Coupure cutanée

17 août 2017
La gravité d’une coupure cutanée varie en fonction de sa profondeur, sa taille, sa localisation et de l’état de santé de la personne. Une coupure peut nécessiter une consultation médicale. Certaines précautions permettent d'éviter de se couper.

Mesurer la gravité éventuelle d’une coupure

En cas de coupure cutanée avec un objet tranchant (ciseaux, couteau, tessons de verre, pierre, etc.), commencez par bien examiner la plaie. Selon sa profondeur, sa taille et sa localisation, il faudra peut-être consulter un médecin.

On distingue 2 sortes de coupures cutanées en fonction de leur profondeur :

  • la coupure superficielle : les 2 bords de la coupure sont proches et ne peuvent pas être écartés. Elle est le plus souvent bénigne : elle n’affecte que la peau et le tissu sous-cutané ;
  • la coupure profonde (plus de 0,5 cm de profondeur) : dans ce cas, les 2 bords de la coupure sont éloignés et la plaie est largement ouverte. Il se peut alors que des tendons, des muscles, des ligaments, des nerfs, des vaisseaux sanguins ou même l’os soient touchés (en particulier, au niveau des doigts et des mains).

Examinez la blessure :

  • Quelle est la nature de l’objet à l’origine de la coupure cutanée ?
  • Est-elle fine ou béante ?
  • Quelle est sa longueur ?
  • La coupure est-elle nette ou déchiquetée ?
  • La plaie est-elle propre ou sale ?
  • Contient-elle un corps étranger (terre, gravillons, copeaux de bois ou de métal…) ?
  • Y a-t-il un saignement : faible, modéré, important ?

Les coupures au niveau des articulations, du visage, des mains ou des pieds sont souvent plus graves qu’ailleurs.

Des blessures à la tête souvent impressionnantes

Les coupures du cuir chevelu, même superficielles, saignent abondamment car la peau du crâne est richement vascularisée. Comprimez la plaie et consultez un médecin : une suture est souvent indispensable.

Pour bien apprécier la gravité de la plaie, il est également important de mesurer son impact sur le blessé.

En effet, les coupures peuvent causer de vives douleurs, entraîner une sensation de brûlure.... Parfois, elles peuvent même provoquer un malaise, accompagné ou non d’une perte de connaissance, lorsque le saignement est important.

Chez certaines personnes, ce type de blessures peut, par ailleurs, être plus grave qu’il n’y paraît et demander des soins spécifiques. C’est le cas notamment :

  • des patients immunodéprimés ou atteints de maladies chroniques (comme le diabète), chez lesquels le risque d’infection est plus important ;
  • des personnes qui souffrent de troubles de la coagulation ou qui suivent un traitement anticoagulant ou antiplaquettaire : le risque d’hémorragie est augmenté.

Vérifiez si le blessé appartient, ou non, à l’une de ces catégories.

Attention aux infections !

Quel que soit l’état de santé de la personne, toute coupure est la porte ouverte à une infection et ce, d’autant plus si la plaie est sale ou si elle contient des débris. Il est donc important de bien la soigner.

Que faire en cas de petite coupure cutanée ?

Après avoir vérifié qu'il s'agit bien d'une coupure cutanée bénigne, voici quelques conseils pour la traiter et éviter qu'elle ne s'infecte :

