Prévenir le surpoids et l'obésité de l'enfant

La prévention du surpoids et de l'obésité de l'enfant commence dès la naissance et passe par l'acquisition de bonnes habitudes de vie (alimentation, activité physique, usage des écrans) qui concernent aussi bien l'enfant que sa famille.

L'alimentation de l'enfant pour prévenir le surpoids

L'alimentation a un rôle capital dans la prévention du surpoids.

Dès la naissance

Donnez uniquement du lait dans les premiers mois (allaitement maternel ou lait premier âge) et allaitez, si possible, votre nourrisson. Outre les qualités nutritionnelles du lait maternel (le lait maternel est riche en graisses et contient une faible proportion de protéines), l'allaitement maternel réduirait le risque d'excès de poids futur chez l'enfant.

La diversification alimentaire et l'alimentation jusqu'à 3 ans

Diversifiez l'alimentation, de préférence entre quatre et six mois, et peu à peu, en stimulant le goût de votre enfant avec des aliments variés. Avant l'âge de deux ans, l'enfant est curieux de nouvelles saveurs et les accepte facilement : profitez-en pour lui faire découvrir une palette de goûts différents.

Jusqu'à l'âge de 2 ans, l'enfant a besoin d'une quantité suffisante de lipides (ou graisses) pour répondre à ses besoins en énergie et en croissance. Les lipides (ou graisses) ne doivent pas être restreints avant l'âge de 2 ans. En particulier, les laitages allégés qui comportent peu de lipides et une proportion élevée de protéines ne sont pas indiqués avant l’âge de 2-3 ans. Une restriction des lipides peut programmer le métabolisme du nourrisson pour faire face au déficit, mais cette adaptation le rendra plus susceptible de développer plus tard un surpoids lorsque les apports lipidiques augmenteront.

L'alimentation de l'enfant après 3 ans

Proposez à votre enfant qui grandit une alimentation équilibrée.

Lire l'article :« Alimentation de l'enfant à partir de 3 ans  »

L'activité physique de l'enfant : un atout anti-surpoids

L'activité physique : un complément indispensable à une alimentation équilibrée

En effet, elle favorise une bonne croissance, fait progresser les capacités d’apprentissage, améliore la concentration, procure du plaisir, permet de nouer de nouvelles relations sociales tout en prévenant le surpoids. De plus, la pratique d’un sport dès l’enfance instaure une habitude bénéfique pour la santé qui se prolonge à l’âge adulte.

C’est pourquoi il est recommandé aux enfants et aux adolescents de pratiquer une activité physique régulière. Cela peut prendre de nombreuses formes :

  • favoriser les déplacements à pied ou en vélo pour aller à l’école, au collège ou au lycée, pour faire les courses ;
  • pour les écoliers, jouer 30 minutes avec les copains dans les espaces de jeux, les parcs ou les squares, chaque jour après la classe ;
  • pour les collégiens et les lycéens, participer à une activité sportive hebdomadaire (association de l’établissement, club) en faisant une activité qui plaît : course, saut, natation, sport collectif... et en essayant plusieurs sports ;
  • aider aux travaux de jardinage, de bricolage... ;
  • promener son chien ;
  • faire des sorties en famille ou entre amis à pied, en vélo ou en roller ;
  • limiter les activités sédentaires et en particulier le temps d’inactivité passés devant la télévision ou l’ordinateur ;
  • utiliser les plateformes d’exercices proposées par certains jeux vidéo.

Lire l'article : Enfants, adolescents : quelle activité physique ?

 

La diminution des temps de sédentarité

La sédentarité est une situation d'éveil caractérisée par une très faible dépense d'énergie.

Les comportements sédentaires peuvent avoir lieu en position assise, allongée ou debout sans mouvements.
Par exemple :

  • se déplacer en véhicule motorisé ;
  • être assis pour lire, écrire, étudier ;
  • passer du temps devant un écran (télévision, jeux vidéo, ordinateur), ce qui facilite le grignotage ;
  • être spectateur d'un évènement sportif ;
  • être debout dans une file d'attente ;
  • être allongé pour lire, regarder la télévision...

Il est recommandé de limiter toutes les activités sources de sédentarité en se déplaçant à pied plutôt qu'en voiture, dès que la distance le permet et en limitant l'usage des écrans :

  • aucun écran de télévision dans la chambre ;
  • prise des repas sans écran. Les repas qui sont recentrés sur le lien familial ;
  • ne pas proposer d'écran avant l'âge de 3 ans ;
  • accompagnement des enfants dans l'usage le choix des programmes et jeux vidéo, etc.

Combien de temps passent les petits enfants sur un écran ?

L'Étude longitudinale française depuis l'enfance (Elfe) lancée en 2011 relève le temps passé devant un écran chaque jour. Ce dernier est de :

  • 56 minutes à 2 ans ;
  • 1 h 20 à 3 ans et demi ;
  • 1 h 34 à 5 ans et demi.

Le suivi médical de l'enfant

Chaque enfant bénéficie de 20 examens de santé pendant son enfance et son adolescence. Ce sont des examens qui permettent de faire le point avec le médecin sur sa croissance, son poids et son développement.

Vous pouvez faire suivre votre enfant par un médecin généraliste ou un pédiatre en cabinet libéral, en centre de santé ou, jusqu’à 6 ans, dans en PMI (protection maternelle et infantile).

N'oubliez pas ce suivi pour votre enfant, et plus particulièrement si votre enfant est né avec un poids de naissance élevé en raison d'un diabète gestationel.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent. Recommandations de bonne pratique. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2011 [consulté le 27 juin 2022]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent. Guide du parcours de soins. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2022 [consulté le 27 juin 2022]
  • Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques. Obésité de l'enfant et de l'adolescent. ECN 2019. Editions Elsevier Masson
  • Santé publique France. Nutrition et activité physique : les enjeux de santé. Site internet : Santé publique France. Saint Maurice (France) ; 2020 [consulté le 27 juin 2022]
  • L'enfant et les écrans : les recommandations du Groupe de pédiatrie générale (Société française de pédiatrie) à destination des pédiatres et des familles. Recommandations. Perfectionnement en Pédiatrie 2018;1:19–24
  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses). Plus d'activité physique et moins de sédentarité pour une meilleure santé. Site internet : Anses. Maisons-Alfort (France) ; 2017 [consulté le 27 juin 2022]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Lait maternel et alimentation jusqu'à 2 ans : un moyen de prévenir le risque d'obésité de l'enfant. Site internet : Inserm. Paris ; 2014 [consulté le 27 juin 2022]
  • Bernard J, Poncet L, Saïd M, Yang S, Dufourg M-N, Gassama M, Charles M-A. Temps d'écran de 2 à 5 ans et demi chez les enfants de la cohorte nationale ELFE. Bulletin épidémiologique hebdomadaire  du 12 avril 2023. Site internet  Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2023 [consulté le 12 février 2024]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire