Définition, causes et conséquences des anomalies lipidiques du sang

22 janvier 2019
Le cholestérol et les triglycérides sont des lipides nécessaires à l’organisme. Les anomalies lipidiques du sang ou dyslipidémies, sont favorisées par une prédisposition génétique, le surpoids, la sédentarité, l’alimentation. Plus rarement, elles trouvent leur origine dans certaines maladies. Elles constituent un facteur de risque majeur d’athérosclérose.

Les anomalies lipidiques du sang ou dyslipidémies

Les lipides, ou graisses, sont apportés par l’alimentation et fabriqués par l’organisme. Ils circulent dans le sang sous 2 formes : le cholestérol et les triglycérides.

En cas d’anomalie lipidique, on parle de dyslipidémie.

Cholestérol

Le cholestérol entre dans la constitution de nombreux éléments de l’organisme : membrane des cellules, hormones, sels biliaires, vitamine D, etc.

Il est transporté dans le sang par des lipoprotéines dont les principales sont :

  • les lipoprotéines de faible densité (low density lipoproteins – LDL) formant le LDL-cholestérol ;
  • les lipoprotéines de haute densité (high density lipoproteins – HDL) formant le HDL-cholestérol.

Le cholestérol principalement fabriqué par le foie, est aussi apporté par l’alimentation. Lorsque le LDL-cholestérol est en excès dans le sang, il se dépose sur la paroi des artères, ce qui peut entrainer une gêne à la circulation du sang. C’est pourquoi il est aussi appelé « mauvais cholestérol ».

Le HDL-cholestérol collecte le cholestérol en excès dans le sang pour le transporter jusqu’au foie, où il est éliminé. Ce « bon cholestérol » exerce donc un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires.

Triglycérides

Les triglycérides sont fabriqués par le foie mais aussi, apportés par l’alimentation (sucres, alcool). Ils sont stockés dans le tissu adipeux qui est constitué essentiellement de graisses. Ils constituent une réserve importante d’énergie.

Trop de graisses dans le sang ou dyslipidémies

En cas d’anomalie du taux de cholestérol ou de triglycérides dans le sang, on parle d’anomalie lipidique du sang ou dyslipidémie.

On distingue :

  • l’hypercholestérolémie qui se manifeste par des concentrations trop élevées de cholestérol dans le sang. Ceci résulte d'une augmentation du LDL-cholestérol ou « mauvais cholestérol » ;
  • l’hypertriglycéridémie ou augmentation des triglycérides dans le sang ;
  • les dyslipidémies mixtes qui associent une augmentation du LDL-cholestérol et des triglycérides ;
  • un taux anormalement bas de HDL-cholestérol (ou « bon cholestérol ») qui peut être associé à l’une ou l’autre des anomalies précédentes.

Les causes de la dyslipidémie : cholestérol et/ou triglycérides sanguins élevés

Souvent, aucune cause précise à l’origine des dyslipidémies n’est retrouvée. L’augmentation du cholestérol et/ou des triglycérides sanguins s’explique par une origine multifactorielle associant une prédisposition génétique et des comportements les favorisant, tels que :

  • la sédentarité ;
  • le surpoids ;
  • une alimentation déséquilibrée.

Certaines maladies ou la prise de certains médicaments peuvent aussi être une cause de dyslipidémies. Moins fréquemment, les dyslipidémies sont des maladies héréditaires.

Les dyslipidémies secondaires sont la conséquence d’une maladie telle que :

Le traitement de la maladie en cause permet de réguler les lipides dans le sang, d’où l’importance de l’identifier.

Les dyslipidémies peuvent aussi survenir :

Certains médicaments peuvent aussi être à l’origine de dyslipidémie. Les principaux sont :

  • la ciclosporine ;
  • les corticoïdes ;
  • les œstrogènes par voie orale, comme l’éthinyl-oestradiol à dose contraceptive (faire lien vers contraception hormonale) ;
  • les rétinoïdes ;
  • certains antirétroviraux ;
  • certains neuroleptiques ;
  • les thiazidiques ;
  • certains bêtabloquants, etc.

Les dyslipidémies familiales sont héréditaires, elles s’expriment différemment selon l’anomalie génétique en cause.

Les plus fréquentes sont :

  • l’hypercholestérolémie familiale ;
  • l’hyperlipidémie familiale combinée ou mixte (augmentation du cholestérol et des triglycérides) ;
  • l’hypertriglycéridémie familiale

Trop de graisses dans le sang ou dyslipidémies : conséquences

L’hypercholestérolémie, la dyslipidémie mixte et certaines hypertriglycéridémies constituent des facteurs de risque majeurs d’athérosclérose (formation de plaques d’athérome) impliqués dans la survenue des maladies cardiovasculaires :

D’autres maladies, souvent associées, aggravent le risque cardiovasculaire :

D’autres facteurs de risque peuvent être présents :

  • le surpoids et notamment l’obésité abdominale ;
  • la sédentarité ;
  • une alimentation déséquilibrée ;
  • la consommation d’alcool ;
  • le tabagisme ;
  • le stress.

  • Société française d’endocrinologie (SFE). Facteurs de risque cardiovasculaire, prévention. Dyslipidémies. Site internet : SFE. Paris ; 2016 [consulté le 22 janvier 2019]
  • Hôpitaux universitaires de Genève. Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences. Dyslipidémie. Site internet : HUG. Genève (Suisse) ; 2017 [consulté le 22 janvier 2019]
  • Brun N. Dépistage et prise en charge des dyslipidémies familiales : point de vue du pédiatre et de l’interniste généraliste. Rev Med Suisse 2012 ; 8:494-500
  • Farnier M, Bruckert E, Boileau C, Krempf M. Diagnostic et traitement des hypercholestérolémies familiales (HF) chez l’adulte : recommandations de la Nouvelle société française d’athérosclérose (NSFA). La Presse Médicale 2013 ; 42(6P1):930-50