  • Lavez-vous les mains avec de l’eau et du savon.
  • Nettoyez abondamment la coupure avec de l'eau et du savon (ou une solution antiseptique). L'application d'eau oxygénée peut avoir un intérêt en cas de doute sur la antitétanique, mais un avis médical dans les 48 heures est nécessaire. Évitez d'appliquer certains produits comme de l'alcool, de l'eau de Javel concentrée ou d'autres produits chimiques. Ils sont nocifs, peuvent causer une douleur intense et retarder la guérison. Il est préférable de ne pas utiliser de coton pour nettoyer la plaie : des fibres pourraient y demeurer. Il vaut mieux employer des compresses stériles.
  • Séchez le pourtour de la coupure.
  • Si dans la coupure, il y a des corps étrangers, il faut les retirer. Toute coupure souillée doit être débarrassée des particules (graviers, débris de verre, etc.) qu'elle contient. Non seulement ces débris peuvent être une source d'infection, mais ils nuisent à une bonne cicatrisation. Irriguez la plaie avec beaucoup d'eau et assurez-vous qu’il ne reste ni poussière ni saleté.
  • En cas de saignement, comprimez la plaie avec une compresse sèche jusqu’à ce qu’il cesse. Pour cela, vous pouvez utiliser un hémostatique : demandez conseil à votre pharmacien. En cas de saignement plus abondant, ne relâchez pas la pression, même pour changer la gaze ou l’étoffe. Ajoutez simplement une autre étoffe propre par-dessus la première.
  • N’appliquez aucun produit sur la coupure (talc, crème antibiotique, etc.) sans l'avis de votre médecin. Les antibiotiques, qu’il s'agisse de comprimé, de crème ou de toute autre préparation, sont des médicaments. Ils nécessitent une prescription et une surveillance médicales.
  • Pour favoriser la cicatrisation, rapprochez les bords de la coupure et fixez-les avec des bandes adhésives, disponibles en pharmacie. Pour cela, posez les bandes perpendiculairement à la coupure.

Pose de bandes adhésives en cas de coupure

Schéma : traitement d'une plaie par bandelettes adhésives
  • Couvrez ensuite la coupure d'un pansement stérile.
  • Vérifiez, dans le carnet de vaccination, que la personne blessée est correctement vaccinée contre le tétanos. Si sa vaccination n’est pas à jour, la personne doit consulter son médecin traitant dans les 48 heures. Pour en savoir plus sur les périodicités de vaccination, téléchargez le calendrier vaccinal simplifié (PDF, 1.9 Mo) de l’Inpes.
  • Changez les pansements tous les jours et surveillez les signes d'infection : augmentation de la douleur, apparition progressive d'une rougeur et d’un gonflement, du pus, de la fièvre... Si tel est le cas, il faut consulter un médecin.

© Inpes

Quand consulter pour une coupure cutanée ?

Si la plupart du temps, les coupures sont bénignes, il existe des situations où il est nécessaire de consulter un médecin. Dans certains cas, le blessé doit même être rapidement conduit à l’hôpital.

Conduisez la personne blessée chez un médecin dans un délai de 6 heures maximum, si :

  • elle ressent des engourdissements, des fourmillements ou une perte de sensibilité au niveau de la zone blessée. La coupure a pu endommager un nerf surtout si elle se situe aux mains ou aux doigts ;
  • la blessure est profonde, longue, ou avec des bords déchiquetés : elle nécessite une suture (idéalement au plus tard 6 à 8 heures après l’accident) ;
  • un corps étranger est dans la plaie et vous ne parvenez pas à l’enlever, ou vous n'êtes pas certain d'avoir totalement réussi ;
  • la coupure a été causée par un objet dont la propreté est douteuse ;
  • la lésion est située au visage, au cou, près d’une articulation ou sous la plante du pied ;
  • la blessure n'arrête pas de saigner après 15 minutes de pression ;
  • la plaie a tendance à s'ouvrir lorsque la personne bouge (en particulier lorsque la plaie est située à une articulation) ;
  • le blessé est diabétique ou immunodéprimé : le risque infectieux est plus grand ;
  • vous ne savez pas si la vaccination contre le tétanos de la personne est à jour.

Quand appeler les urgences ?

Contactez immédiatement le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou depuis un téléphone mobile si :

  • la personne perd connaissance ou présente des signes d’état de choc : somnolence, peau pâle, pouls rapide, respiration rapide, soif intense, vomissements ;
  • la coupure est profonde ou de grande taille ;
  • la coupure continue de saigner abondamment malgré la pression exercée sur elle ;
  • la personne a un trouble de la coagulation et saigne.

