Les principaux symptômes de l'infection par le VIH et le diagnostic

L'infection par le VIH évolue en trois phases. Après la primo-infection, la phase chronique n’entraîne aucun symptôme spécifique. En l'absence de diagnostic grâce à la sérologie du VIH et de traitement, la maladie atteint le stade sida.

La primo-infection par le VIH

La phase de « primo-infection » correspond au premier contact avec le virus. Lorsqu'une personne est contaminée par le VIH, dans environ la moitié des cas, des signes cliniques peuvent apparaître pendant le mois suivant la contamination, évoquant le plus souvent un syndrome pseudo-grippal :

Ces symptômes ne sont pas spécifiques de l'infection par le VIH. Peu d'infections par le VIH sont diagnostiquées à ce stade.

La phase chronique du VIH

Phase sans symptômes

Après la primo-infection, la personne porteuse du VIH ne ressent aucun symptôme alors que le virus continue de se développer dans son organisme.

Cette phase silencieuse peut durer plusieurs années. Même si elle ne ressent aucun symptôme, la personne infectée peut transmettre le virus qui se multiplie activement.

Premières manifestations du VIH

Après la phase sans signe apparent, des symptômes témoignant de l'affaiblissement immunitaire apparaissent :

Que sont les condylomes ?

Ce sont des verrues qui se forment dans la région anale et génitale et dont la présence est due au papillomavirus. La contamination se fait essentiellement par voie sexuelle. De ce fait, les condylomes sont considérés comme une infection sexuellement transmissible (IST).

Le sida

 En l'absence de traitement du VIH, le sida apparaît plusieurs années après la contamination et ce délai varie fortement d'une personne à l'autre. 

À ce stade, des maladies graves dues à la baisse des défenses immunitaires apparaissent. Elles sont d'autant plus fréquentes et graves que le taux de T CD4 est bas (inférieur à 200/mm3).

Ce sont des infections opportunistes dues à :

  • des bactéries (tuberculose par ex.) ;
  • des champignons (candidoses étendues au niveau de différents organes) ;
  • des virus (infection à cytomégalovirus par ex.) ;
  • ou des parasites (toxoplasmose cérébrale par ex.) qui sont le plus souvent inoffensifs chez des personnes dont les défenses immunitaires sont normales.

L' peut être à l'origine de cancers :

  • lymphome malin non hodgkinien ;
  • sarcome de Kaposi, maladie caractérisée par son atteinte cutanée avec présence de nodules (tuméfactions dures et arrondies sous la peau), de plaques violacées s’étendant sur le corps...

Par ailleurs, au stade sida, la perte de poids est présente chez 20 % des personnes environ et la dénutrition peut évoluer vers un amaigrissement extrême (cachexie).

Le diagnostic de l’infection par le VIH

Le diagnostic d’infection par le VIH

Le diagnostic est posé :

  • soit lors d’un dépistage ;
  • soit devant l’apparition de symptômes lorsqu'il est plus tardif.

La sérologie VIH

Le diagnostic est fait grâce à une analyse de sang qui permet de détecter la présence d'anticorps anti-VIH, dès trois semaines après la contamination. C'est la sérologie du VIH.

Le test réalisé en laboratoire est le test Elisa de 4e génération détectant les anticorps anti-VIH1 et anti-VIH2 ainsi qu'un du virus nommé P24.

Si le test est positif, un autre test appelé Western-Blot recherchant différents anticorps, est effectué pour confirmer le diagnostic. Si ce dernier est négatif, il faut renouveler les examens un peu plus tard.

La  mise en évidence du virus

En cas de suspicion d'infection très récente de moins de 3 semaines, une recherche directe de l'ARN-VIH est possible dès le 10è  jour après l'éventuelle contamination.

Évaluation du stade de l’infection par le VIH

Des tests complémentaires permettent d'évaluer la gravité de l'infection VIH.

Un examen permet de quantifier l'importance de la multiplication du virus dans l'organisme. On quantifie l'ARN viral : on parle de mesure de la « charge virale plasmatique ». Le seuil de détection de la charge virale est de 20 à 50 copies/ml. En dessous de ce seuil, la charge virale est indétectable.

De même, il est possible de mesurer le nombre de T CD4 dans le sang :

  • le taux normal de lymphocytes T CD4 est compris entre 600 et 1200/mm3 de sang ;
  • un taux de 500/mm3 permet de conserver une bonne  ;
  • lorsque le taux devient inférieur à 200/mm3, le risque de développer des maladies opportunistes est très élevé (stade sida).

Le bilan complémentaire en cas de sérologie VIH positive

Il inclut la recherche de maladies co-existantes : hépatite A, hépatite B, hépatite C, infections sexuellement transmissibles dont la syphilis, infections opportunistes, tuberculose, pneumopathie...

Un bilan du fonctionnement des principaux organes (foie, reins, cœur…) est effectué avant la mise en route du traitement.

L’infection par le VIH, une ALD

L’infection par le VIH est reconnue « affection de longue durée (ALD) ». Les examens et les soins en rapport avec cette maladie sont alors pris en charge à 100 % (dans la limite des tarifs de l’Assurance Maladie). Parlez-en à votre médecin traitant.

  • Collège des universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales. Infection à VIH. ECN Pilly 2020. Édition Alinéa Plus
  • Santé publique France. VIH. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2021 [consulté le 31 mai 2022]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). VIH et sida. Site internet : Inserm. Paris ; 2018 [consulté le 31 mai 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire