Le traitement de l'ulcère gastroduodénal

14 novembre 2019
Le traitement de l’ulcère de l'estomac ou du duodénum est avant tout médical : il permet la cicatrisation de la lésion ulcéreuse et prévient les récidives. Des contrôles médicaux sont indispensables. La chirurgie est réservée aux cas compliqués.

Les médicaments en cas d’ulcère de l'estomac ou du duodénum

Objectif du traitement : la cicatrisation de l'ulcère

Le traitement médicamenteux de l’ulcère gastroduodénal est mis en place par un gastroentérologue, en collaboration avec le médecin traitant. Il a plusieurs objectifs :

  • la suppression rapide des symptômes ;
  • la cicatrisation de l’ulcère ;
  • la prévention de la récidive et des complications.

Deux types de médicaments dans le traitement de l'ulcère gastrique ou duodénal

Le traitement comporte :

  • les médicaments anti-sécrétoires (inhibiteurs de la pompe à protons) réduisant les sécrétions acides de l’estomac) : ils aident à la cicatrisation de l’ulcère ;
  • en cas d’infection par la bactérie Helicobacter pylori, des antibiotiques associés aux anti-sécrétoires.

La culture des biopsies gastriques effectuées lors de l' digestive haute (voir Les symptômes et le diagnostic de l’ulcère gastroduodénal) permet d'étudier la sensibilité de Helicobacter pylori aux différents antibiotiques mettant en évidence une éventuelle antibiorésistance.
Un traitement d’une durée de 10 jours est préconisé associant 3 médicaments : l'inhibiteur de la pompe à protons (IPP), l’amoxicilline et la clarithromycine pendant 10 jours.
En cas de résistance à la clarithromycine, celle-ci est remplacée par la lévofloxacine (protocole de 10 jours comprenant l'inhibiteur de la pompe à protons (IPP), l’amoxicilline et la lévofloxacine).
En cas d'allergie à l'amoxicilline, celle-ci est remplacée par le métronidazole (protocole de 10 jours comprenant l'inhibiteur de la pompe à protons (IPP), la clarithromycine et le métronidazole).
Un autre protocole d’une même durée de 10 jours est possible en cas d’allergie à l’amoxicilline ou en cas d’infection persistante après le premier traitement, associant 4 médicaments : un inhibiteur de la pompe à protons, du citrate de bismuth, du métronidazole et une tétracycline.

En l'absence d'évaluation de la sensibilité de Helicobacter pylori, le traitement antibiotique "probabiliste" associe 4 antibiotiques pendant 10 à 14 jours.

Le traitement antibiotique est contre-indiqué pendant la grossesse et l'allaitement.

Bien respecter son traitement antibiotique

Les antibiotiques détruisent progressivement les bactéries. Pour être efficace, le traitement doit être pris jusqu'à son terme et selon les doses recommandées. Sinon, les bactéries non détruites peuvent devenir résistantes au antibiotiques pris. Un nouveau traitement antibiotique de composition différente est alors nécessaire.

Vidéo : Le traitement médical de l'ulcère gastroduodénal

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Contrôle après traitement d'une infection à Helicobacter pylori

Un mois après la fin du traitement, un contrôle est systématiquement effectué pour vérifier que la bactérie Helicobacter Pylori est bien éradiquée.
Deux méthodes sont utilisées :

  • Le test respiratoire à l’urée marquée permettant de détecter la présence de la bactérie dans l’estomac. Ce test est pratiqué en laboratoire et nécessite deux recueils d’air expiré à 30 minutes d’intervalle. Le patient doit être à jeun, avoir arrêté le traitement antibiotique depuis au moins 4 semaines et le traitement par inhibiteurs de la pompe à protons depuis au moins deux semaines.
    Lorsque le test respiratoire à l’urée est positif, signifiant que l’infection à Helicobacter pylori n’est pas guérie, une digestive haute est nécessaire. Des biopsies sont effectuées ainsi que des cultures avec pour rechercher quels sont les antibiotiques efficaces contre le germe.
  • La recherche d' fécal (dans les selles), mais ce test n'est pas remboursé par l'Assurance Maladie.
Principe du test respiratoire à l'urée marquée au carbone 13

L'Helicobacter pylori transforme l'urée en amonium et gaz carbonique éliminé par la respiration. Le malade absorbe de l'urée marquée au carbone 13. Si l'air qu'il expire est riche en gaz carbonique marqué, cela signifie qu'il est infecté par la bactérie.

Le traitement chirurgical d’un ulcère gastroduodénal

Il est surtout indiqué dans certaines complications (hémorragie, perforation) mais peut aussi être décidé en cas d’absence de guérison après un traitement médicamenteux bien suivi.

L’intervention réalisée varie selon les cas. Elle peut consister, par exemple, à pratiquer l’ablation d’une partie de l’estomac.

Enfin, certaines aggravations de l’ulcère (, transformation cancéreuse) nécessitent des prises en charges spécifiques.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Les inhibiteurs de la pompe à protons chez l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2009 [consulté le 8 novembre 2019]
  • Lamarque D, Burucoa C, Courillon-Mallet A, De Korwin JD, Dechler JC, Fauchère JL et al. Révision des recommandations françaises sur la prise en charge de l'infection par Helicobacter pylori. Hépato-gastro et oncologie digestive. 2012;19(7):475-502
  • Haute Autorité de santé (HAS). Traitement de l'infection par Helicobacter pylori chez l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 8 novembre 2019]