Corps étranger inhalé par "fausse route"

24 avril 2017
La "fausse-route" est le passage anormal dans les voies aériennes d'un corps solide (aliment, petit objet) mis dans la bouche. Le corps étranger inhalé peut provoquer une asphyxie. Pour le retirer, il est utile de savoir pratiquer certaines techniques, comme la manœuvre de Heimlich.

Comment reconnaître rapidement l'inhalation d'un corps étranger ou "fausse route" ?

L'inhalation d'un corps étranger correspond au passage anormal d'une substance solide (morceau d'aliment, petit objet...) de la bouche vers l'arrière-gorge, le larynx, la ou les bronches, alors que cette substance aurait dû se diriger vers les voies digestives : œsophage, estomac. C'est ce qu'on appelle communément une "fausse route".

Positionnement des corps étrangers dans les voies respiratoires

Schéma : corps étranger obstructif responsable d'asphyxie

Qui est concerné par l'inhalation d'un corps étranger et les "fausses routes" ?

L'inhalation d'un corps étranger survient plus fréquemment :

  • chez le petit enfant lorsqu'il commence à porter tous les objets à la bouche (80 % des enfants faisant une fausse route ont moins de 3 ans) ;
  • chez la personne âgée lors de la prise de médicaments ou d'aliments solides, en raison de troubles fréquents de la mastication et de la déglutition.

Toutefois, elle est également possible chez l'adulte en pleine forme.

Quels sont les corps étrangers inhalés ?

Les corps inhalés sont le plus souvent :

  • des aliments : graines, cacahouètes, pistaches, bonbons ou des objets : pièces de jouets, petites piles rondes, perles, capuchons de stylo chez l'enfant ;
  • des vis, punaises, chevilles en plastiques... tenues entre les dents lors d'activité de bricolage chez l'adulte ;
  • des morceaux de viande, des fragments de dents, couronnes dentaires et des médicaments chez la personne plus âgée.

Quels sont les symptômes de la "fausse route" et de l'inhalation d'un corps étranger ?

Les signes varient selon l’âge de la personne qui en est victime.

Lors de l'inhalation du corps étranger, une toux brutale et une difficulté à respirer surviennent. La personne est très agitée car elle "étouffe" et ne peut plus parler. Il s'agit du syndrome de pénétration qui survient lors du passage du corps étranger dans le larynx ou la .

Cet épisode de suffocation peut être de courte durée :

  • soit parce que le corps étranger est descendu dans les bronches où il reste bloqué. Dans ce cas, la toux est, en général, présente ;
  • soit parce qu'il a été expulsé grâce à la toux : la personne est alors soulagée, même si la toux peut persister un peu.

Dans les cas les plus graves, ce syndrome ne disparaît pas car le corps étranger bloque totalement les voies respiratoires (larynx, ) ; la personne s'asphyxie.

La personne est en état d'asphyxie lorsque :

  • elle ne parvient ni à tousser ni à parler ;
  • elle présente également :
    • une grande difficulté à respirer,
    • des lèvres et des ongles bleus,
    • des sueurs,
    • une agitation,
    • des battements de cœur très rapides.

Le syndrome de pénétration peut être moins visible.

Dans les cas graves d'asphyxie, certains symptômes doivent alerter et conduire à des mesures urgentes :

  • absence de toux ;
  • mouvements respiratoires non visibles ;
  • pâleur, extrémités des mains ou des pieds et lèvres bleues ;
  • immobilité, perte de tonus ou agitation.

Que faire en cas d'asphyxie après inhalation d'un corps étranger ?

L’attitude à adopter lors de l'inhalation d'un corps étranger dépend du niveau de gravité de la situation et de l'âge de la personne. En cas d'asphyxie, des mesures urgentes sont à prendre :

  • appeler le 15 ou le 112 ;
  • utiliser les manœuvres d'expulsion adaptées : technique des claques, manœuvre de Heimlich ou manœuvre de Moffenson ;
  • maintenir la personne assise.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

La personne est en état d'asphyxie lorsque :

  • elle ne parvient ni à tousser ni à parler ;
  • elle présente également :
    • une grande difficulté à respirer,
    • des lèvres et des ongles bleus,
    • des sueurs,
    • une agitation,
    • des battements de cœur très rapides.

Devant ces signes de détresse respiratoire soudains, agissez rapidement :

  • appelez le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou un téléphone mobile, même bloqué ou sans crédit. Pratiquez immédiatement les gestes qui sauvent : vous avez peu de temps pour agir ;
  • n'allongez pas la personne ;
  • donnez-lui 5 claques maximum dans le dos (technique des claques dans le dos), entre les omoplates. Cessez si le corps étranger est expulsé ou si la personne se met à tousser ;
  • si cette première technique échoue (l'état de la personne ne s'améliore pas), utilisez la manœuvre de Heimlich.

