Griffures de chat

24 avril 2017
Les griffures de chat causent parfois des maladies infectieuses. Nettoyer et désinfecter la plaie permet généralement d’éviter les complications. Dans certains cas, une consultation médicale et un traitement sont nécessaires.

Les maladies infectieuses transmises par les griffures de chat

Les chats (sauvages comme domestiques) peuvent transmettre des maladies à l’homme, en particulier par griffure ou morsure. Ainsi, un tiers des personnes griffées développent une infection. En effet, les griffes du chat portent de nombreux germes, sources possibles de pathologies telles que :

  • la maladie des griffes du chat et la pasteurellose, dues à des bactéries ;
  • la sporotrichose, due à un champignon.

Aucune de ces affections n’est contagieuse d’homme à homme. Toutefois, restez vigilant devant toute lésion liée à une griffure, même si elle est isolée et / ou superficielle. Ce type de plaie doit être traité rapidement, pour éviter les complications qui sont susceptibles de survenir, dans de rares cas.

C’est une infection (aussi appelée "lymphoréticulose bénigne d’inoculation"), due à la bactérie Bartonella henselae. Cette bactérie, présente partout dans le monde, se transmet :

  • par le biais des puces, à tous les chats ;
  • par l’intermédiaire des chats sauvages, aux chats domestiques.

Chaque année, en France, on dénombre environ 4 à 6 cas de maladie des griffes du chat pour 100 000 habitants.

Environ 40 % des chats européens sont porteurs de Bartonella henselae, à un moment donné de leur vie

Pour limiter la circulation de la bactérie, vous pouvez traiter régulièrement votre chat contre les puces. En effet, celles-ci représentent le principal mode de transmission d’un animal à un autre. Sachez aussi que les jeunes chats, s’ils n’ont jamais reçu de traitement anti-puces, sont plus exposés à une infestation. Pour plus d’informations, demandez conseil à votre pharmacien et / ou à votre vétérinaire.

La maladie des griffes du chat est la plus couramment transmise par griffure. Elle touche surtout :

  • les enfants et adultes de moins de 20 ans ;
  • les personnes présentant une (atteintes par exemple d’un cancer ou porteuses du VIH, ou suivant un traitement , notamment après une greffe d’organe).

Une à trois semaines après la griffure (ou morsure), les symptômes suivants peuvent apparaître.

Des signes cutanés

Au niveau de la griffure, on voit parfois apparaître une rougeur de la peau, voire une .

Un ou plusieurs ganglions

Ils sont situés à proximité de la zone de peau lésée, c’est-à-dire :

  • sous l’aisselle, en cas de griffure à la main ou au bras ;
  • au niveau de l’aine, si la lésion concerne la jambe ;
  • au niveau du cou, ou derrière les oreilles, lorsque le visage a été atteint.

Dans certains cas, les ganglions persistent plusieurs mois. Parfois, ils évoluent vers une suppuration (formation de pus) ou une fistule (ouverture anormale de la peau, avec écoulement de liquide).

Des symptômes généraux

L’infection peut provoquer une fatigue, une perte d’appétit, un mal de tête ou un mal de gorge. Des douleurs musculaires ou articulaires sont aussi possibles. Le plus souvent, la maladie des griffes du chat guérit spontanément, sans séquelle, en une à trois semaines. Toutefois, dans 5 à 10 % des cas, des complications infectieuses surviennent. Elles peuvent toucher tous les organes, en particulier :

  • les yeux (conjonctivite, atteinte de la motricité de l’œil dite "syndrome de Parinaud") ;
  • le cœur (infection de la paroi interne du cœur, ou "endocardite") ;
  • les poumons (pneumonie).

Enfin, 2 autres complications infectieuses se déclarent parfois, surtout chez les personnes souffrant d’immunodépression :

La péliose hépatique

Elle se caractérise par la présence de kystes remplis de sang au niveau du foie, causant des douleurs abdominales.

L’angiomatose bacillaire

Elle entraîne des lésions cutanées (papules rouges, nodules), une fièvre modérée et une perte de poids. De plus, des ganglions apparaissent à proximité de la zone griffée.

