Sommaire : Zona

Zona : la consultation, le traitement et la prévention par la vaccination

En cas de forme habituelle de zona, le médecin prescrit un traitement pour soulager les douleurs et donne des conseils pour éviter la surinfection des lésions cutanées. Les formes graves de zona nécessitent un traitement par antiviraux et une surveillance. La vaccination est recommandée chez les personnes âgées.

La consultation en cas de zona

Votre médecin traitant vous examine et porte le diagnostic de zona. En général, aucun examen complémentaire n'est nécessaire car les lésions sont caractéristiques.

Il vous adresse à un ophtalmologiste si votre zona se situe dans la partie supérieure du visage car il peut atteindre l'œil (zona ophtalmique) et à un médecin ORL en cas de zona de l'oreille avec complications (paralysie faciale, baisse de l'audition, acouphènes).

Le traitement du zona

Le traitement du zona simple et peu étendu

Il comporte trois principes de base :

  • éviter la surinfection des lésions par la prise de douches, 2 fois par jour, et l'application éventuelle d'un traitement antiseptique local régulier. Il est conseillé de nettoyer régulièrement à l’eau et au savon, en rinçant abondamment, en procédant au lavage à la main sans gant de toilette, et en laissant sécher les lésions à l’air libre (ou en tamponnant doucement avec une serviette douce) et d'utiliser un antiseptique non agressif sur les lésions de la peau ;
  • ne pas toucher ou gratter les plaies. Un antihistaminique peut être prescrit dans certains cas lorsque les démangeaisons cutanées sont trop intenses, afin d’éviter le besoin de se gratter ;
  • traiter la douleur due au zona. Pour atténuer la douleur, votre médecin vous prescrit des antalgiques ; du paracétamol seul ou plus souvent associé à la codéine. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et l'aspirine ne doivent pas être utilisés en raison du risque de complications infectieuses cutanées graves.

Le traitement du zona grave ou étendu

Lorsque le zona est plus grave (atteinte de l'œil, paralysie faciale), lorsqu’il est étendu ou qu'il survient chez des personnes fragiles, les principes du traitement restent les mêmes, mais les mesures suivantes sont ajoutées :

  • le médecin, selon votre âge, votre état immunitaire et la localisation du zona, peut décider de vous donner un médicament antiviral par voie orale (valaciclovir ou famciclovir). Pour être efficace, le traitement doit être débuté le plus tôt possible (dans les 72 heures après le début de l'éruption. Il y a peu de contre-indications au traitement antiviral, mais il faut faire attention à s’hydrater suffisamment et très régulièrement (vigilance notamment chez les sujets âgés) ;
  • le médecin peut vous prescrire des médicaments plus puissants contre la douleur. Il s'agit d'antalgiques (tramadol, etc.) ou d’autres familles de médicaments qui ne sont pas des antalgiques mais qui agissent sur les douleurs neuropathiques (gabapentine ou clomipramine par exemple).

Une hospitalisation peut être nécessaire et les antalgiques et antiviraux peuvent vous être administrés par voie injectable.

La survenue d'une surinfection bactérienne des lésions cutanées du zona (impétigo par exemple) nécessite la prescription d'antibiotiques par voie orale.

Le traitement des douleurs persistant après la guérison du zona

Si les douleurs persistent après la guérison du zona (douleurs post-zostériennes), ne pratiquez pas l’automédication en prenant des antalgiques sans avis médical. Consultez votre médecin traitant qui pourra décider de mettre en place (ou de poursuivre) un traitement de la douleur par des médicaments qui traitent les douleurs neuropathiques (amitriptyline, gabapentine par exemple).

Des anesthésiques locaux (emplâtres de lidocaïne par exemple) sont utilisables pour soulager temporairement les douleurs post-zostériennes.

Vidéo : Le traitement des douleurs après un zona

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

La vaccination contre le zona

La vaccination contre le zona est recommandée pour les personnes âgées de 65 ans et plus, y compris chez celles ayant déjà présenté un ou plusieurs épisodes de zona, en raison de la fréquence des douleurs et de leur persistance après l'éruption du zona chez les personnes âgées (douleurs post-zostériennes).

Une seule dose de vaccin suffit avec le vaccin Zostavax®. Ce vaccin, composé d’une souche virale atténuée du virus varicelle-zona, est contre-indiqué chez les personnes immunodéprimées.

Un nouveau vaccin Shingrix® est commercialisé et il est en attente de prise en charge par la Sécurité sociale.
Ce vaccin est recommandé pour toute personne immunocompétente de 65 ans et plus avec 2 doses espacées de 2 mois. Le vaccin Shingrix® est utilisable chez l'adulte immunodéprimé de 18 ans et plus.

Si la personne a déjà reçu le vaccin Zostavax® ou si elle a eu un zona, un délai de un an est nécessaire avant de commencer la vaccination par les 2 doses de Shingrix®.

  • National Health service (NHS). Shingles. Site internet : NHS. Londres ; 2023 [consulté le 10 avril 2024]
  • Annales de Dermatologie et de Vénéréologie - FMC. Item 168 – Infections à herpès virus du sujet immunocompétent. Elsevier Masson 2023;3(7)570-588
  • ECN.Pilly 2021. Maladies infectieuses et tropicales. Infections à herpès virus du sujet immunocompétent. Édition Alinéa Plus. Paris
  • Labetoulle M., Rousseau A., Bourcier T. Zona ophtalmique. Ophtalmologie. Elsevier Masson 2018;35(4):1-9
  • Smilevitch A. Zona auriculaire. Oto-rhino-laryngologie. Elsevier Masson 2021;36(1):1-11
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2024 [consulté le 10 avril 2024]
  • Ministère du Travail, de la santé et des solidarités. Calendrier vaccinal 2024. Site internet : Ministère du Travail, de la santé et des solidarités. Paris ; 2024 [consulté le 2 mai 2024]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
Le champ avec astérisque (*) est obligatoire.