En attendant les secours, lavez-vous les mains avec de l’eau et du savon (si possible) ou un gel hydro-alcoolique. Puis, appliquez une pression directement sur la blessure, pour arrêter le saignement. Évitez autant que possible d’entrer en contact avec le sang de la personne blessée, l’idéal étant de porter des gants à usage unique. Si vous le pouvez, couvrez la plaie avec un linge propre ou des compresses stériles et continuez à appliquer une pression directe.

Appels d’urgence : mode d’emploi

Composez le 15 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile. Lorsque vous parlez au Samu (service d'aide médicale urgente) :

  • soyez calme et clair ;
  • donnez votre numéro de téléphone, votre nom et celui de la personne concernée ;
  • indiquez le lieu et l'adresse exacte, l'étage et le code d'accès éventuel ;
  • décrivez le plus précisément possible les signes qui vous ont alerté ;
  • ne raccrochez pas avant que votre interlocuteur ne vous le demande.

Éviter les coupures cutanées

Certaines précautions permettent d'éviter bon nombre de coupures chez les enfants, comme chez les adultes.

Suivez ces quelques règles :

  • Placez hors de leur portée tout objet coupant, en particulier le matériel de cuisine et les boîtes à outils et à couture.
  • Donnez-leur de la vaisselle incassable.
  • Pour éviter que votre enfant se blesse à la tête en se cognant, vous pouvez équiper vos tables de protège-coins de tables.
  • Apprenez à votre enfant à ne pas claquer les portes et à ne jamais laisser ses doigts dans l'encadrement des portes. Installez si possible des bloque-portes. Attention aux portières de voiture ou aux portes d’entrée plus lourdes et plus coupantes.
  • Pour lui protéger la tête et le visage en cas de chute, faites-lui porter un casque lorsqu’il fait du vélo ou lorsque vous le transportez sur votre vélo, même pour les petits trajets. Depuis le 22 mars 2017, le port du casque est obligatoire en France pour les enfants de moins de 12 ans circulant à bicyclette. Cette obligation est déjà en vigueur dans 12 pays de l’Union Européenne, incluant même les adultes dans certains pays.

Ayez certains réflexes :

  • Lorsque vous cuisinez, soyez attentif à maintenir les lames des couteaux de telle façon qu‘elles ne vous blessent pas.
  • En cas de travail manuel, ou lors d’activités telles que le bricolage et le jardinage, mettez des vêtements protecteurs et des gants résistants.
  • Lors de vos activités de plein air (cyclisme, planche à roulettes, etc.), portez des manches longues, un casque, des genouillères, des coudières, des chaussures...

N° d’Urgence Médicale

Samu : 15 Pompiers : 18 Appel d'urgence européen : 112
Ces numéros sont gratuits et peuvent être appelés d'un téléphone fixe ou d'un téléphone mobile même bloqué ou sans crédit.
Sources
  • Spécialistes en traumatologie de l'Hôpital de Montréal pour enfants. Coupures et éraflures. Site internet : Hôpital de Montréal pour enfants. Montréal (Canada) ; 2015 [consulté le 17 août 2017]
  • Société française de médecine d’urgence (SFMU). Prise en charge des plaies aux urgences. Paris ; 2005 [consulté le 17 août 2017]
  • National health service (NHS). Cuts and grazes. Site internet : NHS choices. Londres ; 2016 [consulté le 17 août 2017]
  • Société Francophone de Médecine d'Urgence. 12ème conférence de consensus. Prise en charge des plaies aux Urgences. Site internet : SFMU. Paris ; 2005 [consulté le 17 août 2017]
  • Santé publique France - Inpes. Protégez votre enfant des accidents domestiques. Site internet : Santé publique france. Saint-Maurice (France) ; 2002 [consulté le 11 août 2017]
  • Arrêté du 21 décembre 2016 relatif aux caractéristiques des casques portés par les conducteurs et les passagers de cycle âgés de moins de douze ans