuxième au plus tard 7 jours après ;
  • la troisième 15 jours après la morsure.

À chaque visite un certificat justifiant l’exclusion de suspicion de rage est délivré au propriétaire. Son statut vaccinal contre la rage est vérifié. Si l’animal présente des signes suspects, la vaccination antirabique est effectuée chez la personne mordue.

Il s’agit d’un chien errant, animal sauvage… : il existe un risque de rage. La personne mordue est adressée par le médecin à un centre antirabique qui décidera de l’attitude à adopter en fonction des risques potentiels de contamination.

Sa tête est examinée pour vérifier qu’il n’est pas porteur du virus de la rage. En attendant les résultats, la vaccination contre la rage chez la personne mordue est débutée. Elle est arrêtée si la contamination est écartée.

Comment éviter les morsures de chien et de chat ?

La plupart des morsures de chien et de chat peuvent être évitées en adoptant un comportement approprié envers l'animal.

Un chien ou un chat qui a peur, à qui on fait mal ou que l’on dérange sur son territoire, peut mordre. Même s’il s’agit d’un animal familier, soyez attentif à son comportement et prenez quelques précautions.

Généralement, les victimes sont mordues par un animal qu’elles connaissent et qui donc, les connaît aussi. Les enfants, eux, sont fréquemment mordus quand ils sont seuls ou sans adultes pour les surveiller.

Il est donc très important de ne jamais laisser un enfant sans surveillance avec un animal, même si celui-ci est familier. Un enfant ne connaît pas les gestes à éviter avec un chien ou un chat et ne sait pas reconnaître les éventuels signes d’agressivité.

Pour prévenir les morsures, évitez autant que possible de :

  • vous approcher d’un animal inconnu ;
  • caresser un chien en laisse sans avoir demander à son propriétaire l'autorisation ;
  • vous interposer dans un combat de chiens ;
  • déranger le sommeil de l’animal ;
  • grimper sur le dos du chien ou vous coucher sur celui-ci ;
  • vous emparer de ses jouets ;
  • serrer l’animal trop fort dans ses bras;
  • tirer sur sa queue ou ses oreilles ;
  • taquiner un chien quand il mange ou approcher la main de sa gamelle ;
  • s'approcher trop près d'une chienne avec ses petits ;
  • soutenir le regard d’un animal agressif ;
  • vous sauver devant un chien en courant, surtout si celui-ci se montre très agressif ;
  • empêcher un animal de s’enfuir ;
  • vous approcher d’un chien qui grogne ou d’un chat qui remue la queue.

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
Sources
  • Boillat N, Frochaux V. Morsures d’animaux et risque infectieux. Rev Med Suisse. 2008;4:2149-2155.
  • Thiffault J. Les morsures d’animaux chez l’enfant. Med Québec. 2003;38(2):75-81.
  • Centre antipoison de Lille. Morsures de chien et prévention. Site internet : Centre Antipoison. Lille (France) ; 2011 [consulté le 23 juin 2014]
  • Pedrono G, Ricard C, Bouilly M, Thélot B. Séquelles consécutives aux morsures de chien. Enquête multicentrique, France, septembre 2010 – décembre 2011. Site internet : Institut de veille sanitaire. Saint-Maurice (France) ; 2014 [consulté le 27 juin 2014]
  • Heller JL, Zieve D. Animal Bites. Site internet : MedlinePlus. Bethesda (USA) ; 2012 [consulté le 23 juin 2014]
  • Dubosq F, Traxer O, Boublil V, Gattegno B, Thibault P. Conduite à tenir devant un traumatisme des organes génitaux externes par morsure de chien. Prog Urol. 2004;14:232-3.