Convulsions fébriles de l'enfant

30 mars 2017
Les convulsions fébriles de l’enfant se manifestent par des contractions musculaires involontaires saccadées. Elles apparaissent lors d’un épisode de fièvre et sont le plus souvent bénignes. La crise convulsive fébrile compliquée est rare, mais nécessite une prise en charge urgente.

Comment reconnaître rapidement des convulsions fébriles ?

Les convulsions fébriles sont des manifestations convulsives (contractions musculaires involontaires saccadées) observées lors d'un épisode de fièvre. Elles surviennent chez un nourrisson ou un enfant de 5 mois à 5 ans en bonne santé, n'ayant pas de maladie neurologique connue et ne présentant pas d'infection cérébrale grave (méningite, par exemple).

Les convulsions fébriles surviennent le plus souvent au cours d'une infection virale bénigne de la petite enfance.

Les symptômes des convulsions fébriles

La convulsion fébrile se manifeste généralement chez un enfant présentant une fièvre (température d'au moins 38 °C) due à une infection banale :

  • tout le corps de l'enfant est soudain secoué par des spasmes (contractions) musculaires symétriques ;
  • ses membres s'agitent involontairement, de manière saccadée et symétrique ;
  • l'enfant perd conscience ou présente une courte absence ;
  • ses yeux, quelquefois, se révulsent ou le regard est fixe.

La crise dure le plus souvent d’1 à 5 minutes et s'achève par une phase de récupération durant laquelle l'enfant est somnolent, hypotonique et respire souvent bruyamment. Puis l'enfant retrouve un état strictement normal en moins de 10 minutes.

Il ne faut pas s'affoler malgré le caractère spectaculaire de la crise : en général, la crise est bénigne, ne se reproduit pas et elle n'a aucune conséquence sur le cerveau de l'enfant.

Comment expliquer la survenue des convulsions fébriles ?

Les mécanismes de déclenchement des crises convulsives fébriles est mal connu. Cependant, plusieurs facteurs favorisent leur survenue :

  • une prédisposition génétique : par exemple, le risque de faire une crise convulsive fébrile est multipliée par 2 chez un enfant dont les 2 parents ont fait des crises convulsives fébriles dans l'enfance ;
  • une modification de la température corporelle : la température est supérieure à 38 °C et la crise convulsive survient plus souvent au moment de l'ascension thermique ;
  • un processus inflammatoire lié à la présence dans l'organisme d'agents infectieux, le plus souvent viraux.

Qui est concerné par les convulsions fébriles ?

La convulsion fébrile concerne les jeunes enfants.

Environ 5 % des enfants de moins de 5 ans font une crise de convulsions fébriles lors d'une forte fièvre.

Elle survient le plus souvent entre 9 mois et 3 ans, avec un pic vers 18 mois. Elle devient rare après 2 ans car le cerveau est alors moins sensible à la fièvre.

La crise est en général unique mais peut, dans 30 % des cas environ, se reproduire lors d'autres épisodes de fièvre.

Votre enfant a-t-il des risques de faire une crise de convulsions fébriles ?

Votre enfant a plus de risques d'avoir des convulsions fébriles lors d'une poussée importante de température :

  • s'il a déjà eu un épisode de convulsion fébrile avant l'âge d'1 an ;
  • si le premier épisode est survenu avec une fièvre peu élevée ;
  • s'il y a des antécédents de convulsions chez les parents ou les frères et sœurs.

Que faire en cas de convulsions fébriles ?

Avant tout, ne paniquez pas. Même si elles sont impressionnantes, les convulsions fébriles ne mettent pas votre enfant en danger. Les convulsions s'arrêtent d'elles-mêmes au bout d’1 à 5 minutes et ne laissent pas de séquelles.

Lors de la crise :

  • mettez votre enfant en position latérale de sécurité : tournez-le sur le côté, la tête légèrement plus basse que le corps pour permettre à sa salive de s'écouler et pour empêcher les fausses routes et l'étouffement en cas de vomissements ;
  • restez près de lui et surveillez qu'il ne se fasse pas mal, notamment au niveau de la tête (pour cela, soutenez-la) ;
  • ne cherchez pas à empêcher ses mouvements ;
  • n'essayez pas de lui ouvrir la bouche et n'y introduisez rien : ni objet qui peut le blesser, ni médicament, ni vos doigts (sauf s'il faut retirer un corps étranger, comme un jouet ou un aliment) ;
  • desserrez ses vêtements et découvrez-le, en raison de sa fièvre ;
  • notez l'heure de début de la crise convulsive.

