Prévenir les difficultés d'acquisition du langage oral

Les interactions humaines sont essentielles pour apprendre à parler. D’abord présentes au sein de la famille, elles s’exercent ensuite à l’école. Les stimulations sont primordiales pour un développement harmonieux du langage oral ainsi que des capacités affectives et intellectuelles de l’enfant.

Développer la parole grâce aux interactions

Les interactions entre la mère (ou toute autre personne assumant ce rôle) et l’enfant constituent la base de la mise en place et de l’évolution du langage, ainsi que du développement intellectuel et affectif de l’enfant.

Dès la naissance, le nourrisson établit une communication avec ses proches autour de ses besoins alimentaires. Celle-ci s’élargit rapidement autour d’actes routiniers, comme l’organisation du repas ou le coucher.

Une grande partie de l’activité de l’enfant, au cours de la première année de vie, est sociale et communicative. Lorsqu’il commence à utiliser les premiers mots, il a déjà acquis une maîtrise certaine de la communication.

Jusqu’à l’âge de 2-3 ans, pratiquement tous les mots utilisés par l’enfant sont les mêmes que ceux utilisés par la mère. De même, la grammaire acquise par l’enfant, à partir de l’âge de 18 mois en moyenne, sera pour une large part celle proposée par la mère.

Ainsi, les stimulations régulières du petit enfant favorisent le développement harmonieux de son langage oral et à l'opposé, les manques de communication le retardent.

Que faire pour aider son enfant à parler tôt et bien ?

Aider son enfant à bien parler

Le langage oral se met en place et évolue dans les premières années de l'enfant. Il est important de stimuler son enfant pour que cette acquisition se fasse sans difficultés.

De la naissance à 12 mois

  • Parlez calmement, chaleureusement à votre bébé.
  • Chantez-lui des comptines, riez avec lui.
  • Expliquez-lui les bruits qu’il entend.
  • Nommez les personnes et les choses qui l’entourent.
  • Racontez-lui ce que vous faites.

De 12 à 18 mois

  • Modulez votre voix et ses intonations.
  • Faites découvrir à votre enfant le plaisir de communiquer : favorisez toutes sortes d’échanges (grimaces, regards, rires et sourires...)
  • Parlez-lui normalement, correctement, en employant des mots simples (manger, dormir) mais pas simplifiés (miam-miam, dodo).
  • Donnez-lui des livres en carton ou en tissu. Confiez-lui aussi des vieux magazines et parlez-en avec lui : les formes et les couleurs l’intéressent.
  • Lisez-lui des histoires courtes dans un environnement calme et communiquez pendant la lecture en mimant.

À 2 ans

  • Enrichissez son vocabulaire.
  • Continuez à lui lire des histoires, sans hésiter à lui lire la même histoire à plusieurs reprises.
  • Expliquez-lui les mots qu’il ne comprend pas.
  • S’il prononce mal, donnez-lui la forme correcte du mot, sans pour autant l’obliger à répéter.

À 3 ans

  • Continuez à raconter des histoires et apprenez-lui à s'exprimer : aidez-le à préciser sa pensée, ce qu'il ressent.
  • Encouragez-le à abandonner le biberon et/ou la tétine, s’il les utilise encore.

À 4 ans

  • Racontez et lisez ensemble des histoires : vous l’aidez ainsi à développer son envie de lire et vous facilitez sans contrainte l’apprentissage ultérieur de la langue écrite.
  • Les enfants sont sensibles à l’exemple : lisez pour vous en sa présence.

Attention aux écrans

L'usage des écrans nuit à l'acquisition du langage. Par exemple, la télévision n’est souvent qu’une ambiance sonore pour l’enfant. En réalité, elle isole et ne favorise pas une communication réelle.

Une étude cas-témoins menée en Ille et Vilaine, publiée en 2020, sur un groupe de 167 enfants de 3,5 à 6,5 ans a montré que les enfants qui étaient exposés aux écrans le matin avant l’école, et qui discutaient rarement ou jamais du contenu de ces écrans avec leurs parents, étaient environ six fois plus à risque de développer des troubles primaires du langage que les enfants qui n’avaient aucune de ces deux caractéristiques.

Pour éviter ce genre de situation, appliquez les conseils suivants :

  • évitez la télévision et les écrans non interactifs avant l’âge de 3 ans ;
  • au-delà de 3 ans, la télévision peut être introduite mais avec modération. Jusqu’à 10 ans, préférez des programmes adaptés à la jeunesse, d’une durée correspondant à l’âge de votre enfant et à sa capacité d’attention.

Consulter la fiche pratique « Mieux accompagner les enfants dans l'usage des écrans »

Combien de temps passent les petits enfants sur un écran ?

L'Étude longitudinale française depuis l'enfance (Elfe) lancée en 2011 relève le temps passé devant un écran chaque jour. Ce dernier est de :

  • 56 minutes à 2 ans ;
  • 1 h 20 à 3 ans et demi ;
  • 1 h 34 à 5 ans et demi.

La scolarisation et le développement du langage oral

L’apprentissage du langage est un objectif prioritaire tout au long de l’école primaire. Les enfants apprennent à communiquer à l'oral (et à l'écrit) de façon de plus en plus riche et de plus en plus complexe, dans un contexte social élargi. L’enseignant entraîne les élèves à dialoguer. L’objectif est l’acquisition des règles d’une communication efficace au sein de la classe. La réussite de cette étape conditionne, pour une large part, les apprentissages ultérieurs.

Pour la majorité des enfants, le passage du milieu familial à l’école s’opère sans difficulté. Toutefois, pour certains d’entre eux, cette transition va mettre en lumière des difficultés, parmi lesquelles les troubles de l’expression orale suscitent un intérêt particulier. Ceux-ci exposent en effet au risque de difficultés du langage écrit, qui génèrent elles-mêmes, pour une très large part, l’échec scolaire.

Le repérage à l’école des troubles du langage oral est ainsi un élément fondamental de la prévention de l’échec scolaire.

Enfants de langue étrangère

L'enseignant les fait progresser en vocabulaire et en syntaxe en les amenant à parler français avec les autres enfants. En effet, l'apprentissage de l'écrit est difficile pour les enfants qui ne maîtrisent pas suffisamment le français parlé.

  • Collège national des pédiatres universitaires. Développement psychomoteur. ECN 2020. 8ème édition Elsevier Masson.
  • Société française de pédiatrie. L’enfant et les écrans : les recommandations du Groupe de pédiatrie générale (Société française de pédiatrie) à destination des pédiatres et des familles. Site internet : SFP. Paris ; 2018 [consulté le 8 avril 2024]
  • L’exposition aux écrans chez les jeunes enfants est-elle à l’origine de l’apparition de troubles primaires du langage ? Une étude cas-témoins en Ille-et-Vilaine. BEH n°1 du 14 janvier 2020. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2021  [consulté le 8 avril 2024]
  • Haute Autorité de santé. Comment améliorer le parcours de santé d'un enfant avec troubles spécifiques du langage et des apprentissages. Guide parcours de soins. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 8 avril 2024]
  • Ministère du Travail, de la santé et des solidarités. Troubles du langage et des apprentissages. Site internet : Ministère du Travail, de la santé et des solidarités. Paris ; 2022 [consulté le 8 avril 2024]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Troubles des apprentissages. Site internet : Inserm. Paris ; 2019 [consulté le 8 avril 2024]
  • Plaza M. Psychopathologie du langage. Enfance et psychopathologie. 2021(6):155-186. Éditions Elsevier Masson.
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire