Le traitement de la dépression

18 mai 2017
Une prise en charge thérapeutique est le fruit d'une collaboration entre le médecin généraliste, le psychiatre et éventuellement d'autres professionnels de santé. L'implication du patient est indispensable. La psychothérapie et le traitement médicamenteux sont adaptés à chaque cas. Une hospitalisation peut être nécessaire.

L'information du malade et la relation d'aide

Comme pour toute maladie, et en particulier celles qui évoluent dans la durée, l'information donnée au malade, et parfois à son entourage (avec l'accord du malade), joue un rôle important. En effet, l'implication de la personne dépressive dans le traitement participe à l'amélioration des symptômes et à la guérison.

La création d'une relation d'aide et de soutien avec le médecin généraliste, le psychiatre et, éventuellement d'autres professionnels de santé, est capitale pour cette prise en charge.

Le traitement de la dépression par la psychothérapie

La est recommandée, quel que soit le type de dépression. Elle fait régresser les symptômes dépressifs, diminue la fréquence des récidives ou conduit à la rémission durable. Elle peut être la seule prise en charge ou être associée d'emblée à un médicament antidépresseur.

Il existe plusieurs types de psychothérapies proposés selon les symptômes, la demande et les contraintes de la personne malade.

La peut être réalisée en cabinet libéral mais aussi en établissement ou dans les centres médico-psychologiques (CMP).

Parlez-en avec votre médecin pour trouver la prise en charge la plus adaptée à votre situation.

Les centres médico psychologiques (CMP)

Les CMP sont des établissements publics qui regroupent des psychiatres, des psychologues, des infirmières, des assistantes sociales et d'autres professionnels de santé. C'est un lieu d'accueil, d'orientation et de prise en charge de personnes en souffrance et de leurs familles. Les CMP assurent des consultations qui sont entièrement prises en charge par l’Assurance Maladie. Elles fonctionnent par zone géographique. Il en existe donc plusieurs par département.

Les antidépresseurs et les autres médicaments

Ces médicaments sont prescrits pour réduire les symptômes de la dépression et leurs conséquences. Leur choix est adapté à chaque individu selon les caractéristiques de sa maladie.

Il existe plusieurs catégories d’antidépresseurs : Imipramine, Fluoxetine, Citalopram, etc. Ils agissent tous au niveau de différentes du cerveau, pour empêcher la destruction ou augmenter la production de certains neuromédiateurs.
Le , qui agit selon un principe un peu différent, peut également être utilisé dans certaines formes de dépression.

Des effets indésirables sont possibles, surtout en début de traitement ou lors de l'augmentation des doses (décidée par le médecin lorsqu'elle est nécessaire). Ils sont en général passagers. Selon les types de médicaments, ces effets indésirables peuvent être par exemple : une somnolence (ou au contraire une excitation), une constipation, une prise ou une perte de poids, une sécheresse de la bouche, une baisse de tension, des troubles de l'érection...

Les antidépresseurs n'agissent  pas immédiatement et il faut deux à quatre semaines pour qu'une régression des symptômes soit observée. Lors d'un épisode dépressif, le traitement est poursuivi pendant quatre à six mois minimum après l'amélioration des symptômes pour consolider les résultats positifs. La prise régulière du traitement est donc indispensable.

Un arrêt précoce du traitement est à l'origine de récidives de la dépression. L'arrêt du traitement, s'il est justifié, doit être discuté avec le médecin et doit se faire progressivement, sur plusieurs semaines.

Dans les formes graves de dépression, le traitement est prolongé parfois plusieurs années pour éviter les récidives.

Les autres traitements de la dépression

D’autres prises en charge existent pour la dépression saisonnière ou la dépression grave.

Dans certains cas comme la dépression saisonnière, la luminothérapie peut être utilisée. Elle consiste à exposer les yeux à une lumière dont la nature est proche de celle du soleil mais sans les infrarouges ni les qui sont dangereux pour la peau et les yeux.

Une hospitalisation urgente peut être décidée si le risque suicidaire est élevé.

L'hospitalisation est nécessaire également si le traitement prévoit l'utilisation d'électrochocs (administration d'un courant électrique au niveau de la zone frontale du cerveau, sous anesthésie générale). Les électrochocs peuvent faire partie de la prise en charge des dépressions résistantes aux autres traitements ou en cas de risque suicidaire important.

L'hospitalisation peut également être prescrite pour évaluer une situation complexe ou lors d'un changement de traitement.

Sources
  • Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Bon usage des médicaments antidépresseurs dans le traitement des troubles dépressifs et des troubles anxieux de l'adulte. Site internet : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2006 [consulté le 3 janvier 2017]
  • Haute Autorité de santé. Actes et prestations - Affections psychiatriques de longue durée - Troubles dépressifs récurrents ou persistants de l’adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 3 janvier 2017]
  • Haute Autorité de santé. Episode dépressif caractérisé de l’adulte : prise en charge en premier recours. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 3 janvier 2017]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Traitement par antidépresseurs. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 3 janvier 2017]
  • Ministère de la Santé du Québec. Dépression. Site internet : Santé et Services sociaux. Québec (Canada) ; 2016 [consulté le 3 janvier 2017]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Dépression. Site internet : Inserm. Paris ; 2014 [consulté le 3 janvier 2017]