Reconnaître l’urticaire

03 mai 2017
L’urticaire est une maladie de la peau qui se manifeste par des plaques rouges, souvent associées à des démangeaisons. En général, les crises sont brèves et isolées. Néanmoins, l’urticaire peut aussi s’établir de façon chronique. La réaction est provoquée par l’activation d’une cellule immunitaire : le mastocyte.

Qu’est-ce que l’urticaire ?

L’urticaire est une maladie inflammatoire de la peau. Elle est caractérisée par des plaques (ou papules) rouges ou rosées, superficielles, arrondies, bien limitées et en relief. Ces lésions sont fréquemment associées à des démangeaisons, ou prurit, comme en cas de piqûres d’orties (origine du mot urticaire).

L’éruption touche généralement la surface de la peau, mais elle peut parfois s’étendre en profondeur ou gagner les muqueuses. On parle alors d’ ou d’angio-œdème. Cette forme d’urticaire siège principalement sur le visage (paupières et lèvres). Elle peut se révéler dangereuse si elle atteint la gorge.

On distingue trois formes d’urticaire :

  • L’urticaire aiguë : il n'y a qu’une seule poussée, qui dure quelques heures à quelques jours.
  • L'urticaire récidivante : les poussées d’urticaire changent fréquemment de localisation et ont tendance à récidiver.
  • L’urticaire chronique est définie par des poussées répétées, quasi-quotidiennes, sur une durée d’au moins six semaines. Ces manifestations peuvent être associées à des douleurs abdominales et articulaires, et à un peu de fièvre.
L’urticaire, une affection très fréquente

Une personne sur cinq est touchée par un épisode d’urticaire au moins une fois au cours de sa vie.

Comment survient l’urticaire ?

L’urticaire est due à l’activation d’une catégorie de globules blancs : les mastocytes. Ces cellules participent aux défenses immunitaires de l’organisme.

Les mastocytes contiennent de l’histamine, une molécule impliquée dans le déclenchement des réactions inflammatoires. Lorsque les mastocytes sont activés, l’histamine est libérée, les vaisseaux sanguins se dilatent et leur perméabilité augmente. Du liquide et des cellules pénètrent alors dans les tissus environnants, provoquant le gonflement (œdème).

L’urticaire : de multiples agents déclencheurs

Une poussée d’urticaire se déclenche après un contact avec une substance ou après une exposition à des conditions physiques particulières. Certaines pathologies favorisent également la survenue de poussées.

L’organisme réagit à une ou des substances auxquelles il a été sensibilisé. Les urticaires d’origine sont parfois allergiques, mais cette situation est rare.

Les urticaires immunologiques recouvrent diverses situations :

  • la prise de certains médicaments, comme des antibiotiques, des antihypertenseurs ou des anti-inflammatoires peuvent être à l’origine d’une urticaire ou l’aggraver ;
  • certains aliments peuvent provoquer des poussées d’urticaire, car ils sont eux-mêmes riches en et peuvent déclencher des allergies alimentaires. Les plus connus sont les poissons, les crustacés, le porc, le lait, les tomates, les œufs, l’arachide et le kiwi ;
  • les urticaires de contact peuvent être déclenchées par de multiples causes : les plantes (ex. : orties), le latex, les produits de nettoyage, les animaux (ex. : méduses).

C’est le cas le plus fréquent. Les manifestations surviennent immédiatement et sont en général de courte durée. Elles s’arrêtent lorsque l’élément déclenchant est supprimé.

Celui-ci peut être :

  • les frottements : une forme commune d’urticaire déclenchée par la friction de la peau est appelée dermographisme. Les plaques retracent alors le trajet de la friction ;
  • la pression : les lésions apparaissent quelques heures après une pression importante (selle de vélo, vêtements serrés, manipulation d’outil, marche longue). Elles sont souvent douloureuses et mettent plusieurs jours à disparaître. Cette affection est appelée urticaire retardée à la pression ;
  • le froid : l’urticaire atteint les parties du corps découvertes et exposées aux intempéries ou à l’eau froide ; elle est parfois induite par l'ingestion d'aliments ou de boissons glacés ;
  • le soleil (on parle alors, à tort, d’allergie au soleil) ;
  • la chaleur et l’effort peuvent être responsables d'une urticaire cholinergique ;
  • les vibrations : utilisation d'un objet vibrant, applaudissements, pratique du vélo tout terrain, etc.

Des conditions pathologiques sont parfois à l’origine de crises :

  • Des infections respiratoires, surtout d’origine virale, sont les principales causes d’urticaire aiguë chez l’enfant ainsi que les parasitoses (giardase, ascaridiose).
  • Des maladies auto-immunes de la thyroïde (thyroïdite de Hashimoto ou maladie de Basedow) sont parfois associées à des poussées d’urticaire.
  • Le stress peut être un important facteur déclenchant, voire aggravant, d’urticaire aiguë ou chronique.
L’urticaire sur dermato-info

Le site de la société française de dermatologie consacre une page à l’urticaire .

Sources
  • Augey F, Nicolas JF. L’urticaire en 20 questions. Site internet : AllergoLyon.fr. Lyon (France) ; 2009 [consulté le 4 mars 2015]
  • Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé, Société française de dermatologie. Conférence de consensus : prise en charge de l’urticaire chronique. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2003 [consulté le 5 mars 2015]
  • Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Urticaires de contact d'origine professionnelle. Site internet : INRS. Paris ; 2011 [consulté le 5 mars 2015]