En attendant les secours, laissez la personne dans la position qu'elle prend spontanément. Le plus souvent, elle s'assied et se penche vers l'avant. Surtout, n'essayez pas de l'allonger.

Dans tous les cas, l'hospitalisation est indispensable, soit pour s'assurer que le corps étranger a été totalement expulsé, soit pour le retirer.

Pour pratiquer la technique des claques dans le dos (pour les adultes et les enfants de plus de 3 ans), suivez ces étapes :

  • tenez-vous sur le côté et un peu en arrière de la personne ;
  • penchez-la vers l'avant en soutenant sa poitrine d'une main, ce qui permet à l'objet obstruant les voies aériennes de ne pas s'enfoncer davantage dans la trachée ;
  • donnez un maximum de 5 claques entre les omoplates. Chaque claque a pour but de provoquer un mouvement de toux permettant de déloger l'objet ;
  • après chaque claque, vérifiez si le corps étranger a été rejeté ou non. S'il a bien été rejeté, la personne se remet à respirer et tousse. Il est donc inutile de lui donner d'autres claques dans le dos.

Schéma de la technique des claques dans le dos

Schéma : tape dans le dos

Technique : la manœuvre de Heimlich (pour les adultes et les enfants de plus de 1 an)

Si la technique des claques dans le dos échoue (l'état de la personne ne s'améliore pas), utilisez la manœuvre de Heimlich.

  • Placez-vous debout, derrière la personne, entourez sa taille avec vos bras et inclinez légèrement son buste vers l'avant.
  • Formez un poing avec une de votre main, et placez-le entre le nombril et l'extrémité inférieure du , bien au centre de l' .
  • Saisissez ce poing avec l'autre main et enfoncez-le brusquement vers le haut, comme pour soulever la personne.
  • Répétez le mouvement jusqu'à ce que le corps étranger sorte.

Schéma de la manœuvre de Heimlich

Schéma : compressions abdominales

Chez le petit enfant, le syndrome de pénétration est souvent peu visible.

Toutefois, certains signes indiquent que l'enfant est soudain en train de s'asphyxier :

  • absence de toux ;
  • mouvements respiratoires non visibles ;
  • pâleur, extrémités des mains ou des pieds et lèvres bleues ;
  • perte de tonus ou agitation.

Dans ce cas, appelez le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou un téléphone mobile, même bloqué ou sans crédit (appel gratuit).

Pratiquer immédiatement la manœuvre de Mofenson adaptée à l'enfant de moins de 3 ans

Voici comment faire :

  • asseyez-vous ;
  • mettez une main sur le ventre et le thorax de l'enfant et placez-le à plat ventre sur votre cuisse fléchie (sa tête est dirigée vers le bas, au-delà de votre genou) ;
  • avec le plat de l'autre main, donnez un coup sec et fort entre ses omoplates.

Si le corps étranger ne sort pas, répétez cette opération plusieurs fois de suite.

Dans tous les cas, l'hospitalisation est indispensable, soit pour extraire le corps étranger, soit pour s'assurer qu‘il a été totalement expulsé.

Le nourrisson doit être maintenu assis pendant son transport jusqu'à l'hôpital.

Schéma de la manœuvre de Mofenson

Schéma : manoeuvre de Mofenson

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Bien informer les secours facilite leur intervention rapide

Quand vous appelez les services médicaux d’urgence, essayez de respecter les règles suivantes :

  • parlez calmement et distinctement ;
  • donnez votre numéro de téléphone, votre nom et celui de la personne à secourir ;
  • indiquez l'adresse exacte (étage, code d'accès, etc.) ;
  • décrivez le plus précisément possible les signes qui vous ont alerté ;
  • ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande.

Que faire quand la personne n'est pas en état d'asphyxie ?

Si après une "fausse-route" et l'inhalation d'un corps étranger, la personne n'est pas en détresse respiratoire, il est important de la conduire à l'hôpital en position assise afin de faire un bilan et d'extraire le corps étranger s'il n'a pas été expulsé. Toute manœuvre d'expulsion est interdite, car elle pourrait favoriser le déplacement du corps étranger conduisant à l'asphyxie.

Si la personne présente après une fausse route... :

  • une gêne respiratoire, une toux et une respiration bruyante ;
  • ou une toux minime à modérée, sans gêne respiratoire ;
  • ou aucun symptôme lorsqu'elle a réussi à expulser le corps étranger grâce à la toux.

