Détatouage : comment cela se passe ?

29 septembre 2021
Le détatouage est un acte médical qui vise à effacer tout ou partie d’un tatouage ou à l’atténuer le plus possible. Il peut être nécessaire lorsqu’une complication médicale, comme une allergie aux encres de tatouage, survient. Mais il peut également être demandé lorsque la personne tatouée désire faire disparaître un tatouage pour différents motifs.

Quelles sont les techniques de détatouage ?

Le détatouage : un acte médical

Le détatouage est un acte médical qui vise à effacer tout ou partie d’un tatouage ou à l’atténuer le plus possible.

Il peut être nécessaire lorsqu’une complication médicale, comme une allergie aux encres de tatouage, survient. Mais il peut également être demandé lorsque la personne tatouée désire faire disparaître un tatouage pour différents motifs.

Le détatouage est réalisé au . Le fractionne les particules de pigments de tatouage qui sont dans le pour qu'elles soient éliminées par l’organisme.

Cette technique nécessite plusieurs séances et divers paramètres sont à prendre en compte dans le choix du type de :

  • la teneur en pigments, car les tatouages récents sont plus chargés en pigments que les anciens ;
  • la surface du tatouage ;
  • le type de peau ;
  • les couleurs, car le jaune, le vert et le bleu sont des couleurs plus résistantes.

Pour obtenir un détatouage complet, plusieurs séances sont nécessaires, espacées entre elles, afin de laisser la peau se régénérer et de limiter le risque de cicatrice blanche.

Contre-indication au détatouage par

Le détatouage par est contre-indiqué si le tatouage a été réalisé par poudre d’armes à feu en raison d’un risque de micro-explosions pouvant laisser des cicatrices.

Quels lasers sont utilisés pour détatouer ? 

Deux types de lasers sont principalement utilisés.

Les lasers déclenchés dits « Q-switched »

Pour réduire les « brûlures » des tissus sains autour du tatouage, on utilise des lasers déclenchés dits « Q-switched » qui génèrent des impulsions de forte puissance et de très courte durée.

Les lasers « Q-switched » ont cependant des inconvénients. L'impulsion en nanoseconde peut provoquer trop d'effet thermique (de la chaleur) et pas assez d'effet photomécanique pour fragmenter les plus petites particules de pigment :

  • plusieurs couleurs de pigments (jaune, bleu océan, vert) résistent au traitement,
  • un grand nombre de séances (de 10 à parfois 25 pour les motifs récents) est souvent nécessaire,
  • un intervalle d'au minimum 2 mois entre les séances est indispensable,
  • les pigments localisés en profondeur résistent souvent au traitement,
  • la zone traitée est souvent plus blanche de façon définitive (hypopigmentation résiduelle permanente), fréquemment au-delà de 15 séances de .

Les lasers picosecondes

Avec les lasers déclenchés dits « Q-switched », la durée d'impact se situe entre 5 à 60 nanosecondes. Avec les lasers picosecondes, la durée d'impact est beaucoup plus courte et oscille entre 450 et 750 picosecondes (1 picoseconde = 1 millième de nanoseconde).

Ce type de permet une meilleure fragmentation des pigments (grâce au choc photoacoustique) et a moins d’effet secondaire car il n’a quasiment pas d’effet thermique.

Ce type de présente plus d’avantages :

  • il permet de diminuer le nombre de séances tout en pouvant les rapprocher et d'éliminer avec succès la plupart des couleurs qui étaient résistantes aux lasers Q-Switched,
  • il provoque moins d'hypopigmentation résiduelle en raison de la quasi-absence d'effet thermique.
Coût du détatouage

Le tatouage étant considéré comme un acte esthétique, les séances de pour détatouage ne sont pas prises en charge par l'Assurance Maladie.

Informez-vous auprès du dermatologue sur le nombre de séances nécessaires et leur coût avant de vous engager dans un processus de détatouage.

Détatouage : quelles complications ?

Au cours du détatouage et dans les jours qui viennent peuvent survenir des complications :

  • les séances de sont douloureuses. Une crème anesthésiante est souvent nécessaire ;
  • une suffusion hémorragique (présence de traces de sang sous la peau) et des croûtes sont quasi systématiques avec les lasers « Q-switched » ;
  • une réaction d'œdème (gonflement), voire la formation de bulles est possible avec les lasers picosecondes ;
  • des réactions urticariennes locale ou allergiques sont probables.

Après plusieurs jours, d’autres effets indésirables peuvent être observés :

  • des troubles pigmentaires (hypo- ou hyperpigmentations), transitoires ou définitifs,
  • des modifications de la texture de la peau et des cicatrices, plus fréquentes sur peau noire,
  • des résultats insuffisants, plus fréquents après l’ablation de tatouages polychromes : assombrissement paradoxal des tatouages, pigments résiduels, images fantômes…
Attention au détatouage chimique !

Les professionnels du tatouage et les cabinets d’esthétique proposent des procédés de destruction des tatouages par l’injection d’un produit chimique dans le . La liste de produits utilisables n’étant pas fixée et leurs modalités d’utilisation n’étant pas définie, il convient de ne pas avoir recours à ce procédé. En effet, le détatouage chimique est source de complications cutanées (inflammation, nécrose des tissus) pouvant laisser des cicatrices importantes.

  • Magis M, Perrillat Y. Tatouage et détatouage au laser Dermatologie esthétique, Chapitre 48, 327-331 Elsevier Masson 2020
  • Société française de dermatologie. Tatouages. Site internet : Dermato info. Paris ; 2019 [consulté le 27 septembre 2021]
  • Ministère des Solidarités et de la santé Tatouage et piercing. Site internet : Ministère des Solidarités et de la santé. Paris ; 2021 [consulté le 27 septembre 2021]
  • Haut conseil de la santé publique . Risques des produits et pratiques de tatouage et de détatouage. Site HCSP. Paris ; 2020  [consulté le 27 septembre 2021]
  • Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre). Tatouage et détatouage : quels sont les risques ? Site internet : Service-public. Paris ; 2021 [consulté le 27 septembre 2021]
  • Ministère de l’économie et des finances. Tatouage : quelques conseils de prudence. Site internet : Ministère de l’économie et des finances. Paris ; 2021 [consulté le 27 septembre 2021]