Syndrome des jambes sans repos : diagnostic et traitement

09 août 2019
Le syndrome des jambes sans repos touche surtout les membres inférieurs. Picotements et besoin de mouvement des jambes, survenant plutôt le soir et la nuit, peuvent nuire à la qualité de vie et au sommeil. Parfois sans cause définie, les impatiences peuvent être d’origine génétique, liées à une maladie ou à une prise de médicaments.

Qu'est-ce que le syndrome des jambes sans repos ?

Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est un trouble chronique caractérisé par un besoin impérieux (urgent et irrésistible) de bouger les jambes, associé à des sensations désagréables au niveau des membres inférieurs.

Ces sensations désagréables, appelées "impatiences", sont :

  • des picotements ;
  • des fourmillements ;
  • des tiraillements ;
  • une impression de "décharge électrique" ;
  • des douleurs dans les formes accentuées du syndrome.

Souvent, ces symptômes sont parfois plus marqués pour l’une des deux jambes, mais ils sont symétriques le plus souvent. Ils entraînent toujours un besoin pressant et irrésistible de bouger obligeant la personne à se relever et à marcher. Dans tous les cas, les symptômes de la maladie sont calmés par le mouvement des jambes.

Ces impatiences surviennent au moment du repos, le plus souvent en position couchée, le soir ou la nuit, à l’endormissement ou au cours du sommeil. Mais elles peuvent aussi survenir dans la journée, en position assise, lors d’une immobilité prolongée (lors d'une réunion par exemple).

Le syndrome des jambes sans repos est aussi nommé "maladie de Willis et Ekbom" ou "syndrome d’impatiences musculaires de l’éveil" ou simplement "impatiences".

En outre, 80 % des personnes atteintes de SJSR présentent des secousses musculaires involontaires (ou "mouvements périodiques des membres inférieurs") pendant leur sommeil.
Ces mouvements involontaires touchent les muscles des jambes et plus particulièrement les extrémités, provoquant une flexion du pied et des orteils. Parfois, ils entraînent une flexion du genou, voire de la hanche. Ils se produisent toutes les 20 à 40 secondes, sous forme de crises de 5 à 20 minutes qui surviennent plusieurs fois dans la nuit.
Si les patients concernés n’en ont pas toujours conscience, ces secousses peuvent gêner le sommeil du conjoint, ce dernier ayant également l'impression de recevoir "des coups de pieds" dans la nuit.

Il est important de noter que l'on peut présenter des impatiences de façon intermittente, sans pour autant développer un véritable syndrome des jambes sans repos.

Les manifestations du syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos se caractérise essentiellement par trois manifestations :

  1. Un besoin impérieux de bouger les jambes, accompagné ou causé par des sensations inconfortables dans les membres inférieurs (impatiences).
  2. Un déclenchement ou une accentuation des signes durant les périodes de repos, le soir ou la nuit.
  3. La disparition totale ou partielle des symptômes grâce au mouvement des jambes.

Il est à différencier de la sensation de jambes lourdes de la maladie veineuse chronique dont les symptômes sont calmés par le repos allongé.

Qui est atteint du syndrome des jambes sans repos (impatiences) ?

8,5 % des Français sont touchés par le SJSR, et 2 % environ présentent des symptômes plusieurs fois par semaine.

Le syndrome des jambes sans repos :

  • atteint plus souvent les femmes ;
  • apparaît généralement à l’âge adulte (toutefois, dans de rares cas, il peut survenir chez l’enfant ou l’adolescent) ;
  • touche aussi les bras, dans 20 % des cas. Beaucoup plus rarement, ils peuvent s’étendre à d’autres parties du corps.

À quoi est dû le syndrome des jambes sans repos impatiences) ?

Si les mécanismes exacts de la maladie restent méconnus, deux éléments semblent jouer un rôle important dans son déclenchement :

  • l’insuffisance de fer dans l’organisme, avec ou sans anémie ;
  • le manque de dopamine (substance permettant la transmission de l’information entre les cellules du système nerveux) dans certaines régions du cerveau et de la moelle épinière.

Les médecins distinguent aussi trois formes principales du syndrome des jambes sans repos, définies par un contexte et/ou des facteurs favorisants spécifiques :

  • Les formes familiales. Elles ont une origine génétique et le début est souvent précoce.
  • Les "impatiences" secondaires. Elles sont associées à d’autres maladies, comportements ou situations, qui déclenchent ou accentuent les symptômes, comme :
  • Les "impatiences" idiopathiques. Elles n'ont aucune cause identifiée et aucun autre membre de la famille n'est atteint.

L’évolution su syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) évolue de façon progressive. Par ailleurs, les symptômes peuvent s’accentuer à certaines périodes (stress, fatigue) et/ou régresser temporairement.

Cette affection peut avoir deux conséquences principales sur la qualité de vie des personnes atteintes.

Une dégradation du sommeil 

La personne a du mal à s’endormir. À cause des "impatiences", il lui arrive de se réveiller plusieurs fois dans la nuit pour bouger les jambes, voire pour se lever. Parfois, cela occasionne une insomnie et une gêne pour la personne qui partage le lit, le cas échéant. À la longue, une fatigue peut apparaître dans la journée et engendrer :

Une perturbation de la vie socioprofessionnelle

Quelquefois, le syndrome des jambes sans repos devient gênant dans les situations où l’on reste immobilisé un certain temps (réunions, spectacles, repas de famille, longs trajets en voiture ou en avion, etc.) Certaines personnes touchées évitent alors ce type d’événements.

 

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

  • Haba-Rubio J, Heinzer R, Tafti M, Krieger J. Syndrome des jambes sans repos et mouvements périodiques des jambes au cours du sommeil. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris) – Neurologie. 2012;17-009-A-15.
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Sommeil. Site internet : Inserm. Paris ; 2017 [consulté le 10 octobre 2018]
  • Biselx S, Büla C, Ghika J. Syndrome des jambes sans repos chez la personne âgée : une affection méconnue. Rev Med Suisse. 2008;4:2382-6.
  • Guinand S, Pedrazzini B, Favrat B, Cornuz J, Heinzer R. «Docteur, j’ai mal et des fourmis dans les jambes le soir…». Rev Med Suisse 2013;9:2212-7
  • Réseau Morphée. Le syndrome des jambes sans repos. Site internet : Réseau Morphée. Garches (France) ; 2016 [consulté le 10 octobre 2018]