Agir sur les facteurs favorisant les troubles musculo-squelettiques

23 septembre 2019
Vous pouvez prévenir les troubles musculo-squelettiques en agissant sur les facteurs favorisants. Savoir évaluer les causes des TMS participe à la prévention. Il est également important de réduire les contraintes dans votre activité professionnelle.

Agir individuellement sur les facteurs favorisant les TMS

Dans votre activité professionnelle ou quotidienne, faites toujours chaque geste dans la position la moins contraignante pour les muscles les plus sollicités, en évitant de vous contorsionner.

Lors de vos loisirs, une activité physique régulière est bénéfique pour entretenir musculation et souplesse articulaire (faire lien vers activité physique et santé). Des exercices d’échauffement sont souvent utiles avant une activité physique importante.

Agir collectivement au travail sur les facteurs favorisant les TMS

La prévention des TMS au travail nécessite l'implication de l'entreprise.

Elle se fait en trois temps :

  • d'abord, le diagnostic permet d'identifier et de comprendre les situations à risque de TMS ;
  • ensuite, il est possible d'agir sur la base de ce diagnostic :
    • en réduisant les contraintes,
    • en aménageant les postes de travail,
    • en organisant la production,
    • en suivant les actions menées par l'entreprise pour réduire les récidives ;
  • enfin, il est capital d'évaluer les mesures prises, de juger de leur efficacité et de les adapter si nécessaire.

La prévention nécessite l'implication des acteurs de l'entreprise (employeur, salariés, représentants du personnel, services de santé au travail) et, parfois, des services de prévention des risques professionnels :

  • associations régionales pour l'amélioration des conditions de travail,
  • caisses régionales d'Assurance Maladie (CRAM),
  • caisse d'Assurance Retraite et de Santé au Travail (CARSAT),
  • organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics...

Les actions peuvent porter sur :

  • l'organisation du chantier, les conditions de travail avec :
    • une diminution de la répétition des gestes,
    • l'aménagement des postes de travail,
    • l'instauration de micro–pauses de récupération,
    • l’amélioration de l’ambiance physique (éclairage, froid, chaud) ;
  • la diversification des tâches, la formulation d’objectifs clairs, l’amélioration de la formation... ;
  • l'adaptation des outils ;
  • l'adaptation des équipements pour réduire les vibrations, par exemple, sans oublier les équipements de protection individuelle ;
  • éventuellement, un suivi médical renforcé.

Évaluation des facteurs de risque de TMS en fonction des tâches réalisées

Pour vous aider, voici quelques exemples de bonnes pratiques pour prévenir les TMS.

Les bonnes pratiques à adopter face aux facteurs de risques
Facteur de risques Exemple de situation Bonne pratique / Solution
Application de forces de forte intensité Soulever, pousser, tirer des objets lourds Éviter la manutention des objets lourds
Manutention de charges lourdes pendant des périodes prolongées Manutention manuelle de matériaux Diminuer la masse des objets ou le nombre de manutentions par jour
Manipulations d’objets fréquemment répétées Travaux d’assemblage, usage du clavier pendant des périodes prolongées, travail des caissières Diminuer la fréquence de répétition
Travail dans une posture défavorable Travail en position courbé ou en rotation, ou les mains au-dessus des épaules Travailler en maintenant le corps en position verticale et les bras près du corps
Charge musculaire statique Travail avec les mains au-dessus de la tête ou dans un espace restreint Alternance régulière de l’activité et de la relaxation des muscles
Inactivité musculaire Position assise prolongée avec sollicitation musculaire faible Pauses répétées avec passage en position debout, étirements musculaires, gymnastiques de pause et activités sportives
Gestes répétitifs nombreux Activité des mêmes groupes musculaires, sans relaxation Interruption répétée de l’activité et pauses, alternance des tâches
Vibration Utilisation d’outils vibrants à la main, conducteurs postés d’engins émettant des vibrations Utilisation d’outils ou des sièges atténuant les vibrations
Travail à basses températures Utilisation d’outils tendus à la main en ambiance froide Utilisation de gants ou d’outils chauffants en ambiance froide
Cadences de travail Travail sous contrainte de temps, absence de maîtrise des tâches, soutien social faible Rotation des tâches, enrichissement des tâches, diminution des facteurs sociaux

  • Caisse nationale d’Assurance Maladie. Les troubles musculo–squelettiques (TMS). Site internet : CNAM. Paris ; 2018 [consulté le 11 février 2019]
  • Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST). Troubles musculo–squelettiques liés au travail (TMSLT). Site internet : CCHST. Hamilton (Canada) ; 2019 [consulté le 8 février 2019]
  • Ministère du travail. Troubles musculo–squelettiques (TMS). Site internet : Ministère du travail. Paris ; 2018 [consulté le 8 février 2019]
  • Ministère de la décentralisation et de la fonction publique. Guide pratique : démarche de prévention des troubles musculo-squelettiques. Édition 2015. Site internet : Le portail de la fonction publique. Paris ; 2015 [consulté le 8 février 2019]
  • Santé publique France. Troubles musculo-squelettiques. Site internet : Santé publique France. Saint Maurice France) ; 2017 [consulté le 8 février 2019]
  • Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). Troubles musculo-squelettiques. Site internet : INRS. Paris ; 2015 [consulté le 8 février 2019]