... n'intervenez pas :

  • ne faites aucun geste, avant que la personne ne reprenne une respiration normale (n'introduisez pas les doigts dans sa bouche, ne tapez pas dans son dos. S'il s'agit d'un enfant, ne le suspendez surtout pas par les pieds...) ;
  • toute manœuvre peut être dangereuse car elle risque de déplacer le corps étranger qui peut boucher davantage les voies respiratoires ;
  • maintenez la personne assise ou debout ;
  • transportez-la à l'hôpital en position assise.

Un bilan sera fait (radiographie du thorax, bronchique...) et le corps étranger retiré, si nécessaire.

Prévenir les "fausses routes" et l'inhalation de corps étrangers

Certaines mesures simples peuvent éviter l'inhalation de corps étrangers. La prévention est importante surtout chez le petit enfant et la personne âgée.

Suivez ces conseils :

  • ne donnez pas à votre enfant de jouets comportant des petites pièces (perles, jeux de construction...) ;
  • ne lui donnez pas de jouets dont les pièces peuvent se détacher : par exemple yeux de peluche ;
  • vérifiez et respectez les recommandations relatives à l’âge et à la sécurité de toutes les étiquettes de jouets ;
  • rangez les jouets de vos enfants plus âgés à part, afin que votre enfant plus jeune ne puisse pas y avoir accès ;
  • placez les petits objets (piles rondes, capuchons de stylo, pièces de monnaie etc.) et les petits aliments (cacahouètes, pistaches, noisettes, amandes, bonbons...) hors de sa portée ;
  • enlevez la nourriture pour animaux (croquettes) du plancher entre les repas de l'animal ;
  • apprenez à votre enfant à s’asseoir pour manger, à être calme et à ne pas parler avec des aliments dans la bouche, à bien mâcher avant d’avaler et à ne pas courir partout en mangeant.
Procédure de suspension de commercialisation de l'Uvestérol D® (vitamine D)

Votre pédiatre prescrit à votre nourrisson de la vitamine D pour prévenir les carences.

Parmi les médicaments disponibles contenant de la vit D, l'Uvestérol D fait l'objet d'une procédure de suspension de commercialisation par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) à la suite du décès d'un nourrisson après administration d’Uvestérol D®. C'est le mode d'administration qui est en cause et non la vitamine D.

Dans l’attente de la décision définitive de l’ANSM, la Ministre de la Santé appelle, par mesure de précaution, les parents à ne plus administrer d’Uvestérol D® à leurs enfants.

Il existe des alternatives à l’Uvestérol D®. La vitamine D étant essentielle pour le développement des nourrissons, la Ministre appelle les familles à se rapprocher de leur professionnel de santé, qui leur proposera de la vitamine D sous une autre forme.

L'Uvestérol vitamine ADEC n'est plus commercialisé en pharmacie de ville. Son usage est réservé aux hôpitaux. Il peut être prescrit à l'hôpital, délivré par la pharmacie de l'hôpital pour les enfants qui présentent un syndrome de malabsorption (mucoviscidose, insuffisance intestinale...)

Pour répondre à vos questions, un numéro vert d’information est mis en place : 0 800 636 636

Pour en savoir plus, consultez le site du Ministère des Affaires sociales et de la Santé

Lors des activités manuelles (couture, confection de bijoux...) ou de bricolage, ne mettez rien à la bouche (ni boutons, ni perles, ni vis, ni cheville...)

Veillez à respecter ces règles :

  • la personne âgée doit prendre ses repas en position bien assise ;
  • les aliments sont découpés, émincés ou mixés en fonction des problèmes de mastication ; ils sont rendus plus homogènes et onctueux par adjonction de sauce si nécessaire, surtout s'il existe des troubles de la déglutition ;
  • les médicaments sont avalés avec de l'eau ;
  • les soins dentaires ne sont pas négligés et une bonne adaptation des prothèses est nécessaire.

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
Sources
  • Commission de la sécurité des consommateurs (CSC). Suffocation, inhalation, ingestion accidentelle - Fiche de prévention. Site internet : CSC. Paris ; 2014 [consulté le 2 mai 2016]
  • Collège des enseignants de pneumologie (CEP). Corps étranger des voies aériennes. Site internet : CEP. Paris ; 2010 [consulté le 2 mai 2016]
  • Société canadienne de pédiatrie. La prévention de l'étouffement et de la suffocation chez les enfants. Site internet : CPS. Ottawa (Canada) ; 2012 [consulté le 2 mai 2016]
  • Schweizer V. Troubles de la déglutition de la personne ägée. Rev Med Suisse 2010;1859-1862
  • Ministère des Affaires sociales et de la Santé. Uvestérol D®. Communiqué de presse de la Ministre du 4 janvier 2017. Site internet : Ministère des Affaires sociales et de la Santé. Paris ; 2017 [consulté le 4 janvier 2017]