Mon enfant a avalé une pile bouton : agir vite

Vous avez vu votre enfant avaler une pile ou vous pensez qu’il l’a fait, agissez vite et appelez le 15 ou un centre antipoison. Une radiographie du thorax est urgente. Si la pile plate est bloquée dans l'œsophage, elle doit être retirée dans les plus brefs délais, car le risque de brûlure de la muqueuse œsophagienne est majeur.

Piles : un usage de plus en plus fréquent

Les piles bouton ou piles plates rondes et de petite taille sont présentes dans de nombreux objets du quotidien et leur nombre est en constante augmentation du fait de la multiplication des objets électroniques au sein des foyers.

Outre les jouets, on les trouve dans les télécommandes, (télécommandes d’appareils audiovisuels, télécommandes domotiques), les calculatrices, les clefs de voiture, les thermomètres, les audioprothèses, les balances de cuisine, les stylos lumineux, les cartes musicales, les pèse-personnes, les montres, les appareils photos, etc.

Fréquemment, ces piles sont laissées à la portée de tous et en particulier des enfants : piles usagées laissées sur une étagère en vue du recyclage, paquet de piles neuves entamé et laissé ouvert, etc.

Les jeunes enfants sont très attirés par ces petits objets arrondis et brillants qu’ils portent volontiers à la bouche, mais la pile peut être également introduite dans le nez ou dans une oreille.

Lorsque la pile est mise dans la bouche, elle peut être inhalée en cas de fausse route (c’est-à-dire qu’elle pénètre dans les voies respiratoires : c’est une urgence.

Mais cette pile peut aussi être avalée, et rester bloquée dans l’une ou l’autre partie du tube digestif :

  • dans l’œsophage ;
  • dans l’estomac.

Elle peut aussi avancer dans le tube digestif après avoir passé l’estomac.

L'appareil digestif

Schéma représentant l’appareil digestif humain composé du pharynx, des glandes salivaires, de l’œsophage, de l’estomac, du foie, du pancréas, de l’intestin grêle et du gros intestin (cf. description détaillée ci-après)

L’appareil digestif humain est composé de huit organes :

  • le est un tube situé au fond de la gorge. Il forme le carrefour entre les voies digestives et respiratoires. Il se poursuit en l’œsophage ;
  • les glandes salivaires sont des petites poches situées à trois endroits de la bouche : entre la langue et la mâchoire inférieure vers l’avant de la bouche ; entre la langue et la mâchoire inférieure vers l’arrière de la bouche ; et sur les côtés du visage, au-dessous et en avant des oreilles ;
  • l’œsophage est un long tube reliant la bouche à l’estomac ;
  • l’estomac est une poche, ressemblant à un haricot. Il est situé entre l’œsophage et l’intestin grêle, sous le foie ;
  • le foie est le plus gros organe abdominal, juxtaposé à l’estomac, au-dessus des intestins. Il a une forme triangulaire ;
  • le est un petit organe, situé dans l’, entre l’estomac et le foie. Il a une forme conique et allongée ;
  • l’intestin grêle est le plus long intestin du corps humain, relié à l’estomac et au gros intestin. Il est replié sur lui-même, ce qui lui donne la forme d’un plat de spaghetti ;
  • le gros intestin forme un cadre autour de l’intestin grêle. Il relie l’intestin grêle à l’anus. Il est composé du côlon et du rectum ;
  • le côlon est la première et majeure partie du gros intestin. Il possède à son extrémité inférieure une petite appelée l’appendice. Il se termine par le sigmoïde, qui le relie au rectum ;
  • le rectum est l’ultime partie de l’appareil digestif. Il est placé sur un axe vertical, reliant le côlon à l’anus.

Pourquoi les piles sont-elles dangereuses ?

Les piles : une toxicité chimique

Les piles bouton ne sont pas des objets inertes, contrairement aux pièces de monnaie, auxquelles elles sont très souvent comparées.

Leur caractère dangereux est dû à un mécanisme corrosif très dangereux : le contact de la pile avec la entraîne la libération d’ions hydroxydes, très alcalins, responsables d’une brûlure chimique, pouvant être très profonde et aller jusqu’à la nécrose (destruction) des tissus.

Deux vidéos expliquent le mécanisme d’action toxique des piles boutons et leur dangerosité.

« La causticité des piles boutons LR44 & CR2032 » (vidéo 1 et vidéo 2)

Ingestion d'une pile : les facteurs de gravité

Quelle que soit la voie de pénétration (bouche, nez ou oreille), les piles peuvent donc produire des brûlures profondes, dont la gravité dépend :

  • de la taille de la pile : le risque de blocage de la pile dans l’œsophage est plus important si la pile est de diamètre supérieur ou égal à 15 mm et lorsque l’enfant est âgé de 5 ans ou moins ;
  • de la nature du contact de la pile avec la (le contact direct lorsque la pile est enclavée dans l'œsophage est très grave) ;
  • du temps de contact : lorsqu’une pile bouton est bloquée dans l’œsophage, la gravité de la brulure augmente de manière importante au-delà de la deuxième heure. 

Ainsi, lorsque la pile reste coincée dans l’œsophage, la situation est à très haut risque de complications, notamment parce que l’œsophage est proche des voies respiratoires, et des gros vaisseaux (artères et aorte notamment). La brûlure œsophagienne peut entrainer une perforation de l’œsophage et des structures adjacentes pour aboutir à une détresse respiratoire, ou à une hémorragie brutale pouvant conduire au décès de l’enfant.

Consulter la brochure du Ministère de la Santé et de la Prévention « Piles bouton : un risque GRAVE pour les enfants »

L’ingestion de piles par les enfants  : quelques chiffres

L’étude française « Pilboutox » réalisée sur la période du 1er juin 2016 et le 31 mai 2018 par les Centres anti poisons français, recense 465 cas d’ingestion de piles boutons.

Parmi ces cas, 375 étaient des enfants âgés de moins de 6ans (74 %), 451 de moins de 12 ans (89 %).

L’étude « Pilboutox » relève 9 cas de gravité forte selon le Poisoning Severity Score (PSS). 4 décès tous âges confondus (dont 2 chez des enfants âgés de moins de 3 ans).

Ingestion de pile ou suspicion : agir sans délai

Votre enfant a avalé une pile ou vous pensez qu’il l’a fait

Vous avez vu votre enfant avaler une pile ou vous pensez qu’il l’a fait, agissez de la même façon. En effet, toute suspicion d’ingestion d’une pile bouton est considérée comme une ingestion jusqu’à ce qu’une radiographie soit faite et, éventuellement, infirme le diagnostic.

Chaque minute compte : il ne faut pas perdre de temps.

Laissez votre enfant à jeun, ne lui donnez ni boisson ni aliment solide.

Ne le faites pas vomir (la pile pourrait rester coincée dans l’œsophage).

Gardez l'emballage de la pile si possible et présentez-le aux urgences.

Appelez immédiatement le 15 ou un centre antipoison en indiquant explicitement à votre interlocuteur qu’il s’agit de l'ingestion d’une pile bouton qui vous indiquera la marche à suivre.

Lorsque vous êtes en communication avec le médecin :

  • parlez calmement et clairement ;
  • donnez votre numéro de téléphone ;
  • donnez votre nom et celui de l’enfant ;
  • indiquez le lieu et l'adresse exacte, ainsi que l'étage et le code d'accès éventuel ;
  • donnez l’heure d’ingestion de la pile ;
  • décrivez la pile (type, inscriptions sur l'emballage, etc.) et mesurez une pile similaire ou à défaut la logette dans laquelle elle était placée ;
  • décrivez le plus précisément possible les symptômes éventuels ;
  • ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande. Le médecin peut avoir besoin d'autres renseignements ou peut vous donner des directives. Il se chargera également de prévenir le service d'accueil de l'hôpital.

Le médecin du Samu ou du centre antipoison vous explique la conduite à tenir et organise le transport de votre enfant le plus adapté à sa situation. Il prévient le service des urgences de la nécessité d’une prise en charge prioritaire.

