Les risques du tabagisme

27 avril 2017
Le tabagisme favorise le cancer du poumon ou des voies aérodigestives supérieures mais aussi certaines pathologies cardiovasculaires ou respiratoires. Il a également des impacts non négligeables sur la grossesse et la qualité de vie. En raison des effets de la nicotine, une dépendance s'installe.

Qu’est-ce que le tabagisme ?

On différencie :

  • le tabagisme actif qui est l’usage du tabac qu’il soit fumé (cigarette, cigare, pipe, narguilé), prisé, consommé seul ou associé à d’autres substances (cannabis, héroïne...) ;
  • le tabagisme passif qui est le fait d'inhaler de manière involontaire la fumée dégagée par un ou plusieurs fumeurs.
La consommation de tabac en France
  • En 2014, 34 % des Français sont fumeurs (38 % d'hommes et 30 % de femmes) et 28 % des Français sont des fumeurs quotidiens.
  • 60 % des fumeurs réguliers souhaitent arrêter.
  • En 2011, plus de 2 jeunes sur 3 âgés de 17 ans ont expérimenté le tabac.
  • À 17 ans, 30 % des filles et 33 % des garçons sont fumeurs quotidiens.
  • Selon les données de 2011, on observe des usages quotidiens dès le collège (8 % parmi les élèves de 4ème et 16 % parmi ceux de 3ème). Une légère augmentation du tabagisme quotidien est observée entre 2008 et 2011.

Le tabac en cause dans de nombreuses maladies

Le tabac est la première cause de morts et de maladies évitables en France. Il n’existe pas de seuil en-dessous duquel fumer soit sans risque. La mortalité prématurée évitable affecte aussi les fumeurs qui fument peu.

Un cancer sur quatre est dû au tabagisme et 90 % des cancers du poumon sont liés au tabagisme actif en France. Un individu fumeur a près de 10 fois plus de risque d'être atteint d'un cancer bronchique qu'une personne qui n'a jamais fumé.

Bien qu’il n'y ait pas de seuil en-dessous duquel fumer ne représente aucun risque, celui d'avoir un cancer du poumon dépend :

  • du nombre de cigarettes fumées chaque jour ;
  • mais surtout de l'ancienneté du tabagisme.

Par ailleurs, une personne en situation de tabagisme passif (dans le cas d'une exposition régulière à la fumée d'un autre individu) voit son risque de développer un cancer du poumon augmenté de 26 % par rapport à une personne non exposée au tabac.

D'autres cancers sont également favorisés par le tabac. Les principaux touchent les voies aérodigestives supérieures comme la gorge, la bouche, les lèvres, l'œsophage, ou encore le , les reins et la vessie.

Le tabagisme est l'un des principaux facteurs de risque cardiovasculaire. Il favorise la survenue de nombreuses maladies telles que:

La bronchopneumopathie obstructive (BPCO) est essentiellement due au tabagisme. En effet, 85 % des BPCO surviennent chez des fumeurs ou des anciens fumeurs. Cette maladie évolue vers l'insuffisance respiratoire si la personne concernée n'arrête pas de fumer. Chez les personnes atteintes de BPCO, le risque de développer un cancer du poumon est multiplié par deux.

Le tabagisme, actif et passif, augmente l'intensité, la durée et la fréquence des crises d'asthme.

Le tabagisme passif augmente également le risque d'infections pulmonaires et d'asthme chez l'enfant et chez le nourrisson. Il augmente le risque de mort subite chez le bébé.

Les infections nez-gorge-oreilles sont plus fréquentes chez les fumeurs actifs et chez les enfants soumis au tabagisme passif.

Outre qu'il favorise la survenue de cancers cutanés, le tabac accentue le vieillissement de la peau. L'association à une exposition fréquente au soleil accélère le processus de vieillissement.

Tabac, fécondité et grossesse

Le tabac peut entraîner des difficultés de conception car :

  • il réduit la fertilité de l’homme et de la femme ;
  • il diminue les chances de succès en cas de procréation médicalement assistée ;
  • il allonge le délai de conception ;
  • il augmente l’effet négatif de l’âge sur la .

Fumer durant la grossesse comporte des risques pour la grossesse elle-même (augmentation du nombre de fausses couches, de grossesses extra-utérines et d'accouchements prématurés) et pour le développement du fœtus. Le risque le plus connu est un développement insuffisant du fœtus. Ce risque est principalement causé par le passage de monoxyde de carbone (CO) dans le sang du fœtus. Ce monoxyde de carbone prend alors la place de l’oxygène. À la naissance, le bébé peut présenter un poids insuffisant. Ce faible poids peut entraîner des problèmes lorsque le bébé naît prématurément.

Si la femme enceinte est soumise au tabagisme passif, le risque existe de façon plus modérée.

Un projet d’enfant est souvent une forte motivation pour décider d’arrêter de fumer.

Tabagisme et dents

Fumer occasionne également des problèmes bucco-dentaires car le tabac :

Tabagisme et qualité de vie

Les effets nocifs du tabac sur la santé, la qualité de vie et le bien-être sont démontrés depuis longtemps.

Fumer diminue les capacités respiratoires et cardiaques à l'effort. En effet, le corps est moins bien oxygéné et les muscles sont moins performants.

Le tabac colore les doigts, accélère le vieillissement cutané avec l'apparition précoce de rides et altère la qualité du teint qui devient terne.

De plus, le tabac crée une dépendance due aux effets de la nicotine. Cette dépendance se caractérise par la perte de la liberté de s’abstenir de fumer. Il existe trois types de dépendances.

La nicotine agit sur le système nerveux, en créant une dépendance, tout comme le ferait une drogue telle que l'héroïne. Quelques secondes après l'inhalation de la fumée de cigarette, elle produit des sensations de bien-être physique auxquelles il est difficile de résister.

Fumer permet de diminuer son stress ou son anxiété, de surmonter ses émotions, de se stimuler, de se concentrer, etc. Cette dépendance est liée aux effets psychoactifs de la nicotine qui procure plaisir, détente, stimulation intellectuelle. La nicotine agit comme un anxiolytique et un coupe-faim.

Fumer est associé à un environnement, des personnes, des situations... qui suscitent l'envie et le plaisir de fumer.

Commencer à fumer en début d’adolescence augmente le risque de développer d’autres dépendances (alcool, cannabis...)

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l’abstinence en premier recours. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 3 juin 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Arrêter de fumer et ne pas rechuter : la recommandation 2014 de la HAS. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 3 juin 2016]
  • Institut national du cancer (INCa). Tabac. Site internet : INCa. Boulogne-Billancourt (France) ; 2015 [consulté le 6 juin 2016]
  • Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Le tabac en France : nouvelles données du Baromètre santé Inpes 2014. Site internet : Inpes. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 6 juin 2016]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Conduites addictives chez les adolescents-Une expertise collective de l'Inserm. Site internet : Inserm. Paris ; 2014 [consulté le 3 juin 2016]
  • Hill C. Épidémiologie du tabagisme. La Revue du Praticien. 2012;(3):325