Il n'est pas nécessaire d'appeler le 15 si la crise de convulsions dure moins de 5 minutes et si votre enfant récupère en moins de 10 minutes.

En revanche, consultez votre médecin ou votre pédiatre pour qu'il examine votre enfant. Il recherche la cause de la fièvre (rhinopharyngite, otite, roséole, varicelle...) et s'assure que cet épisode est bien une convulsion fébrile.

Position latérale de sécurité

Schéma : position latérale de sécurité (592px)

Quand faut-il appeler le 15 ou le 112 ?

Appelez immédiatement le numéro d'urgence médicale : le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou mobile (même bloqué ou sans crédit), si votre enfant convulse et si :

  • il a moins de 6 mois ou plus de 5 ans ;
  • il a une maladie neurologique connue ;
  • il n'a pas de fièvre ;
  • ses lèvres ou ses mains sont bleutées ;
  • sa respiration est difficile ;
  • il a une paralysie après la convulsion ;
  • il fait plusieurs épisodes de convulsions en 24 heures ;
  • les convulsions ne sont pas symétriques et ne touchent qu'un seul côté du corps ;
  • la crise dure plus de 5 minutes ou il récupère en plus de 10 minutes.

Ces crises convulsives dites "compliquées" se manifestent plus souvent chez des enfants de moins d'un an. Elles sont beaucoup plus rares et peuvent être le signe d'une maladie sous-jacente.

Bien répondre au médecin régulateur

Au téléphone, le médecin régulateur vous pose des questions pour évaluer l'état médical de l'enfant.

Lorsque vous êtes en communication avec le médecin régulateur ;

  • parlez calmement et clairement ;
  • donnez votre numéro de téléphone ;
  • donnez votre nom et celui du malade ;
  • indiquez le lieu et l'adresse exacte, ainsi que l'étage et le code d'accès éventuel ;
  • décrivez le plus précisément possible les symptômes qui vous ont alerté, l'heure de début, le mode d'installation des symptômes et leur évolution ;
  • informez votre interlocuteur des traitements et des éventuelles maladies de l'enfant ;
  • ne raccrochez pas avant qu'on ne vous le demande. Le médecin régulateur peut avoir besoin d'autres renseignements ou peut vous donner des directives, par exemple sur les gestes à pratiquer dans l'attente de l'équipe médicale mobile. Le centre 15 se chargera également de prévenir le service d'accueil de l'hôpital si une hospitalisation est envisagée.

En l'absence d'éléments de gravité, le médecin régulateur conseille de consulter le médecin de garde, le médecin traitant ou le pédiatre.

Comment prévenir les crises convulsives fébriles ?

Si votre enfant a de la fièvre, surveillez sa température et contrôlez la fièvre pour éviter les variations très rapides de la température :

  • vérifiez la température de votre enfant avec un thermomètre ;
  • mettez votre enfant dans une pièce fraîche et aérée (18 à 20 °C) ;
  • découvrez-le pour que la chaleur s'évacue plus facilement ;
  • faites-le boire le plus souvent possible ;
  • donnez-lui un traitement en suivant les indications de votre médecin. Les antipyrétiques doivent être utilisés comme traitement de la fièvre, ils améliorent le confort de l'enfant mais ils ne présentent aucune efficacité dans la prévention des récidives des crises convulsives fébriles.

Si votre enfant a déjà présenté une crise convulsive fébrile, votre médecin peut prescrire du diazépam à administrer à votre enfant par voie intrarectale si une nouvelle crise convulsive fébrile survient et ne cède pas au terme de 5 minutes.

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
Sources
  • Centre Hospitalier Universitaire Sainte Justine. Les convulsions fébriles - Information à l'attention des patients. Site internet : CHU Sainte Justine. Montréal (Canada) ; 2010 [consulté le 26 mai 2016]
  • Sivelle G, Nguyen-Morel MA. Convulsions fébriles du nourrisson. Site internet : Université Joseph Fourier. Grenoble (France) ; 2004 [consulté le 26 mai 2016]
  • Pedespan L. Convulsions hyperthermiques. Arch Pediatr. 2007;14(4):394-8
  • Fohlen M. Convulsions fébriles. EMC-AKOS (Traité de Médecine) 2008:1-5 [Article 8-0762]