Une radiographie du thorax est urgente pour savoir où est située la pile.

Si elle est bloquée dans l’œsophage, une endoscopie digestive haute est réalisée en urgence.

 Quels sont les délais pour une prise en charge optimale après ingestion de pile ?

Il est recommandé que le diagnostic et le traitement soient faits dans un délai maximal de 2 heures.

Les enfants les plus à risque de complications sont :

  • les enfants de 5 ans et moins ;
  • les enfants ayant ingéré une pile de diamètre égal ou supérieur à 15 mm.

La présence d’un saignement (vomissement avec du sang) est également un facteur de gravité.

Votre enfant a avalé une pile à votre insu et présente des symptômes atypiques

L’ingestion d’une pile bouton par un jeune enfant peut survenir à votre insu, et c’est là une situation difficile. En effet, si la pile est enclavée dans l’œsophage, l’enfant peut dans un premier temps rester asymptomatique puis présenter des symptômes très peu spécifiques comme :

  • une fièvre ;
  • des symptômes digestifs : une salivation importante, un refus de manger, des saignements digestifs (avec vomissements contenant du sang), des difficultés à avaler ;
  • des symptômes ORL ou respiratoires inexpliqués : voix anormale, difficulté à respirer, toux, douleur thoracique ;
  • plus gravement un malaise, une pâleur et des faiblesses.

Face à des symptômes qui vous inquiètent et qui sont inexpliqués, appeler le 15.

Aux urgences après une ingestion de pile bouton

Votre enfant est accueilli au plus vite. Il est prioritaire dans la prise en charge.
Une radiographie thoracique est effectuée immédiatement pour confirmer l’ingestion d’une pile et pour en déterminer sa localisation, et, plus particulièrement, savoir si elle est enclavée dans l’œsophage. Une pile bloquée dans l’œsophage est une urgence vitale.

Sur la radiographie de thorax, la pile est visible et elle est bloquée dans l’œsophage

Si la pile est enclavée dans l’œsophage, une endoscopie digestive haute doit alors être effectuée sans délai puisque le risque de complications graves, c’est-à-dire de brûlure œsophagienne sévère, est majoré au-delà de 2 h. Elle permet l’extraction de la pile et limite ainsi la gravité de la brûlure de la de l’œsophage.

La pile n’est pas retrouvée sur la radiographie du thorax

Une radiographie de l’ est faite : elle recherche la présence de la pile plus bas dans le tube digestif.

La pile est dans l’estomac

Une endoscopie digestive haute est indispensable et urgente si votre enfant a des symptômes (vomissement avec du sang par exemple) ou s’il a une maladie du tube digestif connue (malformation ou maladie chronique par exemple).

Si votre enfant n’a pas de symptômes, l’ digestive haute est discutée en fonction de son âge et du diamètre de la pile. En l’absence d’, un suivi clinique et radiologique est mis en place.

La pile a passé le pylore (jonction entre l’estomac et le duodénum ou première partie de l’intestin) et elle est dans l’intestin

Une digestive haute n’est indiquée que si votre enfant présente des symptômes digestifs.

Sinon, une surveillance est mise en place (surveillance clinique et radiographies abdominales).

L'enfant a ingéré plusieurs piles

Une digestive haute est indispensable pour retirer l’ensemble des piles en raison du risque de brûlures gastriques ou intestinales.

La surveillance après ingestion de pile

Votre enfant sort de l'hôpital ou des urgences

Si des lésions œsophagiennes sévères ont été observées lors de l’ ou si votre enfant a présenté des symptômes en relation avec l’ingestion de la pile, votre enfant est surveillé au cours d’une hospitalisation.

Sinon, après son passage aux urgences votre enfant rentre à la maison, mais vous devez le surveiller en suivant les consignes qui vous sont données.

Les professionnels de santé qui ont pris en charge votre enfant en informe le centre antipoison à des fins de surveillance nationale.

