Sommaire : Variole du singe ou infection à Monkeypox

Infection à Monkeypox ou variole du singe (variole simienne) : définition et transmission

La variole du singe est une maladie infectieuse virale due au virus Monkeypox, apparenté au virus de la variole. Les foyers du virus se trouvent en Afrique, mais des cas sont recensés en France sans notion de voyage ni de contact avec des voyageurs en provenance d'une zone à risque.

Qu’est-ce que la variole du singe ?

La du singe est une maladie infectieuse virale rare due au virus Monkeypox (orthopoxvirus), virus apparenté au virus de la variole.

C’est une zoonose. Les zoonoses sont des maladies infectieuses transmises de l’animal à l’homme :

Pourquoi ne vaccine-t-on plus contre la variole ?

Grâce à la vaccination, aucun cas de variole n’a été diagnostiqué en France après 1955. La vaccination a donc été stoppée en 1977. La variole a été déclarée éradiquée fin 1979.

Le virus de la variole du singe est devenu l'orthopoxvirus le plus fréquent.

Le virus Monkeypox : où le trouve-ton ?

Le virus Monkeypox a été isolé pour la première fois en 1958 sur des singes élevés pour la recherche qui présentaient des symptômes similaires à ceux de la .

Le premier cas humain a été enregistré en 1970 en République démocratique du Congo. Depuis, des épidémies sévissent en Afrique centrale et de l’ouest (Nigeria, République démocratique du Congo).

Une épidémie a été enregistrée au Texas en 2003 et des cas importés ont été diagnostiqués au Royaume-Uni, à Singapour, en Israël et aux États-Unis d'Amérique entre 2018 et 2021.

Au printemps 2022, des cas ont été signalés en Europe et en Amérique du Nord, sans lien avec un voyage dans un pays où survient habituellement cette maladie (Congo, Nigeria, etc.) et sans contact avec une personne ayant voyagé dans un de ces pays.

Au 29 août 2022, 3547 cas ont été confirmés en France. 56 cas ont été identifiés chez des femmes, 9 cas chez des enfants de moins de 15 ans, tous les autres cas concernent des hommes. Ces cas sont survenus essentiellement chez des hommes, et lorsque ces informations sont renseignées, il s’agit le plus souvent d’hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes et des partenaires multiples.

Aucun décès n'est survenu.

Comment se transmet le virus de la variole du singe ?

Le virus de la du singe a une transmission :

  • de l’animal réservoir à l’homme ;
  • mais aussi d’un être humain à un autre.

En Afrique, les animaux réservoirs porteurs du virus sont des rongeurs tels que des écureuils, des rats, des loirs, mais aussi différentes espèces de singes.

La transmission se fait par contact entre l'animal infecté et l'homme. Elle peut avoir lieu :

  • en cas de morsure ou de griffure par l'animal ;
  • lors de la préparation de la viande d'animal tué ;
  • au cours de la consommation de viande de brousse insuffisamment cuite.

Une fois chez l’homme, le virus peut être transmis à d’autres personnes. Cette transmission interhumaine se produit :

  • essentiellement par contact direct avec une personne infectée, par contact direct avec les lésions cutanées ou muqueuses internes comme la bouche ou la région génitale ou anale. Une protection des rapports sexuels par préservatif ne protège pas de la transmission de la variole du singe, mais protège d'autres infections sexuellement transmissibles ;
  • plus rarement, à l’occasion d’un contact prolongé en face à face par des gouttelettes respiratoires (postillons) ou par contact avec des objets que le malade a contaminés, comme des vêtements ou du linge.

Une personne malade peut contaminer dès l’apparition des symptômes et jusqu’à la cicatrisation des lésions de la peau. Tant qu’il n’y a pas de symptôme, il n’y a pas de risque de transmission.

Où trouver des informations ?

Depuis le site de Santé publique France :

  • Coordination opérationnelle Risque épidémique et biologique. Monkeypox. Site internet : COREB. Paris ; 2022 [consulté le 3 juin 2022]
  • Haut Conseil de la santé publique. Conduite à tenir autour d'un cas suspect, probable ou confirmé d'infection à Monkeypox virus. Site internet : HCSP. Paris ; 2022 [consulté le 3 juin 2022]
  • Haute Autorité de santé. Monkeypox : vacciner les adultes et professionnels de santé après une exposition à la maladie. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine. France ; 2022 [consulté le 3 juin 2022]
  • Santé publique France. Cas de Monkeypox en Europe, définitions et conduite à tenir. Site internet : Santé Publique France. Saint Maurice. France ; 2022 [consulté le 3 juin 2022]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Monkeypox -  informations sur les vaccins. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine. France ; 2022 [consulté le 3 juin 2022]
  • Organisation mondiale de la santé. du singe ‎‎(Orthopoxvirose ‎simienne)‎. Site internet : OMS. Genève. Confédération helvétique ; 2022 [consulté le 3 juin 2022]
  • Haute Autorité de santé. Réponse rapide du 1er septembre 2022 : infection par le virus Monkeypox - Prise en charge en médecine de premier recours. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine. France ; 2022 [consulté le 6 septembre 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires