Détecter le surpoids de l’enfant et de l'adolescent(e) et connaître les complications

Chez l’enfant, le surpoids peut être difficile à détecter mais des symptômes spécifiques (essoufflement après une course, vêtements de taille plus large...) orientent les parents. Le médecin fait le diagnostic grâce à la courbe de corpulence et le calcul de l’indice de masse corporelle (IMC).

Comment savoir si son enfant est "trop gros" ?

Le surpoids se traduit par une augmentation de la corpulence de l'enfant. Il se constitue peu à peu et n'est pas toujours évident à détecter, notamment vers l'âge de six ans.

Les professionnels de santé : un rôle clé dans le dépistage d'un surpoids débutant chez un enfant

Au cours des examens de suivi de l'enfant, le médecin, le pédiatre, la puéricultrice de PMI reportent sur le carnet de santé les mesures du poids, de la taille et de l'IMC sur les courbes de croissance du carnet de santé.

La fréquence du suivi doit être respectée, voire augmentée si l'enfant a des risques de développer un surpoids. Il permet un repérage précoce du surpoids et une prise en charge plus facile.

L'infirmière de santé scolaire et le médecin peuvent également alerter les parents de l'enfant s'ils observent une anomalie dans la corpulence de l'enfant.

Surpoids de l'enfant : quelques astuces pour aider les parents à être vigilants

Les parents ont parfois du mal à se rendre compte que leur enfant est en surpoids.

Soyez vigilant si :

  • vous devez habiller votre enfant avec des vêtements dont le tour de taille est de plus en plus large ;
  • votre enfant est essoufflé quand il court ;
  • il se plaint des moqueries de son entourage sur son apparence.

Au moindre doute, parlez-en à votre médecin ou à votre pédiatre.

Surpoids de l'adolescent

Avec le début de la puberté, la croissance s'accélère. La taille est mesurée, mais aussi le poids à la recherche d'une insuffisance pondérale ou au contraire d'un surpoids. L'examen de suivi de votre enfant prévu entre 11 et 13 ans permet de détecter un éventuel surpoids.

L'examen médical prévu entre 15 et 16 ans est l’occasion de le faire le point sur la santé et le développement de l'adolescent.

Le diagnostic du surpoids chez l'enfant et l'adolescent

Le médecin traitant ou le pédiatre pose le diagnostic du surpoids grâce au suivi de l'indice de masse corporelle.

Le calcul de l'indice de masse corporelle (IMC)

L'IMC se calcule en faisant le rapport du poids (en kilos) divisé par la taille (en mètre) élevée au carré.

Pour que ce diagnostic soit précoce, il faut que le poids et la taille de l'enfant soient mesurés régulièrement, et que le calcul de l'indice de masse corporelle (IMC) soit reporté sur les courbes de corpulence (courbes de suivi de l'IMC). Ces courbes ont été actualisées en avril 2018 dans la nouvelle version du Carnet de santé (PDF) sur le site solidarites-sante.gouv.fr.

Les courbes d'évolution du poids, de la taille et de la corpulence sont présentes dans le carnet de santé des enfants. Elles permettent de positionner l'enfant par rapport aux valeurs attendues pour son âge.

Quels sont les signes qui alertent votre médecin ?

Le médecin de votre enfant est alerté par :

  • un rebond d’adiposité précoce chez le jeune enfant. Le rebond d'adiposité (accumulation de graisse dans les tissus) est une remontée de l'IMC qui a lieu tout à fait normalement vers l'âge de 6 ans. Il est visible sur les courbes de croissance, de poids et de corpulence présentes dans le carnet de santé et régulièrement annotées par le médecin de l'enfant.
    Si ce rebond intervient trop tôt, avant l’âge de 6 ans, l’enfant risque de développer un surpoids dans l’enfance, voire une obésité à l’âge adulte ;
  • une ascension continue de la courbe IMC depuis la naissance ;
  • un changement de « couloir » de la courbe IMC vers le haut, quel que soit l'âge de votre enfant ou adolescent(e).

Le diagnostic de surpoids à partir de la courbe de corpulence

Le médecin confirme le diagnostic après avoir calculé l'indice de masse corporelle (IMC) et  après avoir comparé le résultat aux seuils établis en fonction du sexe et de l'âge de l'enfant, sur la .