La Haute Autorité de santé et la Société de toxicologie clinique ont élaboré une lettre de sortie d'hôpital à votre intention, vous expliquant la nécessité de surveiller votre enfant pendant un mois.

Une fois votre enfant à la maison

Des contrôles cliniques et radiologiques

S’ils sont nécessaires, ils sont programmés par le médecin : n’oubliez pas les rendez-vous.

Surveillez votre enfant pendant un mois

Consultez immédiatement votre médecin traitant ou appelez le 15 ou le centre antipoison le plus proche de chez vous, en précisant que votre enfant est surveillé après une ingestion de pile bouton, s’il présente les symptômes suivants :

Votre enfant est pris en charge selon la gravité des symptômes.

La pile n’a pas été enlevée : elle doit être expulsée dans les selles

Surveillez les selles de votre enfant : y a-t-il du sang ? La pile est-elle présente ?

Normalement la pile doit être expulsée dans un délai de moins de 2 semaines.

En l’absence d’expulsion de la pile à 15 jours, consultez immédiatement votre médecin traitant ou appelez le 15 ou le centre antipoison, en précisant que votre enfant est surveillé après une ingestion de pile bouton, pour que ce dernier soit pris en charge. Un bilan est nécessaire pour suivre la progression de la pile dans l’intestin.

Numéros d’urgence 24 h/24 - 7j/7 des centres antipoison

Angers : 02 41 48 21 21

Bordeaux : 05 56 96 40 80

Lille : 08 00 59 59 59

Lyon : 04 72 11 69 11

Marseille : 04 91 75 25 25

Nancy : 03 83 22 50 50

Paris : 01 40 05 48 48

Toulouse : 05 61 77 74 47

Prévenir l’ingestion de piles

Afin d’éviter tout risque d’ingestion de pile par votre enfant :

  • conservez les piles bouton hors de portée d’un enfant (y compris les piles usagées) ;
  • vérifiez que le compartiment à piles est bien sécurisé et ne peut pas être ouvert. Dans le cas contraire, ne pas laisser l’objet contenant les piles bouton à disposition d’un enfant ;
  • privilégiez l’achat d’appareils dont le compartiment à piles est sécurisé (présence d’une vis ou nécessité d’accomplir deux manœuvres indépendantes pour l’ouvrir).

Il est proposé de sensibiliser les industriels et pouvoirs publics sur les actions suivantes :

  • mettre en place des modalités de sécurisation des emballages, des piles elles-mêmes  ;
  • favoriser la fabrication et l’utilisation de piles bouton de diamètre  inférieur à15 mm (qui ont moins de risque de rester bloquées dans l’œsophage) ;
  • sécuriser les appareils accueillant les piles bouton (en particulier, améliorer la sécurité des jouets et sécuriser l’accès aux piles).
  • Labadie M, Vaucel J, Courtois A, Manel J, Nisse P, Touré A, et al. Intoxication par pile bouton (Pilboutox®) : étude prospective des centres antipoison français. Toxicol Anal Clin. 1 mai 2019;31(2, Supplement):S24‑5.
  • Haute Autorité de santé. Que faire quand un enfant a ingéré une pile bouton ? Site internet : HAS. Saint Denis-La Plaine (France) ; 2022 [consulté le 17 mars 2022]
  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Piles bouton et jeunes enfants : prévenir l’ingestion et adopter les bons réflexes en cas d’accident. Site internet : Anses. Maisons-Alfort (France) ; 2018 [consulté le 17 mars 2022]
  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Piles boutons et jeunes enfants : des conséquences graves en cas d’ingestion.   Site internet : Anses. Maisons-Alfort (France) ; 2018 [consulté le 17 mars 2022]
  • Toxicovigilance Vigil’Anses n°7• Le bulletin des vigilances de l’Anses. Février 2019. Gare aux piles boutons ! Un danger potentiel pour les jeunes enfants
  • Ministère de la Santé et de la Prévention. Piles bouton : prévention des risques d’ingestion par les jeunes enfants. Site internet : Ministère de la Santé et de la Prévention. Paris ; 2018 [consulté le 17 mars 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.