Trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité de l’enfant (TDAH)

13 septembre 2018
Le trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est défini par l’association de symptômes : déficit attentionnel, hyperactivité motrice et impulsivité. Il apparaît pendant l’enfance. Ses causes restent, à ce jour, inconnues.

Qu’est-ce que le TDAH ?

Le trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est caractérisé par l’association de trois symptômes dont l’intensité et la manifestation varient selon chaque personne :

  • un déficit de l’attention (incapacité à maintenir son attention, à terminer une tâche, oublis fréquents...),
  • une hyperactivité motrice (agitation incessante, incapacité à rester en place),
  • une impulsivité (difficulté à attendre, tendance à interrompre les activités des autres).

Selon les enfants, l'un ou deux symptômes peuvent prédominer, mais dans près de 20 % des cas, les trois symptômes sont associés.

On ne peut parler de TDAH que si les symptômes :

  • surviennent au cours de l’enfance, avant l'âge de 12 ans,
  • présentent un caractère persistant (plus de 6 mois),
  • retentissent sur les apprentissages scolaires, les relations sociales et la qualité de vie et constituent un véritable handicap pour l'enfant.
Le TDAH est-il fréquent ?

Les enfants atteints de TDAH représentent 3 à 5 % de la population scolaire et sont majoritairement des garçons (2 à 3 garçons pour une fille).

Toutefois, le trouble est probablement sous-estimé chez les filles, pour lesquelles les symptômes sont moins visibles. En effet, les filles, moins hyperactives, ont plutôt des troubles de l'attention, plus difficiles à repérer.

Un enfant est turbulent ou inattentif : a-t-il un trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ?

Une inattention, une hyperactivité ou une agitation peuvent être des traits de caractère d'un enfant ou des symptômes temporaires, en réaction à une situation difficile, sans pour autant appartenir à un TDAH.

    En effet :

    • n’importe quel enfant peut manifester occasionnellement une inattention ou une hyperactivité (ex. : excitation liée à l'approche d'une fête, grande fatigue après une journée de jeux à l’extérieur) ;
    • dans son développement, l’enfant connaît des périodes plus actives sans perturbation de l’attention (ex. : entre 3 et 5 ans, son appétit de découverte le rend plus turbulent) ;
    • des conflits intrafamiliaux, ou d’autres situations personnelles stressantes, peuvent empêcher l’enfant de se concentrer sur son travail scolaire et le rendre plus irritable ;
    • des problèmes d’audition ou de vision passent parfois pour de l’inattention et un manque de concentration.

    Pour mieux identifier l’origine de son comportement, observez votre enfant, en vous posant par exemple les questions suivantes :

    • Les troubles sont-ils occasionnels ou durables ?
    • Mon enfant a-t-il un temps de sommeil suffisant ?
    • Mange-t-il assez avant de partir à l’école ?
    • Comment se comporte-t-il précisément pendant le temps scolaire, avec ses amis et en groupe ?
    • Quelles sont ses éventuelles difficultés scolaires ?

    C'est uniquement lorsque les symptômes tels que le manque d'attention, l'hyperactivité et l'impulsivité durent plus de 6 mois et retentissent sur la qualité de vie qu'on peut parler de TDAH. Seul, un médecin spécialiste du TDAH peut poser le diagnostic.

    Origine du TDAH : les observations des chercheurs

    La ou les causes du trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité ne sont pas encore connues avec certitude.

    On sait toutefois que le TDAH n’est pas en lien avec :

    • un contexte familial défaillant en matière d’éducation ;
    • un stress psychologique ;
    • une mauvaise formation scolaire ;
    • un manque de volonté d’apprendre.

    Les nombreuses recherches scientifiques en cours ont aussi permis de faire un certain nombre d’observations :

    • les enfants issus de familles où ce trouble (TDAH) existe sont plus souvent touchés, il y aurait une composante héréditaire ;
    • le trouble est plus fréquent en présence de certains facteurs de risque liés à la période néonatale (ex. : prématurité, souffrance néonatale avec manque d’oxygène, exposition au tabac, consommation d’alcool pendant la grossesse) ;
    • les jeunes touchés présentent un dysfonctionnement de certains circuits cérébraux transmettant des informations (notamment au niveau des zones du cerveau responsables du contrôle de certains comportements) ;
    • certains enfants hyperactifs présentent une déficience dans leur capacité de stockage du fer. Ainsi, plus leur carence en fer est importante, plus les symptômes du TDAH sont marqués.
    Sources
    • Haute Autorité de santé (HAS). Conduite à tenir en médecine de premier recours devant un enfant ou un adolescent susceptible d’avoir un trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 13  septembre 2018]
    • Le Heuzey M.-F. Trouble déficit de l’attention/hyperactivité chez l’enfant et l’adolescent. Encyclopédie médico-chirurgicale, Pédiatrie/Maladies infectieuses. Paris : Elsevier Masson ; 2016;11(4):1-9
    • Swiss Archives of Neurology and Psychiatry (SANP). Trouble du déficit d’attention-hyperactivité (TDA-H) de l’enfant et de l’adolescent : nouvelles perspectives. Site internet : SANP. Muttenz (Suisse) ; 2013 [consulté le 13 septembre 2018]
    • Institut universitaire en santé mentale Douglas. Trouble du déficit de l'attention : causes, symptômes et traitements. Site internet : Douglas. Montréal (Canada) ; 2017 [consulté le 13 septembre 2018]