Calculer votre IMC - Indice de masse corporelle

cm
kilos

Votre IMC : -
Poids normal (18.5 < IMC < 25)
Poids entre kilos et kilos

Pourquoi est-il important d'éviter le surpoids chez l'enfant et l'adolescent ?

Il est important d'éviter le surpoids chez l'enfant ou de le prendre en charge rapidement car il peut entraîner des complications dès l'enfance et à plus long terme.

Les complications respiratoires du surpoids de l'enfant et les troubles du sommeil

Le signe le plus précoce est l'essoufflement de l'enfant quand il réalise des efforts. L'enfant tolère mal les efforts physiques.

Les enfants en surpoids ont tendance à peu dormir la nuit et à se dépenser moins le jour.

Durant la nuit, l'enfant ronfle, a un sommeil agité et peut parfois souffrir d'énurésie (il fait pipi au lit). Chez l'enfant obèse, un syndrome d'apnées obstructives du sommeil (épisodes anormalement fréquents de blocage complet ou partiel des conduits respiratoires de l’arrière gorge, durant le sommeil) peut parfois survenir.

La journée, il a des difficultés à se concentrer, il est fatigué, il somnole ou, au contraire, il est excité.

Le surpoids augmente le risque cardiovasculaire et le risque d'obésité à l'âge adulte

Les enfants en surpoids présentent plus fréquemment une élévation de leur pression artérielle.

La probabilité qu’un enfant obèse le reste à l’âge adulte est d'autant plus important que l'obésité persiste à la puberté.

Sur le long terme, des maladies cardiovasculaires, des anomalies sanguines du cholestérol et/ou des triglycérides ou un diabète peuvent survenir.

L'obésité de l'enfant a également un retentissement sur le foie dans lequel les graisses s'accumulent : c'est la stéatose hépatique.

Surpoids et conséquences psychologiques chez l'enfant et l'adolescent

L'enfant en surpoids peut être l'objet de moqueries dès l'âge de quatre ou cinq ans de stigmatisation ou d'agression. Les difficultés ressenties par l'enfant peuvent le conduire à éviter ses camarades ou certaines activités physiques.

Les enfants peuvent également se sentir angoissés et avoir une moins bonne image d'eux-mêmes.

Tous ces facteurs peuvent majorer des troubles du comportement alimentaire (grignotage, hyperphagie boulimique) et participer à l'aggravation du surpoids. Ils doivent donc être pris en considération pour aider l'enfant.

Atteintes articulaires et surpoids

Le surpoids peut être responsable d'une atteinte des hanches, des genoux ou des pieds. Des douleurs aux talons, aux genoux ou une difficulté à la marche peuvent apparaître.

Des troubles statiques des jambe comme un genu valgum sont fréquents.

Chez l'enfant et l'adolescent entre 10 et 15 ans et plus particulièrement chez le garçon qui prend rapidement du poids, peut survenir une douleur de la hanche et une boiterie. Celle-ci est due à un glissement de la tête du fémur (os de la cuisse) au niveau du cartilage de croissance : c'est l'épiphysiolyse de la tête fémorale

Les différents axes des jambes

Schéma représentant deux déviations de l’axe de la jambe : le genou varum, où les jambes sont déviées vers l’intérieur et le genou valgum, où les jambes sont déviées vers l’extérieur

 

Peau et troubles hormonaux chez l'enfant et l'adolescent(e) en surpoids ou obèse

La peau est plus fragile. Les infections sont plus fréquentes, notamment les mycoses au niveau des plis. Des vergetures peuvent apparaître. La peau brunit au niveau des zones de frottement.

La puberté des filles est souvent avancée et on peut constater une augmentation de la pilosité chez les filles.
La puberté des garçons est plutôt retardée et un développement excessif des glandes mammaires est possible.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent. Recommandations de bonne pratique. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2011 [consulté le 27 juin 2022]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Surpoids et obésité de l’enfant et de l’adolescent. Guide du parcours de soins. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2022 [consulté le 27 juin 2022]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Boulimie et hyperphagie boulimique : Repérage et éléments généraux de prise en charge. Recommandation de bonne pratique. HAS. Saint-Denis La Plaine ; 2019 [consulté le 27 juin 2022]
  • Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques. Obésité de l'enfant et de l'adolescent. ECN 2019. Editions Elsevier Masson.
  • Centre of research in epidemiology an statistics - Sorbonne Paris Cité - Inserm. Courbes de croissance 2018. Site internet : Cress. Paris ; 2018 [consulté le 27 juin 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires