Comprendre le trouble bipolaire

13 juin 2018
Le trouble bipolaire est une maladie psychique chronique responsable de dérèglements de l’humeur avec le plus souvent une alternance d’états d’exaltation et de dépression. Favorisée par des facteurs biologiques et génétiques, cette maladie psychique apparaît le plus souvent chez l’adulte jeune voire l’adolescent.

Qu’est-ce que le trouble bipolaire ?

Le trouble bipolaire est une maladie psychiatrique chronique caractérisée par des troubles récurrents de l’humeur ; elle était appelée auparavant psychose maniacodépressive. Chez les personnes malades, l’humeur évolue typiquement selon deux phases (d’où le terme "bipolaire"), qui surviennent en alternance.

Les épisodes maniaques

Durant ces phases d’exaltation, les patients sont extrêmement actifs, voire agités et se sentent parfois euphoriques et exaltés. Cela se traduit dans leur comportement : ils prévoient par exemple de multiples projets, ou font de grosses dépenses sans vérifier leur bien-fondé. Cependant, dans ces périodes, les personnes atteintes peuvent aussi être irritables.

Les épisodes dépressifs

Ils correspondent à un fléchissement de l’humeur, faisant suite à une phase maniaque. Les patients peuvent alors éprouver une grande tristesse, et perdre tout désir d’activité. Parfois, ils se replient sur eux-mêmes et développent des idées suicidaires.

Entre ces épisodes, l’humeur peut redevenir normale, ou quasiment normale : ce sont les intervalles de rémission

Selon les personnes malades, le trouble bipolaire s'exprime différemment :

  • chez certaines personnes, le trouble bipolaire se caractérise par la survenue d’un ou plusieurs épisodes maniaques ou d’épisodes mixtes. Ces épisodes mixtes sont constitués d’une succession rapide de phases maniaques et dépressives dans une même journée,
  • chez d'autres, et c'est le cas le plus fréquent, le trouble bipolaire est caractérisé par la survenue d’un ou de plusieurs épisodes dépressifs majeurs et d’au moins un épisode hypomaniaque.
    On parle d’épisodes "hypomaniaques", plutôt que "maniaques" car les phases d’exaltation sont moins prononcées. Cet état peut être compatible avec une vie sociale subnormale.
    Certains patients apprécient d’ailleurs ces périodes, durant lesquelles ils se sentent particulièrement performants. En revanche, cela les incite parfois à arrêter leur traitement, avec un risque de déclencher des épisodes maniaques plus graves.

La fréquence du trouble bipolaire

Le trouble bipolaire débute le plus souvent précocément, parfois à l’adolescence mais le plus souvent au début de la vie adulte (début entre 15 et 25 ans le plus souvent). Cependant, il peut aussi apparaître chez des personnes de plus de 60 ans, voire 70 ans.

Par ailleurs, hommes et femmes sont touchés dans les mêmes proportions. Toutefois, le trouble bipolaire débute plus souvent par un épisode dépressif chez les femmes et par un épisode maniaque chez les hommes.

Le diagnostic de trouble bipolaire n'est souvent pas posé au début de son évolution, si bien qu'il s'écoule souvent 10 ans entre le début de la maladie et la mise en route d'un traitement adapté.

Après l'accouchement

Un épisode dépressif débutant après l'accouchement peut être l'épisode inaugural d'un trouble bipolaire.

Causes, facteurs favorisants et déclenchants du trouble bipolaire

On ne comprend pas encore l’origine du trouble bipolaire. On sait toutefois qu’il existe, chez les personnes malades, des troubles biologiques dans le fonctionnement et la communication des cellules du cerveau, ainsi que des anomalies génétiques (plusieurs gènes ont été identifiés comme favorisant l’apparition du trouble bipolaire. La maladie est d’ailleurs plus répandue dans certaines familles).

Chez les personnes prédisposées, un trouble bipolaire peut débuter sous l’action d’éléments déclencheurs :

  • un stress, quelles qu’en soient les causes (divorce, séparation affective, décès d’un proche, licenciement, déménagement, etc.) ;
  • la consommation d’alcool, de tabac et/ou de drogues ;
  • un manque de sommeil ;
  • la survenue d’une maladie (ex. : hyperthyroïdie) ;
  • plus rarement, la prise de certains médicaments (corticoïdes, traitement de la maladie de Parkinson, , anti-inflammatoires, antidépresseurs, etc.)

Cependant, un trouble bipolaire peut également se développer sans élément favorisant ni déclenchant.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Troubles bipolaires – Guide médecin Affection de longue durée (ALD). Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2009 [consulté le 13 juin 2018]
  • Collège national des universitaires en psychiatrie. Troubles bipolaires. Site internet : Association pour l'enseignement de la psychiatrie. Paris ; 2014 [consulté le 13 juin 2018]
  • National Institute of Mental Health. Bipolar disorder. Site internet : NIMH. Rockville (États-Unis) ; 2016 [consulté le 13 juin 2018]