Vivre avec des troubles anxieux (anxiété grave)

03 avril 2019
Si vous souffrez d'une anxiété grave et durable, ne négligez pas votre suivi médical par votre médecin traitant et les autres soignants : psychiatres, psychologues etc. Au quotidien, adoptez une bonne hygiène de vie et n’hésitez pas à vous faire aider par votre entourage ou des associations de patients.

Le suivi médical en cas de troubles anxieux

Dans un premier temps, les consultations avec votre médecin traitant ou votre psychiatre doivent être très rapprochées : elles permettent de juger de l'efficacité du traitement de l'anxiété et de la gêne que peuvent entraîner les effets indésirables de certains médicaments. Le traitement est adapté en conséquence.

Le médecin peut également espacer les consultations lorsque vos troubles anxieux diminuent. Dans tous les cas, le rythme des consultations recommandé par le médecin doit être respecté.

Il est nécessaire de continuer le traitement prescrit. Seul le médecin peut juger du moment où il peut être diminué, puis progressivement arrêté.

Voici quelques conseils :

  • prenez régulièrement le traitement médicamenteux qui vous a été prescrit pour diminuer votre anxiété ;
  • ne vous inquiétez pas si les effets du traitement ne sont pas rapides, le traitement agit progressivement sur plusieurs semaines ;
  • ne modifiez pas et n’arrêtez pas le traitement sans avis médical, votre médecin l’adaptera à votre état et, lors de l’amélioration, diminuera progressivement les doses ;
  • si vous ressentez des effets indésirables (insomnie, nausées, somnolence…, parlez-en à votre médecin ;
  • si vous consultez un autre professionnel de santé, informez-le de votre traitement ;
  • ne « sautez » pas des rendez-vous médicaux même lorsque vous vous sentez mieux ;
  • en cas de prise en charge en comportementale et cognitive, votre participation et votre collaboration sont essentielles pour mettre en pratique les exercices et techniques enseignés par votre thérapeute.
Conduite automobile et antidépresseurs : soyez vigilant !

La prise d'antidépresseurs augmente le risque d'être responsable d'un accident de la route.

Ce risque est accru à certaines étapes clés du traitement, telles que les périodes d’initiation ou de modification du traitement (changement de posologie, de ...).

Aussi, soyez particulièrement attentifs aux pictogrammes figurant sur le conditionnement des médicaments : ils vous renseignent sur les conditions d’utilisation du produit et les risques en cas de conduite de véhicules.

Que faire au quotidien en cas de troubles anxieux ?

Voici quelques conseils pour mieux vivre avec des troubles anxieux.

Diminuer son anxiété au quotidien

Adopter certaines habitudes de vie peut vous aider à modérer votre anxiété :

  • Essayez de maintenir une bonne hygiène de vie (par exemple, adoptez des horaires réguliers pour dormir et prendre vos repas).
  • Pratiquez régulièrement une activité physique modérée (au moins 30 minutes, trois à cinq fois par semaine). L’exercice diminue la sensibilité anxieuse et le stress, surtout en plein air (cyclisme, marche).
  • Pour mieux vous détendre, apprenez également des techniques de relaxation et de respiration et pratiquez-les seul(e) ou en groupe (ex. : yoga, Tai Chi Chuan, qi Gong).
  • Adoptez une alimentation équilibrée, en privilégiant les fruits et les légumes frais, les poissons et les huiles végétales.
  • La souffrance ressentie en cas de troubles anxieux peut favoriser la consommation d'alcool ou d'autres substances addictives (médicaments anxiolytiques, tabac...) Sur le moment, ces substances peuvent donner l'impression d'être soulagé mais, en réalité, elles peuvent aggraver le trouble anxieux. D'autre part, la consommation d'alcool peut interférer avec l'effet des antidépresseurs.
  • Réunissez toute les conditions nécessaires à un bon sommeil de façon à prévenir ou prendre en charge les troubles du sommeil.
  • Aménagez votre emploi du temps pour éviter les surcharges de travail ou d'activités.
  • Conservez des liens avec votre entourage (famille, amis, collègues de travail, coéquipiers sportifs...)
  • Faites–vous aider par votre médecin traitant mais aussi par les associations de patients. Elles peuvent vous apporter informations et soutien, par l’écoute et l’échange d’expériences avec d’autres personnes atteintes de troubles anxieux graves.

Activité professionnelle et troubles anxieux

Si votre médecin traitant vous a prescrit un arrêt de travail, n’hésitez pas à contacter votre médecin du travail. Des modalités spécifiques peuvent être envisagées pour votre retour (ex. : mi–temps thérapeutique sur une courte période, adaptation de votre poste).

Une consultation médicale de pré-reprise auprès du médecin du travail peut faciliter la reprise de vos activités professionnelles.

Une consultation auprès du médecin du travail est obligatoire en cas d’arrêt de plus de 30 jours.

  • National Healh service (NHS). Generalised anxiety disorder. Site internet : NHS. Londres ; 2018 [consulté le 2 avril 2019]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide - Affection de longue durée -Affections psychiatriques de longue durée - Troubles anxieux graves. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 2 avril 2019]
  • Pelissolo A. Troubles anxieux et phobiques. EMC-AKOS (Traité de médecine) Elsevier Masson. 2019;14(1):1-8
  • Collège National des Universitaires de Psychiatrie. Troubles anxieux. Référentiel officiel du Collège de psychiatrie SIDES ; 2018 [consulté le 2 avril 2019]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Consommation d’antidépresseurs et risque d’accident de la route : une vigilance particulière est requise lors de l’initiation ou de la modification du traitement. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 2 avril 2019]