Déroulement de la consultation et traitement des varices

04 mai 2017
Votre médecin traitant coordonne votre bilan pour varices des membres inférieurs et la prise en charge avec les autres professionnels de santé : phlébologue, radiologue, chirurgien vasculaire… Le traitement est souvent conservateur, mais une destruction de la veine malade est parfois nécessaire.

La consultation pour varices des jambes

Le médecin évalue l'importance de la maladie veineuse lors de l'examen clinique.

Un veineux confirme le diagnostic, mesure l’étendue de la maladie et permet d’envisager le traitement adapté à chaque situation.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Les traitements conservateurs des varices des jambes

Il s'agit du de l'insuffisance veineuse chronique.

La contention élastique réduit la dilatation des veines et augmente la vitesse d'écoulement du sang veineux. Elle diminue le volume du membre avec un effet anti œdème. Elle améliore l'efficacité de la pompe musculaire du mollet lors de la marche.

La contention est indiquée dès l'apparition des premiers symptômes de varices. Le médecin prescrit la contention la plus adaptée à la situation du patient (type, hauteur, durée).

Elle peut prendre la forme de bandes, de chaussettes, de bas ou de collants de compression. Les forces de compression sont variables. Ainsi, la contention doit être adaptée selon la localisation et l'importance des varices.Son efficacité nécessite un port régulier de la contention.

Sous certaines conditions, elle est prise en charge par l'Assurance maladie, selon un tarif de référence.

La contention est contre-indiquée dans certaines atteintes des artères des jambes.

Ce traitement est le seul possible en cas de varices survenant lors de la grossesse.

Si aucune étude n'a fait la preuve de leur efficacité sur le développement de la maladie, les veinotoniques peuvent être utiles pour améliorer les symptômes. Ils sont prescrits par cure de trois mois et peuvent être renouvelés en cas de réapparition des signes.

Ils ne peuvent pas remplacer les conseils d'hygiène de vie, ni la contention qui est le de référence des varices. Les veinotoniques ne sont pas remboursés par l'Assurance Maladie.

Des médicaments sont parfois nécessaires pour calmer la douleur (paracétamol par exemple). Ils sont surtout utilisés lors de complications comme l'ulcère de jambe.

Les méthodes de destruction des veines

Il en existe plusieurs.

Il s'agit de l'injection d'un produit sclérosant dans la veine malade qui fait disparaître, à terme, la varice. Elle a prouvé son efficacité dans les dilatations de petit diamètre et permet de stabiliser la maladie veineuse superficielle.

Il existe certaines contre-indications (état de la personne, importance de la maladie veineuse, allergie...)

Son but est d'obtenir l'occlusion de la veine variqueuse par l'application dans la lumière de la veine d'une énergie convertie en chaleur. Deux techniques permettent de produire cette énergie :

  • la ,
  • et le .

Ces actes sont pratiqués en secteur opératoire et nécessitent un abord veineux à travers la peau ainsi qu'un guidage par échographie. La méthode de destruction par est remboursée par l'Assurance Maladie, celle par ne l'est pas.

Après un traitement par , la reprise de la marche est conseillée dans les heures qui suivent l'occlusion.

Si vous travaillez, un arrêt de travail est nécessaire et la reprise de vos activités professionnelles est en général possible dès le quatrième jour en cas de travail sédentaire et dès le huitième jour si votre travail est physique avec port de lourdes charges.

L'opération des varices consiste à ôter les veines malades superficielles. Elle peut comporter:

  • la ligature exérèse de la jonction saphène (crossectomie),
  • l'éveinage ou "stripping",
  • et la phlébectomie.

Le retour du sang se fait alors par les veines profondes. L’intervention est réalisable en structure de chirurgie ambulatoire (le malade est admis le matin dans l'établissement chirurgical, est opéré dans la journée et sort le soir même de l'intervention).

Les suites opératoires sont habituellement simples, nécessitant quelques médicaments contre la douleur, une contention post opératoire de courte durée et une prévention du risque de veineuse. Certaines complications peuvent se rencontrer, comme des hématomes, fréquents et disparaissant progressivement et, plus rarement, malgré les précautions prises, des infections voire des thromboses.

Les récidives, assez fréquentes, nécessitent de simples gestes complémentaires (sclérose, par exemple) et le respect des règles de prévention courantes.

Après l’intervention, la marche est fortement recommandée. Au contraire, les positions assise ou debout prolongées doivent être évitées.

Progressivement, vous pourrez reprendre une activité sportive adaptée. Demandez à votre médecin de vous préciser dans quel délai.

Si vous travaillez, un arrêt de travail après l'intervention chirurgicale vous est prescrit. La durée de l’arrêt de travail est adaptée à votre situation personnelle : votre profession, votre âge, la sévérité des symptômes la survenue d'éventuelles complications, votre état de santé général. Elle varie en général de 10 jours pour un travail sédentaire, à trois semaines pour un travail physique lourd. À votre retour en entreprise, si l'arrêt de travail est supérieur à trente jours, une visite de reprise auprès du médecin du travail est obligatoire dans un délai de huit jours.

Parlez à votre médecin traitant de votre profession et des conditions dans lesquelles vous travaillez (transport, activité manuelle...). Il peut vous orienter vers votre médecin du travail en visite de pré reprise.

Si votre profession nécessite de travailler assis ou debout de manière prolongée, ou encore nécessite le port de charges, la possibilité pour votre entreprise d’adapter ou de modifier votre poste de travail peut être étudiée avec le médecin du travail.

Sources
  • Guias B, Hamel Desnos C, Gouny P, Bressollette L. Varices essentielles, bilan préthérapeutique. Med Ther. 2005;11(2):100-7.
  • Haute Autorité de santé (HAS). La compression médicale dans les affections veineuses chroniques. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2010 [consulté le 3 juillet 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Occlusion de grande saphène par radiofréquence par voie veineuse transcutanée. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2013 [consulté le 3 juillet 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Réévaluation des médicaments à service médical rendu insuffisant. Annexe 2 - Fiches explicatives par classe thérapeutique. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2006 [consulté le 3 juillet 2015]
  • Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS). Arrêt de travail. Varices des membres inférieurs après avis de la Haute Autorité de santé. Site internet : ameli.fr. Paris ; 2014 [consulté le 3 juillet 2015]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Médicaments veinotoniques. Site internet : ANSM. Saint-Denis (France) ; 2012 [consulté le 3 juillet 2015]