La pasteurellose est une infection due au bacille Pasteurella multocida. Moins courante que la maladie des griffes du chat, elle concerne essentiellement :

  • les nourrissons ;
  • les personnes atteintes d’immunodépression.

Chez les personnes atteintes, une douleur peut se manifester au niveau de la plaie, 3 à 24 heures après la griffure. Elle est parfois suivie d’une cellulite (infection des tissus sous-cutanés), accompagnée d’une rougeur, d’un œdème et d’un suintement de la peau. Dans certains cas, ces symptômes sont associés à une légère fièvre (38 à 38,5 °C).

L’infection liée à la pasteurellose peut aussi :

  • provoquer un abcès de la peau ;
  • se diffuser à d’autres organes (cerveau, foie, reins, poumons, cœur, etc.)

Ces complications se rencontrent surtout chez les personnes souffrant d’immunodépression, ou fragilisées par une pathologie chronique (diabète, alcoolisme, etc.)

Cette pathologie est liée à une infection par le champignon Sporotrichum (ou sporatrix) schenckii. On la rencontre principalement dans les régions tropicales ou subtropicales. En Europe, la sporotrichose reste exceptionnelle.

En général, les symptômes apparaissent 3 à 31 jours après la griffure, mais ils peuvent survenir jusqu’à 3 mois après. Ils correspondent le plus souvent à une forme cutanée localisée de l’infection, caractérisée par l’apparition de :

  • papules, plaques rouges ou nodules qui se fendent et forment un ulcère ;
  • ganglions (souvent situés à proximité de la zone griffée).

Parfois, la sporotrichose se développe aussi sous une forme dite "disséminée". L’infection peut alors se propager à plusieurs organes (os, articulations, cerveau, méninges, poumons, etc.) Cette forme concerne surtout des personnes immunodéprimées, ou présentant une maladie chronique.

Peut-on se faire vacciner contre les maladies dues aux griffures de chat ?

Non, car les vaccins contre ces affections n’existent pas. Aussi, pour prévenir ces maladies, il est particulièrement important d’adopter les bons réflexes :

  • protégez votre enfant des griffures ;
  • après un contact avec un chat, lavez-vous systématiquement les mains à l'eau et au savon ;
  • si vous avez un chat, brossez-le régulièrement et traitez-le avec un produit antiparasitaire, pour éliminer les puces.

Les gestes à réaliser après une griffure de chat

Toute griffure (même superficielle et / ou isolée) doit être soignée rapidement, surtout si vous ne connaissez pas le chat qui vous a griffé. Procédez selon les étapes suivantes :

  • Lavez les lésions avec de l’eau savonneuse, puis rincez-les soigneusement à l’eau.
  • Désinfectez avec un antiseptique (alcool modifié, chlorhexidine, povidone iodée par exemple).
  • Vérifiez que votre vaccination contre le tétanos est à jour.

© Inpes

Quand faut-il voir un médecin après une griffure de chat ?

Consultez immédiatement si :

  • la griffure se trouve au niveau de l’œil (un avis ophtalmologique est alors indispensable) ;
  • vous êtes atteint d’immunodépression.

Par ailleurs, prenez rendez-vous avec votre médecin traitant en cas d’apparition :

  • d’une rougeur cutanée, d’une ou d’un nodule au niveau de la lésion ;
  • d’une traînée rouge inflammatoire qui s’étend sur la peau, à partir de la griffure ;
  • d’un ou plusieurs ganglions, à proximité de la zone griffée ;
  • d’une fièvre, même modérée (38 à 38,5 °C) ;
  • d’une fatigue et / ou d’une perte d’appétit.

Votre médecin vous examine et vous interroge sur les circonstances de la griffure (notamment sur le type de chat qui vous a blessé). Enfin, il vérifie que votre vaccination antitétanique est à jour.

En fonction de ses observations, le médecin peut ensuite, dans certains cas, vous prescrire des examens complémentaires pour confirmer le diagnostic :

  • Une prise de sang
    Elle permet de rechercher des anticorps, qui confirment le contact avec les germes infectieux.
  • Une biopsie de peau ou de ganglion
    Elle consiste à prélever un minuscule fragment de peau ou de ganglion, pour effectuer un examen bactériologique des tissus.

En général, les griffures de chat guérissent spontanément, et aucun médicament n’est utile.

Toutefois, si besoin, votre médecin peut vous donner un traitement contre la fièvre ( ) et / ou contre la douleur (antalgique) : paracétamol, aspirine ou ibuprofène. Enfin, en cas de ganglions douloureux, le médecin peut vous conseiller des applications de compresses d’eau tiède.

Règles à respecter en cas de prise d’antalgiques

Si vous entreprenez un traitement antidouleur, voici quelques conseils à suivre :

  • suivez bien la posologie prescrite ou recommandée par la notice (dose maximale quotidienne autorisée, quantité et fréquence des prises, intervalle minimum entre 2 prises). Vous éviterez ainsi un surdosage qui pourrait être toxique et / ou entraîner une accoutumance au produit ;
  • pour les mêmes raisons, évitez d'associer ou d'alterner des antalgiques de compositions différentes (sauf avis médical contraire) ;
  • si la douleur persiste, consultez votre médecin traitant. Si vous avez commencé le traitement par vous-même, précisez au médecin le médicament utilisé, la dose et la fréquence des prises.

En cas de complications infectieuses, la maladie se déclare 1 à 2 semaines après la griffure. Dans ce cas, un traitement spécifique est nécessaire :

Les traitements antibiotiques

Contre la maladie des griffes du chat, votre médecin peut prescrire un antibiotique (en général rifampicine, ciprofloxacine, gentamycine, triméthoprime et sulfaméthazole).

Contre la pasteurellose, le médecin prescrit de l’amoxicilline ou de la doxycycline.

Ces traitements durent généralement 10 jours.

Le traitement (contre les champignons)

Il est indiqué en cas de sporotrichose qui est une infection par un champignon de type Sporotrichum. Dans ce cas, le médecin prescrit un (itraconazole, amphotéricine B, kétonazole ou fluconazole).

En respectant certaines règles, vous préservez l’efficacité des antibiotiques

Pour un traitement antibiotique efficace, appliquez les cinq règles suivantes :

  • Respectez bien les prescriptions médicales (doses, durée des prises, etc.)
  • N'arrêtez pas le traitement prématurément : il doit être poursuivi jusqu'au bout, même si votre état s'améliore.
  • Ne donnez pas votre antibiotique à quelqu'un d'autre : il est spécifique à votre cas.
  • Ne réutilisez pas votre médicament une fois le traitement terminé.
  • Demandez conseil à votre médecin en cas de doutes ou d'effets indésirables.
Sources
  • Ministère de l’agriculture et de la pêche. Maladie des griffes du chat. Site internet : agriculture.gouv.fr. Paris ; 2007 [consulté le 21 mai 2015]
  • Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Maladie des griffes du chat. Site internet : cnrs.fr. Paris ; 2013 [consulté le 26 mai 2015]
  • Boillat N, Greub G. Maladie des griffes du chat et autres baronelloses.Rev Med Suisse 2008;901-907 [consulté le 26 mai 2015]
  • Agence de la santé publique du Canada. Bartonella henselae. Site internet : phac-aspc.gc.ca. Ottawa (Canada) ; 2010 [consulté le 26 mai 2015]
  • Agence de la santé publique du Canada. Pasteurella SPP. Site internet : phac-aspc.gc.ca. Ottawa (Canada) ; 2011 [consulté le 26 mai 2015]
  • Agence de la santé publique du Canada. Sporothrix schenckii. Site internet : phac-aspc.gc.ca. Ottawa (Canada) ; 2011 [consulté le 26 mai 2015]
  • Institut national de médecine agricole. Espace zoonoses, Bartonellose (maladie des griffes du chat). Site internet : INMA. Tours (France) ; 2012 [consulté le 5 février 2016]